La famille d’Yitzhak Rabin met en garde contre les incitations à la haine
Rechercher

La famille d’Yitzhak Rabin met en garde contre les incitations à la haine

Vendredi, une cérémonie au mont Herzl marque le 21e anniversaire de l’assassinat de l’ancien Premier ministre par un extrémiste juif

Dalia Rabin au service commémoratif marquant les 21 ans de l'assassinat de l'ancien Premier ministre Yitzhak Rabin, organisé au cimetière du mont Herzl à Jérusalem, le 4 novembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Dalia Rabin au service commémoratif marquant les 21 ans de l'assassinat de l'ancien Premier ministre Yitzhak Rabin, organisé au cimetière du mont Herzl à Jérusalem, le 4 novembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Au 21e anniversaire de l’assassinat de l’ancien Premier ministre Yitzhak Rabin, des membres de la famille ont mis en garde contre le fait que les incitations contre des adversaires politiques perdurent dans le débat politique israélien.

Des membres de la famille et des amis se sont réunis au cimetière national du mont Herzl à Jérusalem pour commémorer le meurtre en 1995 de Rabin par un extrémiste juif opposé aux négociations de paix d’Oslo avec les Palestiniens.

Prenant la parole lors de l’événement, la fille de Rabin, Dalia, a averti que les schismes qui avaient divisé Israël à l’époque, amenant au meurtre de son père, étaient encore présents dans le discours public en Israël.

« Ce meurtre a été terrible. C’est une plaie encore ouverte pour nous dans la famille, mais qui est également une blessure béante dans notre nation », a-t-elle expliqué lors de la cérémonie.

« L’incitation qui existait avant n’a jamais disparu. Des factions de notre nation sont encore dans le déni et trouvent des moyens de débattre sur le fait de savoir si, peut-être, cela avait été une bonne chose de l’assassiner », a-t-elle ajouté.

Rabin avait été tué par balle par l’activiste d’extrême-droite Yigal Amir au terme d’un rassemblement pour la paix organisé le 4 novembre 1995 à Tel Aviv.

Yigal Amir au tribunal (Crédit : Flash90)
Yigal Amir au tribunal (Crédit : Flash90)

D’autres intervenants à la cérémonie de commémoration de vendredi, qui s’est tenue devant la tombe de marbre noir de Rabin, ont salué la longue histoire au service d’Israël du défunt.

“Je savais que peu importe la raison, bonne ou mauvaise, vous me soutiendriez”, a expliqué l’ancien chef du Mossad Shabtai Shavit, qui a servi sous Rabin.

Rabin avait servi comme chef d’Etat-Major d’Israël durant la Guerre des Six Jours en 1967. Il avait ensuite été ambassadeur aux Etats-Unis, ministre de la Défense et deux fois Premier ministre.

En 1994,il avait reçu le Prix Nobel de la Paix pour sa participation aux efforts de paix d’Oslo aux côtés du ministre des Affaires étrangères d’alors Shimon Peres, décédé au mois de septembre, et du président de l’OLP Yasser Arafat.

La cérémonie de vendredi n’a impliqué que la famille et les amis proches. Une commémoration publique aura lieu samedi soir sur la place de Tel Aviv, renommée Place Rabin, où le Premier ministre avait été assassiné.

Ce rassemblement est organisé par le parti travailliste, dont Rabin avait été le président, après que des organisateurs privés aient annoncé la semaine dernière qu’ils avaient dû annuler le rassemblement en raison d’un manque de financement. Le président travailliste et parlementaire issu de l’Union sioniste Isaac Herzog, a promis que l’événement aurait lieu grâce à des fonds issus de sa formation.

La famille et les amis à un service commémoratif marquant les 21 ans de l'assassinat de l'ancien Premier ministre Yitzhak Rabin, tenu au cimetière du mont Herzl à Jérusalem, le 4 novembre 2016 (Yonatan Sindel / Flash90)
La famille et les amis à un service commémoratif marquant les 21 ans de l’assassinat de l’ancien Premier ministre Yitzhak Rabin, tenu au cimetière du mont Herzl à Jérusalem, le 4 novembre 2016 (Yonatan Sindel / Flash90)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...