La Knesset approuve l’aide financière destinée à une majorité d’Israéliens
Rechercher

La Knesset approuve l’aide financière destinée à une majorité d’Israéliens

Le projet de loi a été adopté en première lecture à 80 voix "pour" et zéro contre ; il sera envoyé à la commission des Finances avant d'être représenté en plénière

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, évoque son plan de relance avec le directeur de l'Autorité fiscale israélienne  Aran Yaakov au bureau du Premier ministre de Jérusalem, le 15 juillet 2020 (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, évoque son plan de relance avec le directeur de l'Autorité fiscale israélienne Aran Yaakov au bureau du Premier ministre de Jérusalem, le 15 juillet 2020 (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

La Knesset a fait avancer le texte prévoyant la remise par le gouvernement d’une aide financière dans le cadre de la crise économique entraînée par la pandémie de la COVID-19. Cette proposition a été adoptée en première lecture lundi soir par le parlement.

Le texte a été adopté avec 80 votes « pour » et zéro « contre ». Il va être transmis à la commission des Finances pour être encore précisé et il sera ensuite représenté en deuxième et troisième lectures en séance plénière de la Knesset, probablement en fin de semaine.

Ce vote a eu lieu au lendemain de l’approbation initiale apportée par le cabinet au plan du Premier ministre Netanyahu, qui s’efforce de redynamiser l’économie dans le contexte de la crise de coronavirus. Suite à de nombreuses critiques publiques, ce plan a été légèrement révisé par rapport à sa version initiale, qui prévoyait le versement d’indemnités à tous les citoyens sans exception.

Sous les dispositions de ce programme qui exclut dorénavant les hauts revenus, les Israéliens célibataires âgés de 18 ans et plus recevront 750 shekels. Les couples avec un enfant bénéficieront d’un versement unique de 2 000 shekels, un montant grimpant à 2 500 shekels pour les familles ayant deux enfants et à 3 000 shekels pour les foyers avec trois enfants ou plus.

Selon le bureau du Premier ministre, « les citoyens qui reçoivent des fonds de soutien pour des soins de convalescence, ayant le statut handicapé, une assurance sur le revenu, les chômeurs de plus de 67 ans et les personnes âgées bénéficiaires de suppléments de revenus ainsi que les nouveaux immigrants défavorisés (se trouvant dans le pays depuis plus de deux ans) » recevront des subventions plus importantes.

Lors de l’ouverture de la réunion du cabinet, pendant laquelle la proposition a été avancée, Netanyahu avait précisé que le plan serait rapidement soumis à l’approbation de la Knesset « de manière à ce que vous, citoyens d’Israël, puissiez toucher l’argent dans les meilleurs délais ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, et le ministre de la Défense Benny Gantz lors de la réunion hebdomadaire du cabinet au ministère des Affaires étrangères de Jérusalem, le 5 juillet 2020 (Crédit : Amit Shab/POOL)

« Nous travaillons également sur des plans supplémentaires de stimulation de l’économie et à diriger des fonds vers ceux qui ont été frappés de plein fouet par le coronavirus », a continué Netanyahu. « Nous continuerons à actionner le moteur de l’économie pour permettre aux citoyens de se remettre au travail ».

Environ 6,5 milliards de shekels seront alloués à ces subventions qui seront octroyées à tous les citoyens, « à l’exception de ceux qui gagnent plus de 640 000 shekels par année et des hauts-fonctionnaires accumulant plus de 30 000 shekels par mois ».

Les Israéliens qui ne reçoivent pas, pour le moment, de subventions gouvernementales pour une raison ou une autre, ainsi que ceux dont les données de compte bancaire sont encore inconnues de l’Etat devront se signaler sur internet et transférer les données nécessaires.

Au cours d’un confinement national imposé dans le pays au mois de mars et au mois d’avril, l’économie israélienne s’était presque totalement arrêtée. Les chiffres du chômage avaient grimpé à 26% et plus d’un million d’Israéliens s’étaient retrouvés sans activité professionnelle. Au cours des derniers mois, les restrictions ont été majoritairement levées mais le chômage reste à plus de 20% avec environ 800 000 Israéliens sur le marché du travail, selon les services israéliens de l’emploi.

Le gouvernement, et en particulier Netanyahu, ont été très critiqués pour leur gestion de l’impact financier de la crise sanitaire et pour le manque d’aides apportées à la population. Les mouvements de protestation se sont également multipliés.

De hauts-responsables des Finances et notamment le chef du Budget, Shaul Meridor, et la directrice-générale du ministère, Keren Terner Eyal, ont fait connaître leur opposition au plan de chèque de relance avant même qu’il ne soit dévoilé, évoquant « des valises d’argent que nous n’avons pas jetées à la mer », avait noté la Treizième chaîne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...