La Knesset autorise la loi sur l’exhumation des tombes des enfants yéménites
Rechercher

La Knesset autorise la loi sur l’exhumation des tombes des enfants yéménites

Une députée du Likud, en larmes, a salué l'adoption de cette loi, ajoutant qu'elle aidera les familles dont les proches ont été "purement et simplement effacés de leurs vies"

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Enfants yéménites arrivés en Israël grâce à l'opération Tapis volant, devant un avion d'Alaska Airlines. (Crédit : AJM)
Enfants yéménites arrivés en Israël grâce à l'opération Tapis volant, devant un avion d'Alaska Airlines. (Crédit : AJM)

La Knesset a adopté une loi lundi qui permettrait aux familles des enfants disparus il y a des décennies – dans leur majorité d’origine yéménite – de demander l’exhumation des tombes où leurs proches auraient été enterrés pour réaliser des tests génétiques.

La proposition de la députée du Likud Nurit Koren, qui entrera en vigueur pendant deux ans, a été adoptée en deuxième et troisième lecture en séance plénière à l’unanimité, avec le soutien de 50 législateurs.

« Imaginez ce que c’est de grandir aux côtés d’une mère dont la vie même, dont l’essence la plus précieuse a été emportée – elle n’est pas morte, elle ne s’est pas enfuie, elle a simplement disparu comme si elle n’avait jamais existé », a déclaré Koren, émue aux larmes, née elle-même au sein d’une famille de migrants juifs yéménites.

« Il n’y a pas de documents, pas de documentation. Imaginez-vous grandir dans un foyer où il y a des pleurs du matin au soir. Imaginez-vous, comme vous êtes, en train de grandir là – alors que votre frère ou votre soeur a été simplement effacé de votre existence ».

« Des centaines de milliers de personnes n’ont pas besoin de l’imaginer parce qu’ils l’ont vécu et qu’ils le vivent encore », a ajouté Koren. « Cette loi, c’est notre obligation morale. Cette loi, c’est un premier pas vers la réparation des dommages ».

La législation s’applique aux familles des enfants qui ont disparu dans le cadre de ce qui est appelé l’Affaire des enfants yéménites – qui s’est déroulée de 1948 à 1970 – et elle permettra de demander devant le tribunal l’exhumation des tombes pour établir des comparaisons d’ADN. Les familles prétendent que des nouveaux-nés avaient été arrachés aux nouveaux migrants du Yémen par les autorités de l’Etat, et qu’il leur avait été dit que ces enfants étaient décédés.

Sous les termes de la mesure, les proches devront fournir des preuves aux tribunaux des affaires familiales qui viennent appuyer leurs doutes sur l’enterrement de leurs proches dans des sites variés.

Nurit Koren, députée du Likud, pendant une conférence sur l’affaire des enfants yéménites à la Knesset, le 21 juin 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

La nouvelle loi prévoit qu’après approbation du tribunal, les coûts d’exhumation seront assumés par l’Etat. Le Trésor a affecté des fonds prévoyant l’exhumation de 300 tombes, ce que Koren a considéré comme un geste symbolique envers les familles qui estiment que l’Etat porte la responsabilité de la disparition de leurs enfants.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...