La culture reprend vie en Israël : musique, musées et cinéma d’art et d’essai
Rechercher

La culture reprend vie en Israël : musique, musées et cinéma d’art et d’essai

La cinémathèque de Jérusalem enregistre un retour timide, mais les titulaires du Passeport vert affluent vers les concerts et les musées

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Les spectateurs au théâtre Khan à Jérusalem le 23 février 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Les spectateurs au théâtre Khan à Jérusalem le 23 février 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

C’était la deuxième soirée de la réouverture de la cinémathèque de Jérusalem après le confinement, et Yvonne et Ram Livay se rendaient à l’auditorium 3 pour la projection à 18 heures de « Military Wives », un film mettant en vedette Kristin Scott Thomas.

C’était la deuxième fois que le couple se rendait au cinéma d’art et d’essai en deux jours, a déclaré Yvonne Livay. Leurs amis Refaya Nov et Galia Nahmias étaient aussi présents dans le public, pour la deuxième soirée consécutive également.

Les deux couples de retraités ont déclaré qu’ils se rendaient normalement au théâtre au moins une fois par jour pour une projection.

« C’est notre deuxième maison », a déclaré Nov.

Yvonne Livay a désigné du doigt le théâtre quasi-vide. « Ce n’est pas encore revenu à la normale, mais c’est quelque chose. Ça a été une année horrible. »

Le 15 mars 2020, le gouvernement israélien a ordonné la fermeture de tous les lieux culturels, ainsi que de presque tous les autres espaces publics, alors que le pays débutait le premier de ses trois confinements.

Les douze mois suivants ont été marqués par deux autres confinements plus ou moins sévères et une série d’efforts pour ouvrir divers lieux, des écoles aux restaurants. Mais pendant tout ce temps, les cinémas et autres lieux culturels pouvant accueillir du public sont restés pour la plupart fermés, sauf quelques semaines pendant l’été, empêchant les cinéphiles autoproclamés comme les Livay et d’autres de s’adonner à leur passe-temps favori.

Fin février, le gouvernement a donné son accord pour qu’ils rouvrent leurs portes alors que les taux d’infection diminuaient et que les taux de vaccination augmentaient – tout en respectant des directives sanitaires spéciales et uniquement pour les personnes munies d’un laissez-passer vert délivré à ceux qui avaient reçu deux doses du vaccin contre le coronavirus ou qui s’étaient rétablis de la COVID-19.

L’entrée de la cinémathèque de Jérusalem le 1er mars 2021, la première soirée d’ouverture du théâtre d’art depuis juin 2020 (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israël)

Nov, Nahmias et les Livay s’étaient présentés 20 minutes avant la projection, conformément aux instructions de la Cinémathèque, l’une des nombreuses règles que les lieux de divertissement doivent respecter.

En plus de commander les billets à l’avance (le guichet est fermé) et de respecter des heures d’arrivée décalées, les spectateurs devaient présenter leur Passeport vert à l’entrée. Certains sont arrivés sans leur Passeport vert sur leur smartphone et les ouvreurs les ont aidés à télécharger l’application Ramzor du ministère de la Santé et à accéder au certificat.

À l’intérieur du théâtre, les spectateurs devaient respecter la distanciation physique, en laissant au moins un siège vide entre les spectateurs ou les groupes de spectateurs, mais la participation a été si faible que cela n’a pas posé de problème.

« C’est merveilleux », a déclaré Nahmias. « Deux rangées devant moi et deux rangées derrière moi ; c’est un sentiment de sécurité d’être ici et de se sentir en sécurité ».

Un auditorium presque vide à la cinémathèque de Jérusalem le 1er mars 2021, la première soirée d’ouverture du théâtre d’art depuis juin 2020 (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israël)

Le cinéma d’art et d’essai, qui accueille également le festival annuel du film d’été de Jérusalem, avait ouvert brièvement en juin pendant dix jours et avait accueilli plusieurs projections en plein air en août et septembre avant que le deuxième verrouillage ne s’installe. Mais en dehors de cela, il était fermé depuis près d’un an, a déclaré Roni Mahadav-Levin, qui gère le théâtre.

« Nous n’avons jamais vécu quelque chose comme ça en 40 ans d’existence », a-t-il déclaré. « Nous espérons rester ouverts pendant plus de deux semaines. »

Roni Mahadav-Levin, directeur de la cinémathèque de Jérusalem, qui a rouvert le 1er mars 2021, après des mois de confinement. (Crédit : Roni Mahadav-Levin)

La réouverture tant attendue nécessitait un film approprié, a-t-il dit. C’est « Miracle à Milan » de Vittorio de Sica, réalisé en 1950 à la fin de la Seconde Guerre mondiale, qui a été retenu. Il a été projeté lundi soir à 18 heures.

« C’était après une énorme catastrophe mondiale, peut-être la plus grande catastrophe commune que le monde entier ait connue avant le coronavirus, et il montre des gens qui font face à leurs pertes et à leurs espoirs pour l’avenir », a expliqué Mahadav-Levin. « C’est une question de solidarité entre les gens ; c’est drôle et ça réchauffe le cœur ».

Le cinéma projette deux à trois films par jour pendant sa première semaine de réouverture. Pour l’instant, la plupart des spectateurs se font rare, probablement à cause de la nervosité persistante de s’asseoir pendant deux heures dans un espace fermé avec des dizaines d’étrangers.

Certains, cependant, reviennent, y compris les habitués et les membres, dont les abonnements ont été gelés pendant la pandémie et seront prolongés pour le nombre de jours où la Cinémathèque était fermée.

« Il y a de l’espoir », a déclaré Mahadav-Levin. « Bravo à Netflix, mais notre type de cinéma peut tout simplement offrir plus. »

« Nous attendions que cela »

D’autres lieux ouvrent à nouveau leurs portes, notamment les salles de spectacle, les clubs de musique et les musées.

Un porte-parole de la chaîne de petites salles de musique Zappa a déclaré avoir vu des foules proches de la capacité autorisée dans leurs petits clubs, qui peuvent normalement accueillir environ 150 personnes.

Le club a accueilli huit spectacles « intimes », pour la plupart à guichets fermés, avec le rockeur Aviv Geffen, pour célébrer le grand retour des évènements culturels.

« Après un an… » a écrit Geffen sur sa page Instagram, dans la légende d’une photo de lui sur scène à Herzliya le 22 février devant un public masqué et majoritairement respectueux de la distanciation sociale. « Difficile à croire. [C’est] ce qui s’est passé aujourd’hui alors que la majeure partie du monde était paralysée. »

Alors que les théâtres, clubs et autres lieux avec des estrades ne sont ouverts qu’aux détenteurs d’un Passeport vert, les musées sont ouverts à tous, selon des règles établies par les ministères de la Santé et de la Culture.

Au Musée d’art de Tel-Aviv, jeudi, une file s’est formée à l’intérieur du hall à 14 heures, alors que ceux qui avaient réservé des billets pour cette heure se préparaient à entrer.

Les visiteurs font la queue pour le créneau de 14 heures au Musée d’art de Tel-Aviv le 25 février 2021, après la longue et deuxième fermeture du musée. (Crédit ; Jessica Steinberg/Times of Israël)

Talia Frenkel et son petit ami Sarel, tous deux âgés de 18 ans, ont regardé la sculpture de Hulk (Rock) en marbre et bronze polychromés de l’exposition Jeff Koons du musée de Tel-Aviv. C’était la première fois en un an que Sarel entrait dans un musée, et la troisième fois l’année dernière pour Frenkel.

« J’aime les musées », a déclaré Frenkel. « C’est tellement agréable de sortir quelque part, de pouvoir à nouveau s’imprégner de la culture ».

« Nous avons planifié cette journée depuis un certain temps. Il n’y a rien de spontané », a-t-elle déclaré.

Talia Frenkel et son petit ami Sarel, à gauche, se sont rendus à l’exposition Jeff Koons au Musée d’art de Tel-Aviv dès la réouverture des musées le 23 février 2021 (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israël)

Hila Cohen, ses parents et ses deux enfants se sont promenés dans la toute nouvelle exposition d’Alexander Calder au musée, profitant de la liberté de mouvement et de l’espace qui correspond au sujet de l’exposition, les célèbres mobiles de Calder.

Cohen a perdu de vue ses deux filles pendant quelques minutes entre les galeries, pour la première fois depuis des mois.

« Je ne suis pas trop inquiète », dit-elle. « Cela fait des mois que je suis enfermée à l’intérieur. Nous attendions ce genre d’opportunités ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...