La Cour suprême confirme la condamnation d’un chauffeur ayant tué un adolescent
Rechercher

La Cour suprême confirme la condamnation d’un chauffeur ayant tué un adolescent

Les juges confirment la peine de 12 ans et les dommages-intérêts infligés à Eli Bar Zakai dans la mort d'Eylon Shalev-Amsalem, 13 ans

Eli Bar Zakai, le chauffeur accusé d'avoir causé la mort de Ayalon Shalev-Amsalem au tribunal de district de Tel Aviv le 21 juillet 2020 (Crédit: Miriam Alster / Flash90)
Eli Bar Zakai, le chauffeur accusé d'avoir causé la mort de Ayalon Shalev-Amsalem au tribunal de district de Tel Aviv le 21 juillet 2020 (Crédit: Miriam Alster / Flash90)

La Cour suprême a rejeté jeudi l’appel du chauffeur condamné à une peine de 12 ans de prison pour avoir écrasé mortellement un adolescent à Tel Aviv après ingurgité une bouteille de vodka.

Eli Bar Zakai avait été condamné l’an dernier par le Tribunal du district de Tel-Aviv pour la mort de l’adolescent de 13 ans Eylon Shalev-Amsalem en 2018.

Le panel de trois juges a confirmé la peine, ainsi que les dommages et intérêts que Bar Zakai sera condamné à payer. Tout en reconnaissant la sévérité de la peine, les juges ont expliqué que « le choix de relever le seuil de la peine dans son cas était justifié. »

Ils ont souligné que les amis de Bar Zakai avaient tenté de le persuader de ne pas prendre le volant, que Shalev-Amsalem ne s’était pas mis en danger, qu’il attendait avec un ami pour traverser à l’intersection de Tel-Aviv lorsque Bar Zakai l’a heurté avec son véhicule.

« D’une part, il existe un terrible décalage entre le comportement sournois et méprisant de l’accusé et la prudence de ses amis, et de l’autre celui des victimes qui ne peut être ignoré », ont déclaré les juges.

« Malheureusement, la maturité et la bonne éducation d’Eylon ne l’ont protégé ni lui ni son ami de l’ivresse et de la sauvagerie de l’accusé. Nous ne pouvons récompenser Eylon pour ses actions et son civisme. Nous ne pouvons que punir l’accusé pour ses actes et ses défauts» ont-ils souligné.

Lors de la condamnation en juillet dernier, le tribunal de Tel Aviv a également suspendu le permis de Bar Zakai pour 20 ans et l’a condamné à verser 100 000 NIS de dommages et intérêts à la famille de Shalev-Amsalem.

Selon le tribunal, Bar Zakai, avait bu une bouteille de vodka avant de prendre le volant. Il a également été condamné à 18 mois de prison avec sursis et à 75 000 NIS de dommages et intérêts pour la famille d’un autre adolescent blessé lors de l’accident.

 

Eylon Shalev-Amsalem, tué par un chauffard le 28 juillet 2018. (Autorisation)

Bar Zakai alors âgé de 23 ans avait été reconnu coupable en juin 2020 d’homicide involontaire. Il a également été reconnu coupable de conduite sous influence, d’avoir causé des lésions corporelles graves, d’excès de vitesse, d’entrave à une enquête, d’entrave à la justice et de falsification de preuves.

Au cours du procès, le procureur a indiqué que la nuit de l’accident, Bar Zakai et son ami Hillel Davis se trouvaient entre la capitale et la maison d’un ami à Petah Tikva. En chemin, ils se sont arrêtés pour acheter des cigarettes et de l’alcool.

Lorsqu’ils sont arrivés chez leur ami, ils ont bu et fumé. Bar Zakai a alors téléphoné à un ami pour fixer un rendez-vous au club Shalvata du port de Tel-Aviv. Au cours de la conversation, le suspect a dit qu’il avait « déjà bu une bouteille de Beluga (vodka) »

Puis le groupe s’est rendu à une fête d’anniversaire dans le faubourg de Givatayim prés de Tel-Aviv. Un des amis de Bar Zakai avait été désigné comme chauffeur. Mais comme la fête ne lui plaisait pas, le suspect a demandé à Davis et à son ami chauffeur de continuer vers Tel-Aviv.

Après que ses deux amis lui ont dit qu’ils souhaitaient rester, Bar Zakai est devenu enragé et est parti en trombe tout seul vers sa voiture. Réalisant que son ami était saoul, Davis a cherché à le convaincre de rester.

Juste après 1 heure du matin, Bar Zakai roulait sur la rue Shai Agnon au nord de Tel-Aviv lorsqu’il s’est engagé sur l’intersection de la rue Ibn Gviraol. Il n’a pas réussi à freiner avant de tourner et a heurté Shalev-Amsalem et son ami qui attendaient sur le passage piéton.

La voiture qui a heurté Eylon Shalev-Amsalem, le tuant et blessant l’un de ses amis à Tel Aviv, le 27 juillet 2018 (Crédit : MDA)

Shalev-Amsalem a été projeté à 26 mètres et son ami à 15 mètres du point de contact. Les victimes ont été transportées en urgence à l’hôpital, où Shalev-Amsalem est mort peu après. L’autre adolescent a souffert de blessures modérés dans le haut du corps.

Bar Zakai a paniqué en voyant sa voiture accidentée et les corps des victimes. Il a téléphoné à Davis.

« Ecoute Hillel, je suis perdu. Apporte moi de l’eau, » a-t-il dit croyant ainsi pouvoir diminuer les effets de l’alcool avant d’être testé par la police.

Lorsqu’il s’est rendu compte que Davis ne venait pas, Bar Zakai a demandé à un employé municipal de lui donner de l’eau. Il a bu à toute vitesse une bouteille d’1,5 litre.

Puis il a demandé une autre bouteille d’eau afin d’effacer toutes suspicions. Mais l’employé a refusé.

C’est alors que Bar Zakai a de nouveau téléphoné à Davis pour lui demander de ne dire à personne qu’ils avaient bu plus tôt dans la soirée.

Puis il a tenté de vomir pour temporiser l’effet de l’alcool. Il a à nouveau téléphoné à Davis qui lui a recommandé de prendre un chewing-gum à la menthe.

Bar Zakai a alors réalisé que ses appels avaient été enregistrés sur une application de son téléphone qu’il a aussitôt effacée.

Sur la scène de l’accident, la police a procédé à un alcootest qui a prouvé qu’il était bien sous influence d’alcool. Le test a révélé qu’il avait 600 milligrammes d’alcool par litre dans le sang, plus du double de ce qui est autorisé pour un conducteur âgé de moins de 24 ans.

Comme ce test n’était pas suffisant pour pouvoir instruire en justice, la police a demandé que soit fait un test sanguin plus précis. Mais Bar Zakai a refusé.

Selon la loi israélienne, un tel refus vaut pour preuve de l’alcoolisation d’un suspect.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...