La justice permet la sortie du livre de T. Ramadan avec le nom d’une accusatrice
Rechercher

La justice permet la sortie du livre de T. Ramadan avec le nom d’une accusatrice

Dans cet ouvrage, l'islamologue relate la manière dont il a vécu les accusations de viol et dresse un parallèle entre son cas et l'affaire Dreyfus

L'islamologue Tariq Ramadan. (Crédit : RMC via YouTube)
L'islamologue Tariq Ramadan. (Crédit : RMC via YouTube)

La justice a autorisé la sortie mercredi d’un livre de l’islamologue suisse Tariq Ramadan, contre la volonté d’une des femmes qui l’accuse de viol et qui dénonçait la mention de son vrai nom dans l’ouvrage, a appris mardi l’AFP de sources concordantes.

Dans sa décision, le tribunal de grande instance de Paris a considéré que l’identité de cette plaignante avait déjà été rendue publique et que sa demande « porterait une atteinte excessive et disproportionnée à la liberté d’expression » de M. Ramadan, selon le jugement dont l’AFP a eu connaissance.

Il reconnaît toutefois que cette femme a subi un préjudice du fait de la diffusion de son nom sans son consentement et condamne l’intellectuel musulman à lui verser un euro symbolique.

Cette plaignante, appelée Christelle dans les médias, avait assigné lundi en référé – une procédure d’urgence – l’auteur et son éditeur pour que ce livre, Devoir de vérité, soit modifié avant toute commercialisation et que son patronyme en soit retiré.

Dans le livre, il y dresse un parallèle entre son cas et l’affaire Dreyfus, le retentissant scandale de la IIIe République mêlant erreur judiciaire, déni de justice et antisémitisme à l’encontre du capitaine Alfred Dreyfus, accusé à tort de haute trahison en 1894 avant d’être finalement réhabilité en 1906.

L’avocat de la plaignante fondait sa requête sur l’article 39 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, qui interdit de « diffuser (…) des renseignements concernant l’identité d’une victime d’une agression ou d’une atteinte sexuelles ».

Dans cet ouvrage, M. Ramadan relate la manière dont il a vécu l’affaire qui a éclaté à l’automne 2017 et a provoqué sa chute, dans un texte teinté de méditations spirituelles.

Le vrai nom de Christelle y est mentionné à 84 reprises, dénonçait son avocat dans son assignation.

« La justice n’a pas délivré ce soir un blanc-seing au livre de M. Ramadan. Ce dernier est condamné et est LE SEUL condamné par la décision du tribunal. Ce livre sera donc publié au pays de Voltaire, mais ceux qui se joindront à la meute se rendront coupables de la même faute », a réagi sur Twitter l’avocat de Christelle, Me Eric Morain.

L’avocat de Tariq Ramadan, Me Emmanuel Marsigny, a pour sa part estimé que la demande de la plaignante « reposait une fois encore sur des mensonges » et « a logiquement été rejetée », dans une réaction transmise à l’AFP.

Figure longtemps influente mais controversée de l’islam européen, l’intellectuel de 57 ans est mis en examen depuis février 2018 pour les viols de deux femmes en France. Il a passé près de dix mois en détention provisoire avant d’être remis en liberté en novembre.

Il avait d’abord nié tout rapport sexuel avec ces deux femmes, avant d’être contredit par l’enquête et d’évoquer des « relations consenties ».

Il est également accusé par deux autres femmes de viols, dont l’un en réunion.

Depuis le début de cette affaire, l’aura dont Tariq Ramadan bénéficiait auprès d’une partie des musulmans a volé en éclats, à la suite de la révélation de ses relations extra-conjugales.

Lundi, la fédération Musulmans de France (ex-UOIF) s’est dite « trahie par le comportement » du théologien suisse.

Accusé également de viol par une femme en Suisse, Tariq Ramadan doit être entendu cet automne à Paris par un procureur de Genève.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...