La Jordanie achète des missiles antichar TOW aux Etats-Unis
Rechercher

La Jordanie achète des missiles antichar TOW aux Etats-Unis

Amman participe à la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis contre le groupe djihadiste Etat islamique

Un missile TOW exposé dans un musée (Crédit : White Sands Missile Range Museum / Domaine public / Wikimedia)
Un missile TOW exposé dans un musée (Crédit : White Sands Missile Range Museum / Domaine public / Wikimedia)

La Jordanie a signé un contrat pour l’achat de missiles TOW du groupe américain de défense Raytheon, a annoncé mardi le groupe dans un communiqué publié à Amman en marge du salon d’armement Sofex dédié aux forces spéciales.

Le contrat a été signé entre l’armée jordanienne et le ministère américain de la Défense, a ajouté le groupe sans donner de précisions sur le montant ou le nombre de missiles vendus.

Raytheon a ajouté qu’il commencerait les livraisons des missiles en 2016, ajoutant avoir déjà équipé « l’armée américaine et ses alliés » de plus de 690 000 missiles TOW.

Washington fournit une aide annuelle de plus d’un milliard de dollars par an à la Jordanie, dont près de la moitié sous forme d’aide militaire.

Les missiles TOW sont utilisés depuis 2014 par des rebelles contre le régime dans le conflit en Syrie, pays voisin de la Jordanie.

La Jordanie participe à la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI), qui occupe de vastes territoires en Syrie et en Irak, un autre pays voisin du royaume jordanien.

Selon les organisateurs, plus de 380 sociétés de 37 pays participent au Sofex qui se tient tous les deux ans en Jordanie.

L’ambassadrice des Etats-Unis en Jordanie, Alice Wells, a indiqué à l’AFP que 69 entreprises américaines participaient au salon inauguré par le roi Abdallah II, se félicitant du « solide partenariat » entre son pays et la Jordanie.

Elle a souligné par ailleurs l’importance des nouvelles technologies dans l’industrie de l’armement pour combattre efficacement le terrorisme.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...