La Jordanie durcit les règles de visa à la frontière israélienne
Rechercher

La Jordanie durcit les règles de visa à la frontière israélienne

Des fonctionnaires israéliens ont tenté de faire annuler les nouvelles régulations qui demandent aux voyageurs de payer pour entrer, et de faire une demande deux semaines en avance

Le passage transfrontalier entre la Jordanie et Israël, à  Wadi Arava. (Crédit : CC BY Pawel Ryszawa/Wikipedia)
Le passage transfrontalier entre la Jordanie et Israël, à Wadi Arava. (Crédit : CC BY Pawel Ryszawa/Wikipedia)

La Jordanie a annoncé un durcissement des exigences de visa à l’un de ses postes-frontières avec Israël, a rapporté dimanche la Dixième chaîne, résultat possible de tensions entre les deux gouvernements.

A partir du 1er janvier 2016, les voyageurs entrant en Jordanie par le poste-frontière d’Arava à Eilat devront avoir fait une demande de visa deux semaines en avance et payer des frais de 60 dollars (contrairement au visa actuellement délivré, gratuitement et sur place).

Le reportage de la Dixième chaîne a supposé que ce changement pourrait être lié à la construction par Israël du nouvel aéroport international Ramon au nord d’Eilat, qui pourrait attirer plus de touristes vers les stations israéliennes de la mer Rouge et nuire à l’industrie du tourisme en Jordanie.

Les fonctionnaires israéliens ont déclaré qu’ils étudiaient les nouvelles régulations et s’efforçaient de les faire annuler.

Un fonctionnaire du ministère des Affaires Etrangères a parlé d’un changement « regrettable » et a déclaré qu’il nuisait aux « relations délicates entre les deux nations ».

Les liens entre les pays voisins se sont récemment tendus à cause des violences israélo-palestiniennes à Jérusalem autour du mont du Temple.

En novembre, des centaines de Jordaniens sont descendus dans les rues de plusieurs villes jordaniennes, appelant le gouvernement a abandonner le traité de paix de 1994 avec Israël en réponse aux « violations » israéliennes contre les Palestiniens.

La Jordanie a les droits de garde sur le complexe du mont du Temple à Jérusalem, un site sacré pour les musulmans et les juifs, et lieu d’affrontements le mois dernier entre de jeunes Palestiniens et les forces israéliennes.

Les Palestiniens accusent Israël de vouloir changer le statu quo du site. Le gouvernement israélien a nié à plusieurs reprises toute intention d’altérer le statu quo du site, le plus saint du judaïsme et le troisième lieu saint de l’islam, que les juifs ont actuellement le droit de visiter mais pas celui d’y prier.

En septembre, le roi Abdallah II de Jordanie a averti que les affrontements au mont du Temple pourraient avoir de « sérieuses conséquences » et que toute « provocation » à Jérusalem pourrait ternir les relations entre la Jordanie et Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...