Israël en guerre - Jour 150

Rechercher

La justice brésilienne annule la suspension de Telegram dans le pays

Le magistrat a maintenu l'amende journalière d'un million de réals pour ne pas avoir fourni aux autorités des données sur des groupes néo-nazis actifs sur la plateforme

Capture du site web de l'application de messagerie Telegram sur l'écran d'un ordinateur. (AP Photo / Alexander Zemlianichenko)
Capture du site web de l'application de messagerie Telegram sur l'écran d'un ordinateur. (AP Photo / Alexander Zemlianichenko)

Un juge brésilien a annulé samedi la suspension dans le pays de la messagerie en ligne Telegram, décidée la semaine dernière pour ne pas avoir fourni aux autorités des données sur des groupes néo-nazis actifs sur la plateforme, a indiqué un tribunal fédéral.

Le magistrat a estimé que cette suspension dans tout le pays n’était « pas raisonnable », car elle affecte « la liberté de communication de milliers de personnes qui n’ont aucun lien avec les faits examinés », a indiqué le Tribunal régional fédéral-2, basé à Rio de Janeiro, dans un communiqué.

Il a toutefois maintenu l’amende journalière d’un million de réais (198.000 dollars) imposée à la société par le juge de première instance aussi longtemps qu’elle n’aura pas fourni les informations réclamées.

La police fédérale et le parquet brésilien avaient demandé à Telegram de leur fournir des données personnelles sur tous les membres des organisations « Mouvement antisémite brésilien » et « Front antisémite », que les autorités ont associé à des attaques perpétrées dans des écoles ces derniers mois.

En novembre, un adolescent de seize ans a abattu quatre personnes et en a blessé une dizaine dans deux écoles de l’Etat d’Espirito Santo, dans le sud-est du Brésil.

Le jeune homme « serait membre de groupes extrémistes sur Telegram, où du matériel néo-nazi était partagé (…) avec la diffusion de tutoriels sur le meurtre et la fabrication d’engins explosifs, et de vidéos de morts violentes », a déclaré le tribunal.

La société basée à Dubaï, qui est enregistrée dans les îles Vierges britanniques, a fait valoir dans un communiqué jeudi que les informations demandées étaient « technologiquement impossibles à obtenir » et a annoncé qu’elle ferait appel.

En mars 2022, un juge de la Cour suprême avait déjà menacé de bloquer Telegram au Brésil, pour « non respect d’ordres judiciaires », notamment la demande de suspension du compte d’Allan dos Santos, blogueur partisan de l’ex-président d’extrême droite Jair Bolsonaro visé par une enquête pour désinformation.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.