La Knesset adopte le traité de paix avec les EAU à 80 voix contre 13
Rechercher

La Knesset adopte le traité de paix avec les EAU à 80 voix contre 13

Les 13 élus qui se sont opposés à l'accord sont membres de la Liste arabe unie

L'hôtel de ville de Tel-Aviv est illuminé par le drapeau des Émirats arabes unis alors que les EAU et Israël annoncent un accord établissant des liens diplomatiques complets, 13 août 2020 (AP Photo/Oded Balilty, File)
L'hôtel de ville de Tel-Aviv est illuminé par le drapeau des Émirats arabes unis alors que les EAU et Israël annoncent un accord établissant des liens diplomatiques complets, 13 août 2020 (AP Photo/Oded Balilty, File)

Le Parlement israélien a ratifié jeudi soir les accords de normalisation des relations annoncés en août entre l’Etat hébreu et les Emirats arabes unis.

Ces accords ont été signés officiellement le 15 septembre à Washington sous la houlette du président américain Donald Trump, pour faire de ces deux Etats du Golfe les premiers pays arabes à normaliser leurs relations avec Israël après l’Egypte en 1979 et la Jordanie en 1994.

Ils ont été dénoncés par les Palestiniens comme une « trahison » de la part de ces deux pays, alors que la résolution du conflit israélo-palestinien était jusque-là considérée comme une condition sine qua non pour une normalisation des relations entre Israël et les Etats arabes.

Quatre-vingt députés israéliens ont voté en faveur de cet accord et 13 contre, après plus de huit heures de débat dans l’hémicycle et un marathon de discours, plus d’une centaine d’élus (sur les 120 que compte le Parlement israélien) ayant pris la parole.

Les 13 élus qui se sont opposés à l’accord sont membres de la Liste arabe unie. Il n’y a pas eu d’abstention mais vingt-sept députés n’ont pas voté.

De gauche à droite : le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le président américain Donald Trump et le ministre des Affaires étrangères des EAU Abdullah bin Zayed Al-Nahyan participent à la signature des Accords d’Abraham à la Maison Blanche, le 15 septembre 2020. (SAUL LOEB / AFP)

Le vote a eu lieu après neuf heures de débat houleux, au cours desquelles plus d’une centaine de députés ont pris la parole. Le Premier minsitre Benjamin Netanyahu s’est adressé au plénum à deux reprises, la première fois à l’ouverture de la séance, à 11 heures du matin, et la seconde fois à 20 heures, juste avant le vote. Il a salué le changement de paradigme dans la façon dont les pays du Moyen-Orient voient Israël et vanté son rôle dans le rapprochement de nombreuses nations sunnites avec Israël en raison de sa vive opposition publique à l’Iran.

« Depuis le début du sionisme, l’une de nos mains tient une arme de défense et l’autre est tendue à tous ceux qui veulent la paix », a-t-il déclaré. « On dit que la paix se fait avec des ennemis. C’est faux. La paix est faite avec ceux qui ont cessé d’être des ennemis. La paix est faite avec ceux qui désirent la paix et qui ne restent plus attachés à votre anéantissement ».

M. Netanyahu a souligné que l’accord avec les EAU était différent des traités de paix d’Israël avec l’Egypte et la Jordanie en ce sens qu’il n’exige d’Israël aucun abandon de territoire. « C’est une paix chaleureuse, entre les peuples », a-t-il commenté, se rappelant avoir été ému de voir sur les réseaux sociaux des images d’enfants émiratis se drapant dans un drapeau israélien.

« Israël, qui pendant des décennies a été perçu comme un ennemi, est aujourd’hui considéré comme un allié loyal et même essentiel. Il est incroyable qu’ici, à la Knesset d’Israël, certains votent contre la paix », a-t-il indiqué, à l’adresse des membres de la Liste arabe unie.

« Ceux qui sont, en surface, dans le camp de la paix, s’opposent à la paix. Vous ne voulez pas véritablement la paix, vous voulez un semblant de paix le temps qu’Israël disparaissent progressivement ».

De gauche à droite : le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le Président américain Donald Trump, le ministre des Affaires étrangères du Bahreïn Khalid bin Ahmed Al Khalifa et le ministre des Affaires étrangères des Emirats arabes unis Abdullah bin Zayed al-Nahyan posent pour une photo sur le balcon de la Blue Room après avoir signé les Accords d’Abraham lors d’une cérémonie sur la pelouse sud de la Maison Blanche à Washington, le 15 septembre 2020. (AP Photo/Alex Brandon)

Netanyahu a ajouté qu’il espérait que les Palestiniens finissent par renoncer à leurs rêves de destruction d’Israël et le reconnaîtront comme l’Etat-nation du peuple juif. « Ce jour viendra », a-t-il prédit.

Désormais approuvés par la Knesset, les accords d’Abraham retourneront sur les bureaux des ministres, qui les voteront une nouvelle fois. Une fois ratifié, l’accord entrera en vigueur pour Israël, mais les relations diplomatiques complètes entre les deux pays se seront pas officielles avant que les Émirats arabes unis ne le ratifient également.

Les responsables émiratis ont entamé le processus d’approbation et de ratification de l’accord, qui a été signé par les deux parties à Washington le 15 septembre, mais on ne sait pas encore quand il sera conclu.
« Le gouvernement des EAU travaille actuellement à travers ses processus nationaux et constitutionnels pour ratifier les Accords d’Abraham », a déclaré un haut responsable émirati au Times of Israël cette semaine.

« Il y a un certain nombre d’étapes à franchir. Les Accords doivent être approuvés par le cabinet des EAU, ce qui est l’étape en cours. Le gouvernement émirati publiera ensuite un décret, afin d’assurer la mise en œuvre nationale des obligations », a déclaré le fonctionnaire.

« Bien que le calendrier ne soit pas clair, le gouvernement des Émirats arabes unis s’emploie à finaliser rapidement les processus requis avant la ratification et l’entrée en vigueur des accords d’Abraham ».

Une fois que les deux parties l’auront ratifié, le traité sera transmis au secrétaire général des Nations unies pour être enregistré dans la série des traités des Nations unies, un vaste recueil de traités internationaux.

En parallèle, les responsables israéliens et émiratis négocient actuellement divers accords bilatéraux, notamment sur l’ouverture d’ambassades et un régime de visas permettant aux Israéliens de se rendre aux Émirats arabes unis.

La plupart des partis de l’opposition ont profité de la session marathon de la Knesset de jeudi pour s’en prendre au Premier ministre et à son gouvernement, et pour critiquer la façon dont l’accord avec les EAU a été conclu, mais ils ont finalement convenu que l’accord était dans l’intérêt d’Israël et qu’il était même historique.

« C’est un bon accord et une véritable réussite », a déclaré le chef de l’opposition Yair Lapid, avant de se lancer dans une longue litanie sur les échecs présumés du gouvernement.

Le député Moshe Ya’alon, l’ancien ministre de la Défense de Netanyahu, a boycotté le vote pour protester contre ce qu’il a qualifié de manquement à présenter l’accord dans son intégralité aux législateurs.

Les États-Unis et les Émirats arabes unis devraient signer un accord d’armement parallèlement à l’accord de normalisation israélo-américain dans les prochaines semaines, qui verra Washington fournir à l’État du Golfe, entre autres choses, des chasseurs furtifs F-35 avancés.

Netanyahu a affirmé que les Accords Abraham avec Abou Dhabi ne contenaient « aucune annexe secrète ou programme caché », repoussant les critiques qui rejettent l’accord en raison d’informations selon lesquelles Israël aurait tacitement accepté la vente d’armes avancées aux EAU.

Le ministre de la défense Benny Gantz a également félicité le premier ministre pour avoir conclu l’accord avec les EAU.

« Les accords d’Abraham sont une occasion de revitaliser nos efforts pour parvenir à un accord diplomatique avec nos voisins palestiniens », a-t-il déclaré, appelant le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à « se joindre à ce voyage vers la paix » plutôt que de rester embourbé dans le refus.

Gantz a déclaré qu’il regrettait que certains législateurs aient voulu voter contre le traité. « C’est le moment de s’assurer que nous éduquons notre prochaine génération à la paix et que nous trouvons le chemin d’un avenir meilleur pour les enfants du Moyen-Orient, y compris les Palestiniens », a-t-il déclaré.

« Cet accord est un coup dur pour la délégitimation d’Israël », a déclaré le député Gideon Saar du Likud devant une salle à moitié vide, se faisant  toutefois chahuter par les députés de la Liste arabe unie, restés dans l’hémicycle.

Le vice-ministre de la Santé Yoav Kisch a célébré ce vote en publiant en photo de son écran lors du scrutin, avec la légende « Histoire ».

Treize des 15 membres de la Liste arabe unie ont voté contre l’accord, mais le chef du parti, Ayman Odeh, n’a pas voté. Il était absent de la session car il a contracté le coronavirus.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...