La Fédération internationale de gymnastique rejette la plainte russe
Rechercher

La Fédération internationale de gymnastique rejette la plainte russe

Après une enquête, la Fédération internationale de gymnastique a statué qu'il n'y avait "pas de parti pris" dans l’attribution de l’or à Linoy Ashram aux Jeux olympiques de Tokyo

L’Israélienne Linoy Ashram participe à la finale du concours général individuel de l'épreuve de gymnastique rythmique lors des Jeux olympiques de Tokyo 2020 où elle a obtenu la médaille d’or, le 7 août 2021. (Lionel Bonaventure / AFP)
L’Israélienne Linoy Ashram participe à la finale du concours général individuel de l'épreuve de gymnastique rythmique lors des Jeux olympiques de Tokyo 2020 où elle a obtenu la médaille d’or, le 7 août 2021. (Lionel Bonaventure / AFP)

La Fédération internationale de gymnastique a officiellement rejeté jeudi toute allégation de jugement injuste ou partial en gymnastique rythmique au début du mois aux Jeux olympiques de Tokyo, où l’Israélienne Linoy Ashram a remporté la médaille d’or et mis fin à des années d’hégémonie russe dans ce sport.

« Nous pouvons confirmer qu’aucun parti pris ou irrégularité n’a été identifié dans le jury », a déclaré l’organisation, connue sous le nom de FIG, son acronyme en français.

Ashram a remporté l’or lors de la finale du concours général individuel de gymnastique rythmique, devançant la Russe Dina Averina, qui était l’une des favorites. Averina – en compétition dans le cadre du Comité olympique russe, qui ne représente techniquement pas la Russie, puisque la Russie a été interdite des Jeux olympiques sur des allégations de dopage – et d’autres responsables russes de la gymnastique ont fustigé le jugement qui a suivi l’événement.

« Je ne pense pas que c’était juste aujourd’hui, c’était évident dès le tout premier engin quand… j’ai obtenu un score inférieur, donc je ne peux pas dire que c’était très juste », a déclaré Averina aux journalistes peu de temps après la finale. Le président du Comité olympique russe avait annoncé qu’il demanderait une enquête sur le processus de jugement après le résultat.

Dans sa déclaration de jeudi, la FIG a déclaré avoir effectué « un examen post-compétition approfondi de tous les éléments d’évaluation dans chaque phase des compétitions de gymnastique rythmique aux Jeux olympiques de Tokyo 2020 » et n’avait trouvé aucune faille.

L’organisation a donc confirmé « que les classements et les résultats des compétitions des Jeux olympiques de Tokyo 2020 en gymnastique rythmique pour les individus et les groupes sont justes et impartiaux ».

La Russe Dina Averina participe à la finale du concours général individuel de l’épreuve de gymnastique rythmique lors des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 au centre de gymnastique Ariake de Tokyo, le 7 août 2021. (Crédit : Lionel BONAVENTURE / AFP)

Le Comité olympique russe n’a pas non plus remporté l’or du concours par équipes en gymnastique rythmique, remportant l’argent alors que la Bulgarie remportait l’or. L’équipe d’Israël a terminé sixième au classement général.

La FIG a également condamné le harcèlement en ligne que certains juges ont subi de la part des fans d’Averina et de l’équipe russe.

« Nous avons été consternés d’apprendre que plusieurs juges des jurys de gymnastique rythmique ont reçu de nombreuses menaces et messages haineux depuis les compétitions olympiques », indique son communiqué. « Ces tentatives de déstabilisation des juges sont tout à fait inacceptables. La FIG tient à affirmer clairement que ces juges ont tout notre soutien et peuvent être félicités pour leur travail. »

L’organisation n’a pas abordé le harcèlement en ligne qu’Ashram elle-même a subi après sa médaille d’or. Ashram a déclaré quelques jours plus tard qu’elle ne ressentait aucune rancune envers Averina.

De gauche à droite : la médaillée d’argent Dina Averina, du Comité olympique russe, la médaillée d’or Linoy Ashram, d’Israël, et la médaillée de bronze Alina Harnasko, de Biélorussie, montent sur le podium après la finale du concours général individuel de gymnastique rythmique aux Jeux olympiques 2020, le 7 août 2021, à Tokyo, au Japon. (Crédit : AP / Ashley Landis)

« Je ne suis pas en colère contre elle. Chaque athlète doit encaisser les victoires et les défaites avec un esprit sportif. Il n’est pas nécessaire de réagir de manière incorrecte, mais au final, elle a fait ce qu’elle pensait être bon pour elle », a déclaré Ashram.

Peu de temps après, Averina s’est tournée vers les réseaux sociaux pour appeler ses fans à renoncer à attaquer Ashram.

« Je me sens mal pour Linoy. Elle n’a rien fait de mal. Arrêtez de l’empoisonner », a-t-elle déclaré dans des commentaires diffusés par le site d’actualités sportives russe Championat. « Nous ne sommes coupables de rien – c’est l’affaire des juges. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...