Israël en guerre - Jour 231

Rechercher

La France condamne à son tour la mise en orbite d’un satellite iranien

La Grande-Bretagne et l'Allemagne ont déjà critiqué l'annonce faite le 27 septembre, selon laquelle l'Iran et les CGRI avaient placé en orbite un satellite d'imagerie, Nour-3

Une fusée russe Soyouz décolle pour mettre en orbite le satellite iranien Khayyam au cosmodrome russe de Baïkonour, au Kazakhstan, le 9 août 2022. (Crédit : Roscosmos via AP)
Une fusée russe Soyouz décolle pour mettre en orbite le satellite iranien Khayyam au cosmodrome russe de Baïkonour, au Kazakhstan, le 9 août 2022. (Crédit : Roscosmos via AP)

La France a emboîté le pas de ses alliés en condamnant jeudi le placement en orbite fin septembre d’un satellite d’imagerie iranien, jugeant qu’il participait aux avancées de la République islamique en matière de missiles balistiques.

Paris a estimé que ce lancement « n’était pas conforme à la résolution 2231 du Conseil de sécurité » de l’ONU qui endossait le JCPOA, l’accord sur le nucléaire iranien de 2015.

« Du fait de la grande proximité des technologies employées pour les lancements spatiaux et les tirs balistiques, ce lancement participe directement aux progrès déjà préoccupants de l’Iran dans son programme de missiles balistiques », indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Le 27 septembre, l’Iran avait annoncé que les Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI), son armée idéologique, avaient placé en orbite un satellite d’imagerie, Nour-3, à 450 km au-dessus de la Terre. Ce lancement est « un précieux succès », avait déclaré le chef des CGRI, le général Hossein Salami, estimant que les images obtenues permettraient de « compléter les besoins de renseignements des Gardiens ».

Pour la France, « cette activité s’inscrit (…) dans un contexte d’escalade nucléaire depuis plusieurs années, dont font état les rapports de l’Agence internationale de l’énergie atomique » (AIEA).

Le Quai d’Orsay « souligne une nouvelle fois à quel point le programme balistique iranien demeure une source de préoccupation pour la communauté internationale » et appelle Téhéran « à mettre un terme à ses activités balistiques déstabilisatrices ».

L’Iran maintient que ses activités aérospatiales sont pacifiques. Mais les gouvernements occidentaux craignent que ses systèmes de lancement de satellites intègrent des technologies interchangeables avec celles utilisées dans les missiles balistiques capables de porter une ogive nucléaire.

La Grande-Bretagne et l’Allemagne avaient déjà vivement critiqué cette annonce.

Depuis des années, l’Iran dément chercher à se doter de l’arme nucléaire. Le pays est soumis à des sanctions américaines depuis le retrait de Washington en 2018 du JCPOA, l’accord entre Téhéran et les grandes puissances visant à limiter le programme nucléaire iranien.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.