La Hongrie va ouvrir un bureau doté du « statut diplomatique » à Jérusalem
Rechercher

La Hongrie va ouvrir un bureau doté du « statut diplomatique » à Jérusalem

Lors de réunions avec trois des quatre membres du groupe de Visegrad, Netanyahu refuse de parler de la décision de la Pologne de boycotter le sommet

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu à l'hôtel King David à Jérusalem, 19 février 2019. (Crédit : Amos Ben Gershom)
Le Premier ministre hongrois Viktor Orban avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu à l'hôtel King David à Jérusalem, 19 février 2019. (Crédit : Amos Ben Gershom)

La Hongrie va ouvrir un bureau commercial à Jérusalem qui aura un « statut diplomatique » officiel, a annoncé mardi le Premier ministre du pays lors d’une brève visite en Israël.

« Je viens d’informer le Premier ministre que le gouvernement hongrois a décidé d’ouvrir une représentation commerciale ici, qui aura un statut diplomatique, de sorte que nous allons maintenant apparaître officiellement à Jérusalem également », a déclaré le Premier ministre Viktor Orban, aux côtés du Premier ministre Benjamin Netanyahu après une réunion bilatérale des deux dirigeants à l’hôtel King David, dans la capitale.

« J’espère donc que ce sera un bon pas en avant pour améliorer encore les relations entre le peuple israélien et la Hongrie », a-t-il déclaré en anglais, car la traduction prévue du hongrois en hébreu ne fonctionnait pas.

Netanyahu a remercié Orban d’avoir « décidé de prolonger l’ambassade de Hongrie en Israël à Jérusalem, c’est-à-dire d’avoir une extension à Jérusalem qui traite du commerce ».

« C’est important », a poursuivi le dirigeant israélien. « C’est un signe de notre amitié. Et c’est aussi un endroit à Jérusalem qui pourra vous accueillir la prochaine fois que vous viendrez nous voir ».

Lors d’une réunion antérieure avec M. Netanyahu, le Premier ministre slovaque Peter Pellegrini avait également annoncé l’ouverture d’un bureau culturel et commercial à Jérusalem, même si l’on ne savait pas encore clairement si ce bureau aurait un statut diplomatique.

Mais Orban et Pellegrini n’ont pas reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël. Actuellement, seuls les États-Unis et le Guatemala ont leur ambassade à Jérusalem.

Le Premier ministre slovaque Peter Pellegrini, (à gauche), s’exprime alors que le Premier ministre Benjamin Netanyahu l’écoute au terme de leur rencontre à Jérusalem, le 19 février 2019. (Ariel Schalit/AP)

M. Orban a été critiqué pour avoir encouragé les stéréotypes antisémites dans son pays, notamment par sa campagne contre le milliardaire juif d’origine hongroise George Soros. Il a également été fustigé pour ses efforts visant à réhabiliter la réputation du chef de guerre hongrois Miklos Horthy, qui a déporté des centaines de milliers de Juifs pour les conduire à la mort.

Dans son discours de mardi, il a promis de soutenir la communauté juive hongroise et s’est élevé contre l’antisémitisme en Europe. Il a également déclaré qu’il entendait s’efforcer d’interdire à l’Union européenne de financer des organisations non gouvernementales qui s’ingèrent « dans des questions politiques et [qui sont] anti-israéliennes ».

« Nous n’acceptons pas ce genre de comportement et ce genre de pratique. Pour le moment, cela existe, et nous voulons y mettre fin », a-t-il déclaré.

M. Netanyahu a félicité le Premier ministre hongrois pour son soutien. « Vous défendez Israël et vous défendez la vérité. C’est une alliance très importante », a-t-il dit.

Orban est venu en Israël cette semaine pour assister au sommet du groupe dit de Visegrad, ou V4, un consortium de quatre pays d’Europe centrale. Lundi, la Pologne s’est retirée du sommet en invoquant un différend diplomatique en cours sur le rôle du pays dans la Shoah et Yisraël Katz, ministre des Affaires étrangères par intérim, a déclaré que les Polonais « boivent l’antisémitisme avec le lait de leur mère ».

Mais Orban et les dirigeants de la Slovaquie et de la République tchèque sont tout de même venus à Jérusalem, tenant de brèves réunions bilatérales individuelles avec Netanyahu, ainsi qu’une réunion conjointe.

Au début de son intervention, M. Orban a brièvement abordé le sujet, affirmant que la tentative d’organiser un sommet V4 en Israël avait « presque réussi ».

C’était la première fois que le groupe se réunissait en dehors du continent européen.

« C’était une première tentative, ce qui est prometteur. J’espère que nous serons en mesure d’achever cette mission plus tard », a-t-il dit.

Après avoir conclu son intervention, un journaliste a demandé à M. Orban s’il était déçu que la Pologne ait décidé d’annuler sa participation, annulant ainsi le sommet. « C’est toujours mieux avec eux que sans eux, bien sûr », a-t-il répondu.

« Nous avons une bonne amitié avec la Pologne… et nous avons une bonne amitié avec Israël, et lorsque deux amis discutent entre eux, le seul espoir que vous pouvez avoir est qu’ils parlent directement l’un avec l’autre et améliorent la situation », a-t-il poursuivi. « C’est aussi mon souhait ».

Le Premier ministre tchèque Andrej Babis, qui a rencontré Netanyahu plus tôt mardi, a fait un commentaire similaire en réponse à une question du Times of Israel sur la dispute de Jérusalem avec Varsovie.

« Je suis sûr que la Pologne et Israël poursuivront leur coopération et résoudront bientôt ce problème », a-t-il déclaré.

Netanyahu a ignoré les questions des journalistes sur la crise avec la Pologne, qui demande des excuses israéliennes pour les propos tenus par Katz.

Le président de la République tchèque Miloš Zeman (assis à droite) et le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) lors de l’inauguration de la Maison tchèque à Jérusalem, le 27 novembre 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

Pellegrini, le dirigeant slovaque, après sa rencontre avec Netanyahu, a annoncé mardi l’ouverture d’un « nouveau centre culturel, d’information et d’innovation » à Jérusalem, dont il a annoncé l’ouverture « très bientôt ».

« Parce que nous avons également pris la décision que pour la première fois dans notre histoire, la Slovaquie n’aura que quatre diplomates responsables de l’innovation, et l’un d’entre eux sera précisément à Jérusalem dans ce nouveau centre », a-t-il déclaré.

Netanyahu s’est dit « absolument ravi » de la décision d’ouvrir un nouveau centre à Jérusalem. « J’espère que ce sera le premier pas vers l’ouverture d’une ambassade slovaque à Jérusalem ».

En novembre, la République tchèque a inauguré solennellement la Maison tchèque à Jérusalem, qui abrite des entreprises telles que CzechInvest, CzechTrade, CzechTourism, CzechTourism, Czech Center dans un petit espace de bureaux à la Cinémathèque de la capitale.

Contrairement à la mission commerciale hongroise en projet, la Maison tchèque n’a pas de statut diplomatique, insistaient à l’époque les responsables.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...