Rechercher

« La France ne laissera jamais passer l’antisémitisme », assure Pécresse à Toulouse

En visite à l'école Ohr Torah, la candidate LR à la présidentielle a déposé une gerbe au pied de "l'Arbre de vie", un monument en hommage aux victimes, où elle s'est recueillie

"La candidate à la présidence du parti "Les Républicains" (LR) Valérie Pecresse (C) visite l'école Ohr Torah, anciennement Ozar Hatorah, à Toulouse, le 18 mars 2022, où le djihadiste Mohamed Merah a tué trois enfants et un enseignant en 2012. (Crédit : Lionel BONAVENTURE / AFP)
"La candidate à la présidence du parti "Les Républicains" (LR) Valérie Pecresse (C) visite l'école Ohr Torah, anciennement Ozar Hatorah, à Toulouse, le 18 mars 2022, où le djihadiste Mohamed Merah a tué trois enfants et un enseignant en 2012. (Crédit : Lionel BONAVENTURE / AFP)

Valérie Pécresse a assuré que la France « ne laissera jamais passer l’antisémitisme », vendredi lors d’une visite à Toulouse, dix ans après les attentats perpétrés par Mohamed Merah qui avaient fait sept morts.

En visite à l’école Ohr Torah (anciennement école Otzar Hatorah) où quatre personnes dont trois enfants avaient été tuées par balle, la candidate LR à la présidentielle a déposé une gerbe au pied de « l’Arbre de vie », un monument en hommage aux victimes, où elle s’est longuement recueillie.

« Celui qui a commis cet attentat barbare a voulu s’en prendre aux juifs de France et a travers eux à la France, car quand on tue un juif de France, un enfant juif, c’est à la France qu’on s’attaque », a-t-elle affirmé lors d’un point presse.

Mais « de cette tragédie est sorti de l’amour », a-t-elle assuré.

« Dimanche, c’est toute la France qui va elle aussi transmettre cet énorme message d’amour. La France, c’est la fraternité, l’humanité, la France restera toujours debout et ne laissera jamais passer l’antisémitisme », a martelé Mme Pécresse, deux jours avant les commémorations officielles de ces attentats prévues en présence d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy et François Hollande.

« Comme vous n’avez pas baissé les bras, personne n’a osé baisser les bras », a-t-elle déclaré lors d’une rencontre avec des enseignants, élèves et anciens de l’école.

Entre les 11 et 19 mars 2012, Mohamed Merah avait assassiné avec une arme de poing trois militaires, trois enfants et un enseignant juifs à Toulouse et à Montauban. Le 22 mars, il était tué par la police dans son appartement lors d’un assaut.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...