Israël en guerre - Jour 145

Rechercher

La désinformation déshumanise les victimes en Syrie et à Gaza – experts

Depuis le 7 octobre, Internet est inondé d'images montrant les horreurs de la guerre, mais certaines sont détournées de leur contexte dans le but d'attirer davantage l'attention

Fake news découvertes par des étudiants bénévoles d'IDC à Herzliya, dans le centre d'Israël. (Crédit : IDC)
Fake news découvertes par des étudiants bénévoles d'IDC à Herzliya, dans le centre d'Israël. (Crédit : IDC)

Sur les réseaux sociaux, une vidéo montrant des écoliers syriens ensanglantés après une explosion a été faussement associée à Gaza, illustrant une inquiétante tendance à la désinformation qui, selon des experts, déshumanise les victimes des guerres en Syrie et dans le territoire palestinien.

Dès l’assaut du 7 octobre perpétré par le groupe terroriste palestinien du Hamas – au cours desquels des terroristes ont pris d’assaut la frontière de Gaza et sauvagement assassiné 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et pris plus de 240 otages -, Internet est inondé d’images montrant les horreurs de la guerre. Mais il s’agit pour certaines de photos et vidéos détournées de leur contexte dans le but d’attirer davantage l’attention.

Des journalistes de l’AFP spécialisés dans la vérification des faits ont révélé notamment que des photoset vidéos de la guerre en Syrie ont été présentées comme étant des images provenant de la bande de Gaza.

Largement diffusée sur les réseaux sociaux, une vidéo filmée par un enseignant dans une école du village d’Afes, dans le nord-ouest de la Syrie, montre des enfants visiblement terrifiés après un bombardement des forces gouvernementales le 2 décembre.

Des secouristes des Casques blancs, opérant dans les zones rebelles en Syrie, ont raconté à l’AFP que des éclats d’obus avaient volé dans les salles de classe et blessé plusieurs élèves. Une enseignante a succombé à ses blessures.

Ces images ont été tournées dans le contexte de la guerre civile en Syrie déclenchée en 2011, mais certains utilisateurs ont affirmé que la vidéo montrait des snipers israéliens ouvrant le feu sur des enfants dans la bande de Gaza.

Une illustration diffusée sur un site appelé amadnews_official, montrant une bulle disant, « Ni Gaza, ni le Liban, mon [âme] est pour l’Iran, » et une légende un peu obscure qui dit, « Amed News, pleure du sang, nous ne vous oublierons jamais, Téhéran, Machad, Shahin Nadjafi, recommencez, mercredi sans restriction, le mercredi blanc, Écho humain, Glorification ». (Crédit : Facebook)
« Pas une fiction » 

Pour Ismaïl al-Abdallah, un bénévole des Casques blancs, la propagation de cette fausse information minimise « la gravité des véritables horreurs auxquelles sont confrontés les civils » dans la bande de Gaza et en Syrie.

« Notre histoire n’est pas une fiction que les gens peuvent simplement modifier pour inventer une autre histoire », a-t-il fustigé lors d’une interview accordée à l’AFP.

Une autre vidéo, censée montrer les horreurs subies par les civils à Gaza, où les enfants sont parmi les plus touchés par la guerre, a en réalité été tournée en Syrie en 2014. Elle montre un garçon en pleurs réagissant à la mort de ses frères et soeurs.

Une photo de 2013, sur laquelle on peut voir des enfants syriens morts enveloppés dans des linceuls, a également été détournée et partagée par une membre du Congrès américain.

À LIRE : Le film des Palestiniens tués aurait été bidouillé

Ces images détournées font de l’ombre à celles prises par des journalistes sur le terrain au péril de leur vie et, selon des experts, elles brouillent également la compréhension des conflits.

« Le but de la désinformation n’est pas seulement de faire croire à un mensonge, mais aussi de diviser », explique à l’AFP Lee McIntyre, chercheur à l’Université de Boston.

Parmi ceux qui recyclent de vieilles images, on trouve des influenceurs de premier plan.

C’est le cas de l’Américain Jackson Hinkle, qui a partagé en novembre une vidéo d’une femme tenant un jouet et descendant les escaliers d’un immeuble balayé par des éclats d’obus, avec la légende suivante : « Vous ne pouvez pas briser l’esprit palestinien. »

Elle a en réalité été tournée en 2016 dans la ville syrienne de Homs, ont révélé des journalistes de l’AFP grâce à la recherche d’images inversées.

De nombreux créateurs qui diffusent ce type de désinformation sur X exploitent un logiciel de partage des revenus publicitaires qui, selon les chercheurs, encourage les faux contenus extrémistes conçus pour stimuler l’engagement.

Pour Kenan Masoud, le directeur de l’école du village syrien d’Afes, la désinformation est « triste et dégoûtante ».

« Les images d’enfants et de blessés ne sont pas à vendre. »

« Propagande »

Ces détournements d’images sont « dangereux car ils donnent aux détracteurs un moyen facile de rejeter des allégations fondées », souligne Roger Lu Phillips, directeur juridique du Centre syrien pour la justice et la responsabilité (SJAC).

La désinformation est souvent réalisée « à des fins propagandistes » ou « par pure paresse », explique-t-il.

Elle « sème le doute dans le cœur des gens », estime pour sa part Ranim Ahmed, de l’association de défense des droits humains The Syria Campaign. Ce qui peut pousser le public à se taire plutôt qu’à s’engager dans des actes de solidarité par exemple, poursuit-il.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.