La Maison Blanche envisage des sanctions ciblées contre l’Iran
Rechercher

La Maison Blanche envisage des sanctions ciblées contre l’Iran

Ces sanctions pourraient viser des individus ou des entités liés au programme iranien de missiles balistiques mais le Pentagone reste silencieux

Le missile de croisière Soumar lors de sa présentation en mars 2015 (Crédit : Capture d'écran YouTube)
Le missile de croisière Soumar lors de sa présentation en mars 2015 (Crédit : Capture d'écran YouTube)

L’administration Trump envisage d’imposer de nouvelles sanctions ciblées contre l’Iran, première traduction concrète du durcissement annoncé face à Téhéran.

Au lendemain de la mise en garde « officielle » de la Maison Blanche à la République islamique à la suite d’un test de missile, l’exécutif est sur le point d’annoncer de nouvelles sanctions, a affirmé jeudi à l’AFP une source proche du dossier.

Ces sanctions pourraient viser des individus ou des entités liés au programme iranien de missiles balistiques, a également affirmé la chaîne CNN.

Tout initiative de plus grande envergure semble écartée à ce stade car elle pourrait mettre en danger l’accord sur le nucléaire iranien, conclu en juillet 2015 entre Téhéran et six grandes puissances occidentales.

Ce texte âprement négocié vise à garantir, en échange d’une levée des sanctions internationales, la nature pacifique du programme nucléaire de l’Iran.

Jeudi, le président américain a adopté un ton offensif vis-à-vis de l’Iran, n’écartant aucune option : « Rien n’est exclu », a-t-il affirmé.

Téhéran a de son côté dénoncé les mises en garde « sans fondement » et « provocatrices » de Washington.

Ces sanctions sont destinées à montrer à l’Iran une rupture de la nouvelle administration avec la politique d’apaisement de Barack Obama.

Les nouveaux dirigeants américains sont également inquiets de futurs tests d’armement iranien.

L’Iran envisage le développement d’un engin spatial qui, selon un officiel américain s’exprimant sous couvert d’anonymat « pourrait avoir la capacité d’un missile balistique intercontinental s’il était configuré de cette manière ».

Le Pentagone reste discret

Le Pentagone s’est refusé jeudi à expliciter la mise en garde adressée par la Maison Blanche à l’Iran, restant muet sur d’éventuelles conséquences pour le dispositif militaire américain dans la région.

« Je n’ai rien à annoncer (…) Je vous renvoie à la Maison Blanche pour avoir une explication sur ces déclarations », a indiqué dans un point presse le porte-parole du Pentagone, Jeff Davis.

Donald Trump a mis l’Iran en garde jeudi matin après le récent tir de missile de la République islamique, reprenant un avertissement déjà formulé la veille par son conseiller à la Sécurité nationale Michael Flynn.

« L’Iran a été formellement MIS EN GARDE pour avoir tiré un missile balistique », a lancé le président dans un tweet matinal dont il est coutumier.

Les Etats-Unis disposent de moyens militaires importants au Moyen-Orient et notamment d’une importante base navale à Bahreïn, dans le Golfe.

Des navires de guerre américains croisent en permanence dans la région.

L’Iran « fait et a fait beaucoup de choses qui nous inquiètent », a repris le porte-parole du Pentagone.

Outre le récent tir d’essai d’un missile, les Etats-Unis s’inquiètent notamment de la situation en mer Rouge et dans le Golfe d’Aden, à proximité du Yémen en guerre, a expliqué Jeff Davis.

Selon lui, les rebelles houthis soutenus par l’Iran ont ainsi miné les abords du port de Mocha, sur la Mer Rouge, qu’ils contrôlent.

Les houthis ont aussi réussi à mener une attaque contre une frégate saoudienne en Mer Rouge, a-t-il ajouté.

Le porte-parole du Pentagone a aussi rappelé le « harcèlement » de navires militaires américains dans le Golfe par les Gardiens de la révolution iraniens, ou l’implication de forces pro-iraniennes en soutien du régime de Bachar al-Assad en Syrie.

L’Iran exerce une « influence néfaste » dans la région, a-t-il dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...