La famille d’un binational détenu en Iran exige de rencontrer Boris Johnson
Rechercher

La famille d’un binational détenu en Iran exige de rencontrer Boris Johnson

Anoosheh Ashoori, un ingénieur à la retraite, a été arrêté en 2017 alors qu'il rendait visite à sa mère avant d'être accusé d'espionnage pour Israël et condamné à dix ans de prison

Une photo de famille d'Anoosheh Ashoori (g) et de sa femme Sherry Izadi (d), vues lors d'une interview avec l'AFP à Londres le 19 juin 2020. (Crédit :  DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)
Une photo de famille d'Anoosheh Ashoori (g) et de sa femme Sherry Izadi (d), vues lors d'une interview avec l'AFP à Londres le 19 juin 2020. (Crédit : DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)

La famille d’un Britannico-iranien détenu à Téhéran, Anoosheh Ashoori, a exigé vendredi de rencontrer le Premier ministre Boris Johnson, qu’elle accuse d’incompétence dans sa gestion de l’affaire.

Anoosheh Ashoori, un ingénieur à la retraite de 67 ans installé au sud de Londres, a été arrêté en 2017 alors qu’il rendait visite à sa mère avant d’être accusé d’espionnage pour Israël et condamné à dix ans de prison, selon sa famille qui vit à Londres.

« Nous espérons obtenir une reconnaissance officielle et une prise en compte du cas de mon mari (…) par Boris Johnson, qui ne nous a jamais reconnus publiquement depuis quatre ans », a déclaré à l’AFP Sherry Izadi, l’épouse de M. Ashoori.

Sherry Izadi et ses deux enfants Aryan et Elika ont pris place vendredi sur des chaises devant Downing Street, en laissant une quatrième, vide, pour représenter le fait que Boris Johnson refuse de les rencontrer.

Aryan Ashoori a accusé Boris Johnson d’être « tellement incompétent qu’il a peur de dire quelque chose qui empirerait la situation ».

Sa sœur Elika a quant à elle exprimé ses doutes que le chef du gouvernement soit même au courant de cette affaire.

Vendredi, le Premier ministre britannique Boris Johnson a souhaité aux Juifs britanniques une joyeuse Pâque dans un message vidéo. (Capture d’écran : Twitter)

Dans l’après-midi, Boris Johnson a sur Twitter « réitéré » son appel pour que Téhéran libère M. Anoosheh, ainsi que « les autres ressortissants britanniques injustement détenus en Iran ».

Des bi-nationaux de plusieurs pays sont détenus en Iran, leurs soutiens et le gouvernement britannique dénonçant des prises d’otages destinées à faire pression sur les pays occidentaux.

A l’occasion du quatrième anniversaire de la détention d’Anoosheh Ashoori, sa famille a été soutenue vendredi par un petit groupe de manifestants, parmi lesquels Richard Ratcliffe, dont l’épouse Nazanin Zaghari-Ratcliffe est détenue en Iran, brandissant des pancartes « Libérez ANOOSHEH », ou « M. le Premier ministre pourquoi ne nous rencontrez-vous pas ? »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...