La grève prévue ce week-end à l’aéroport Ben Gurion annulée
Rechercher

La grève prévue ce week-end à l’aéroport Ben Gurion annulée

La décision a été prise après que le ministre des Finances a promis d'aider à résoudre le différend sur les impôts qui auraient pu entraîner des licenciements

Des avions de la compagnie nationale El Al sur le tarmac de l'aéroport international Ben Gurion, près de Tel Aviv, le 21 août 2014. (Crédit : Jack Guez/AFP)
Des avions de la compagnie nationale El Al sur le tarmac de l'aéroport international Ben Gurion, près de Tel Aviv, le 21 août 2014. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Une grève annoncée par les employés de l’aéroport international Ben Gurion au cours du week-end qui menaçait de bloquer des dizaines de milliers de passagers a été annulée jeudi.

L’Autorité des aéroports israéliens (AAI) a annoncé que la grève, qui devait débuter vendredi soir, a été annulée après l’intervention du ministre des Finances Moshe Kahlon et du président du syndicat de la Histadrout, Avi Nissenkorn, qui ont réussi à convaincre le chef du syndicat Pinhas Idan à retarder la grève jusqu’à ce qu’ils parviennent à un compromis sur le différend qui oppose l’AAI et le ministère de l’Intérieur.

Dans une lettre adressée à Idan, Kahlon a déclaré que la grève aurait imposé « des souffrances inutiles » aux passagers et nui à l’économie israélienne.

« Je demande que [vous] évitiez des souffrances inutiles aux passagers pendant le week-end et des dommages économiques à l’économie », a écrit Kahlon.

Le ministre des Finances Moshe Kahlon, à gauche, et le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, au centre, assistent à une réunion du cabinet (Crédit : Amit Shabi / Piscine)

Le syndicat avait menacé de faire échouer les tentatives du ministre de l’Intérieur, Aryeh Deri, destinées à créer une commission permettant aux municipalités locales de la région sur laquelle l’aéroport est construit de prélever des taxes foncières auprès de l’AAI.

Les nouvelles taxes pourraient conduire à des licenciements massifs au sein de l’aéroport, selon le syndicat.

Les chefs des autorités locales ont depuis longtemps tenté de prélever des taxes sur l’aéroport, situé à 19 kilomètres au sud de Tel Aviv, mais le Premier ministre Benjamin Netanyahu a promis par écrit que cela n’arriverait pas.

La grève, qui devait gêner quelque 28 000 passagers sur 180 vols, devait commencer vendredi soir et se terminer samedi soir.

L’AAI avait déclaré que seul un effectif réduit resterait à l’aéroport si la grève se poursuivait pour faire face aux incidents imprévus tels qu’un atterrissage forcé ou le début d’une guerre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...