La mairie de Jérusalem finance un évènement du Shas exclusivement masculin
Rechercher

La mairie de Jérusalem finance un évènement du Shas exclusivement masculin

La ville devrait dépenser 650 000 shekels pour la fête du parti ultra-orthodoxe “sans suivre les bonnes procédures”, a annoncé la Deuxième chaîne

Des enfants d'écoles juives ultra-orthodoxes du système scolaire du parti Shas assistent à une fête au stade Arena de Jérusalem, le 18 juillet 2016. (Crédit : Yaacov Cohen/Flash90)
Des enfants d'écoles juives ultra-orthodoxes du système scolaire du parti Shas assistent à une fête au stade Arena de Jérusalem, le 18 juillet 2016. (Crédit : Yaacov Cohen/Flash90)

La municipalité de Jérusalem a approuvé une utilisation de l’argent public pour financer un important rassemblement du parti ultra-orthodoxe Shas dans la capitale, qui sera réservé aux hommes, apparemment sans avoir suivi la bonne procédure pour l’approbation du financement.

La Deuxième chaîne a annoncé mercredi que la fête en plein air à la salle de la Piscine du Sultan, sous les murailles de la Vieille Ville, le 19 octobre coûtera 650 000 shekels (environ 155 000 euros). Elle est officiellement organisée par El Hamaayan, la branche éducative du Shas, qui contribuera à l’évènement à hauteur de 10 %.

Selon la radio religieuse Kol Hai, les organisateurs espèrent attirer des personnes venues de l’ensemble du pays pour l’évènement.

La Deuxième chaîne a annoncé que l’argent serait transféré sans aucune discussion au conseil municipal ou dans le cadre de la commission chargée de l’approbation d’un tel soutien financier.

Des milliers de personnes se sont rassemblées pour commémorer le souvenir du dirigeant spirituel du parti ultra-orthodoxe Shas, le rabbin Ovadia Yosef, au stade Arena de Jérusalem, le 28 septembre 2014. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
Des milliers de personnes se sont rassemblées pour commémorer le souvenir du dirigeant spirituel du parti ultra-orthodoxe Shas, le rabbin Ovadia Yosef, au stade Arena de Jérusalem, le 28 septembre 2014. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

La municipalité de Jérusalem a démenti cette affirmation, déclarant qu’il s’agissait d’une tradition du Shas d’organiser un évènement de ce genre et que toutes les autorisations étaient disponibles sur son site internet.

Yossi Havilio, ancien conseiller juridique de la ville qui préside aujourd’hui Tsahor, une association qui promeut la justice sociale et l’égalité à Jérusalem, a déclaré qu’El Hamaayan était une organisation politique affiliée au Shas, et qu’il était inapproprié que la municipalité de Jérusalem utilise de l’argent public pour l’un de ses évènements.

Suite à un évènement similaire du Shas dans le stade Arena de la ville l’année dernière, Tsahor avait porté l’affaire devant la cour du district pour empêcher la municipalité de transférer des fonds à El Hamaayan, en se fondant sur le fait que l’évènement était politique et que la ville n’avait pas rempli tous les critères mis en place pour allouer des financements à des institutions non municipales, ce qui comprend notamment de donner à d’autres organisations la possibilité de demander également des financements. La cour avait rejeté la première affirmation et accepté la seconde. Havilio prévoit de porter à nouveau l’affaire de la fête de Shas devant les tribunaux.

Yossi Havilio, ancien conseiller juridique de la ville de Jérusalem, dirige à présent Tsahor, une association dédiée à la justice sociale et économique de la capitale. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Yossi Havilio, ancien conseiller juridique de la ville de Jérusalem, dirige à présent Tsahor, une association dédiée à la justice sociale et économique de la capitale. (Crédit : capture d’écran YouTube)

Un concert qui était prévu sur la place Rabin de Tel Aviv avec de célèbres chanteurs israéliens a été annulé 10 jours avant la date prévue après des protestations contre la décision du parrain financier de l’évènement, qui interdisait aux chanteuses de participer à l’évènement.

La municipalité de Tel Aviv avait approuvé l’évènement mais ne l’avait pas financé, avait annoncé le quotidien Haaretz.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...