La Haute Cour rejette la plainte contre le compromis pour Evyatar
Rechercher

La Haute Cour rejette la plainte contre le compromis pour Evyatar

Les juges estiment “spéculatives” les revendications des Palestiniens de propriété de la terre où l'avant-poste est installé, car l'enquête sur le site n'est pas encore terminée

Une vue de l'avant-poste illégal d'Evyatar, le 21 juin 2021. (Crédit : Sraya Diamant / Flash90)
Une vue de l'avant-poste illégal d'Evyatar, le 21 juin 2021. (Crédit : Sraya Diamant / Flash90)

La Cour Suprême israélienne a rejeté dimanche une plainte des Palestiniens contre le compromis conclu entre les habitants de l’avant-poste illégal d’Evyatar et les autorités israéliennes.

Les 12 plaignants palestiniens prétendent avoir les droits sur la terre sur laquelle Evyatar a été établi, et affirment donc que l’accord, en vertu duquel les habitants ont quitté le sommet de la colline afin que les autorités puissent déterminer son statut, est « manifestement illégal ».

Les autorités israéliennes ont conclu cet accord avec les habitants le mois dernier. En échange de leur départ de l’avant-poste, les bâtiments de fortune qu’ils ont installés sont restés en place et l’armée israélienne a transformé la zone en base temporaire. Au cours des prochains mois, le ministère de la Défense étudiera le terrain pour déterminer son statut et évaluer s’il peut être légalement transformé en une implantation formelle.

En réponse aux pétitionnaires palestiniens, les juges ont écrit dimanche qu’étant donné que l’enquête sur le statut foncier est en cours, il est impossible de déterminer pour l’instant quelles zones du territoire appartiennent, le cas échéant, à des Palestiniens.

Le panel de trois juges, composé de David Mintz, Yael Willner et Yitzhak Amit, a estimé que les allégations des pétitionnaires étaient « spéculatives ». Ils ont également écrit qu’il n’y avait « aucune base » pour une affirmation des requérants selon laquelle le résultat de l’enquête était joué d’avance.

Le tribunal a noté que si l’une des structures s’avérait avoir été construite sur un terrain privé, elle serait évacuée.

Cependant, a écrit Amit, « l’État fera bien de clarifier comment des centaines de personnes sont venues squatter le terrain en premier lieu ».

L’avant-poste d’Evyatar a été établi à Jabal Sbeih en mai, quand des centaines de personnes ont afflué dans la zone et organisé des événements réguliers pour tenter de pousser l’État à légaliser l’avant-poste.

Les Palestiniens maintiennent que le terrain appartient à des résidents du village voisin de Beita.

Ces derniers mois, au moins sept Palestiniens ont été tués par les troupes israéliennes lors de violents affrontements aux alentours de cet avant-poste.

Samedi soir, des Palestiniens qui protestaient contre l’avant-poste ont mis le feu à une étoile de David associée à une croix gammée.

Des images publiées sur les médias palestiniens montraient la construction de fortune et des dizaines de torches en préparation pour les manifestations nocturnes près de la ville cisjordanienne de Beita. Plus tard, des images ont montré la structure incendiée.

Les manifestations contre Evyatar, construit au sommet d’une colline surplombant Beita, se sont poursuivies malgré le départ des résidents du sommet de la colline.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...