Accusations d’antisémitisme : Varsovie attend des excuses de Jérusalem
Rechercher

Accusations d’antisémitisme : Varsovie attend des excuses de Jérusalem

Les propos du ministre des Affaires étrangères israélien avaient suscité la colère de la Pologne, qui attend des excuses pour éviter "un coup de froid dans les relations"

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki s'exprime à Budapest le 26 janvier 2018 (Crédit : AFP/Attila KISBENEDEK)
Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki s'exprime à Budapest le 26 janvier 2018 (Crédit : AFP/Attila KISBENEDEK)

Varsovie attend des excuses du gouvernement israélien après les accusations d’antisémitisme qui ont conduit la Pologne à se retirer d’un sommet à Jérusalem, ont affirmé mardi plusieurs hauts responsables polonais.

Le chef de la diplomatie israélienne Israël Katz a suscité la colère de Varsovie en accusant les Polonais d’avoir « tété l’antisémitisme avec le lait de leur mère ».

Les autorités israéliennes doivent « demander pardon » pour cette déclaration et la « rejeter », a notamment assuré le vice-ministre polonais des Affaires étrangères Szymon Szynkowski vel Sek.

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki avait pris lundi la décision de n’envoyer personne au sommet du groupe de Visegrad (V4, Hongrie, Pologne, République Tchèque et Slovaquie) qui devait se tenir à Jérusalem, en réaction aux propos tenus dimanche par M. Katz.

Si des excuses ne sont pas présentées, « il y aura vraiment un coup de froid dans les relations » bilatérales, a prévenu le chef du cabinet du Premier ministre, Marek Suski, sur la chaîne privée Polsat News.

Pour le chef de la chancellerie du Conseil des ministres, Michal Dworczyk, il convient de parler de « tensions et non d’effondrement » dans les relations polono-israéliennes. Varsovie demeure « un partenaire très important, sinon le plus important, d’Israël en Europe » et les deux pays « s’appuient mutuellement dans différents projets », a-t-il estimé sur RMF FM.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...