Israël en guerre - Jour 139

Rechercher

La FIBA ouvre une enquête contre des supporters grecs avant agressé des Israéliens

Un match de basket entre Hapoel Jerusalem et AEK Athènes a dégénéré lorsque des supporters locaux ont brûlé un drapeau israélien et lancé des pétards et des pierres sur des Israéliens

Des supporters de l'AEK Athènes brûlent un drapeau israélien lors d'un match contre Hapoel Jérusalem, à Athènes, en Grèce, le 12 avril 2023. (Crédit : Capture d'écran de la vidéo Twitter : utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Des supporters de l'AEK Athènes brûlent un drapeau israélien lors d'un match contre Hapoel Jérusalem, à Athènes, en Grèce, le 12 avril 2023. (Crédit : Capture d'écran de la vidéo Twitter : utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

La Fédération internationale de basket-ball (FIBA) a ouvert une enquête jeudi sur les violences commises par des supporters grecs à l’encontre de supporters israéliens lors du match opposant hier l’AEK Athènes à l’Hapoel Jérusalem.

Le match qui a eu lieu dans la capitale grecque, a complètement dégénéré avec des supporters locaux brûlant un drapeau israélien, lançant des pétards et des pierres sur des supporters israéliens.

Dans un communiqué, la Basketball Champions League (BCL) de la FIBA a indiqué que des procédures disciplinaires ont été ouvertes, ajoutant que « les clubs qui ne sont pas en mesure d’assurer un environnement sûr seront sanctionnés en conséquence ».

Selon les images, une banderole sur laquelle était inscrit « La capitale de la Palestine est Jérusalem » – en référence au conflit historique entre Israël et les Palestiniens sur la ville sainte – a été accrochée aux tribunes.

Un responsable de Hapoel Jerusalem a déclaré à la Douzième chaîne que certains supporters avaient été légèrement blessés au cours de l’incident. Le match a été brièvement interrompu en raison des pétards ; la police n’a pas autorisé les supporters à quitter l’arène.

« Il règne ici le chaos le plus total et les mesures de sécurité sont un véritable échec », a déclaré un responsable.

Les supporters ont dit avoir été intimidés par les policiers, qui se seraient montrés agressifs à leur égard. Certaines personnes présentes sur les lieux ont déclaré à la chaîne publique israélienne Kan que la police n’avait fait aucun effort pour arrêter les émeutiers.

« Dès le début du match, l’atmosphère était très hostile à l’égard des Israéliens », a déclaré Tal Hakim à Kan. Il a ajouté qu’il y avait « de nombreux drapeaux palestiniens et du Hezbollah et il y a eu plusieurs tentatives d’entrer dans notre tribune et de mettre le feu au drapeau israélien ».

« Un quart d’heure après le début du match, ils ont commencé à nous lancer des briques et des pierres, et ont même blessé quelques supporters. Nous avons été confinés dans une petite zone pour ne pas être blessés. Un quart d’heure plus tard, ils ont commencé à nous lancer des pétards, mettant le feu aux vêtements de l’un des supporters. »

« Tout le monde attendait la fin du match pour pouvoir rentrer chez soi indemne », a-t-il ajouté.

Le match, le deuxième d’une série de quarts de finale de la FIBA Champions League, s’est terminé par une victoire 94-78 de l’AEK.

L’équipe israélienne a déclaré dans un communiqué qu’elle considérait l’incident comme un acte de terrorisme dans tous les sens du terme.

« Nous avons examiné les possibilités de faire sortir les supporters israéliens à la mi-temps, mais ils étaient encerclés par les Grecs et on a craint un violent pogrom », a déclaré l’équipe israélienne dans un communiqué.

« L’équipe n’ignorera pas ces événements et une plainte sera déposée auprès de la FIBA. »

Le ministre de la Culture et des Sports, Miki Zohar, a de son côté déclaré jeudi que les violences commises la veille par des supporters grecs à l’encontre de supporters israéliens constituaient « une attaque antisémite contre les Juifs » et a demandé que des mesures soient prises à l’encontre de l’AEK Athènes pour cet incident.

Dans un communiqué, Zohar a indiqué qu’il s’est entretenu avec le président de la Fédération internationale de basket-ball (FIBA), des membres du club Hapoel Jerusalem et le vice-ministre grec des Sports, Eleftherios Avgenakis.

Le communiqué a indiqué qu’Avgenakis a transmis à Zohar un message du Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis exprimant sa tristesse face à l’incident, précisant qu’un suspect avait été arrêté et que d’autres arrestations éventuelles sont examinées.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.