Rechercher

La Maison Blanche “prévoit de renforcer l’aide à l’AP – et de couper partout ailleurs”

La proposition de budget obtenue par Foreign Policy montre des coupes généralisées à l'aide étrangère, tandis que l'aide apportée aux Palestiniens est en hausse de 5 %

Le président américain Donald Trump lors d'une conférence de presse dans la Roseraie de la Maison Blanche, le 5 avril 2017. (Crédit : Nicholas Kamm/AFP)
Le président américain Donald Trump lors d'une conférence de presse dans la Roseraie de la Maison Blanche, le 5 avril 2017. (Crédit : Nicholas Kamm/AFP)

La Maison Blanche cherche à réduire de manière significative ses programmes d’aide aux pays étrangers dans le monde entier, mais prévoit d’augmenter son assistance à l’Autorité palestinienne (AP), selon des documents obtenus par le magazine Foreign Policy.

Une proposition de budget 2018 qui a circulé en interne verrait de profondes réductions de l’aide aux pays en développement. Elle chercherait également à fusionner le programme USAID du département d’Etat dans le cadre de sa réduction des programmes d’aide.

Mais tandis que de nombreuses initiatives pourraient voir leurs fonds baisser de dizaines de points de pourcentage – ou disparaître entièrement – les aides apportées à la bande de Gaza et à la Cisjordanie pourraient connaître une hausse de 4,6 %, passant de 205 millions de dollars en 2017 à 215 millions de dollars en 2018.

Tandis que le document propose des coupes dans le financement de la santé de 41 pays et que le Bureau pour la sécurité alimentaire pourrait perdre environ 70 % de ses fonds, c’est également un montant de près d’un milliard de dollars qui serait amené à disparaître dans la lutte contre le réchauffement climatique.

L’assistance apportée au développement de 77 pays serait également complètement abandonnée et l’argent serait réinvesti dans les fonds de soutien économique, un programme étroitement lié aux objectifs stratégiques et politiques américains, selon Foreign Policy.

Le budget proposé pourrait connaître des moments difficiles au Congrès, où de nombreux législateurs conservateurs sont opposés à la coupe des aides étrangères.

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas lors d'une déclaration conjointe avec le président français après leur réunion au Palais présidentiel de l'Elysée à Paris, le 7 février 2017. (Crédit : Stéphane de Sakutin/AFP)
Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas lors d’une déclaration conjointe avec le président français après leur réunion au Palais présidentiel de l’Elysée à Paris, le 7 février 2017. (Crédit : Stéphane de Sakutin/AFP)

De hauts responsables palestiniens se sont rendus dimanche à Washington pour préparer la visite du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à la Maison Blanche la semaine prochaine, pour sa première réunion avec le président américain Donald Trump.

Le secrétaire général de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) et principal négociateur palestinien Saeb Erekat est à la tête de cette délégation pour une série de rencontres avec des responsables de l’administration, dont Jared Kushner, gendre et conseiller de Trump et Jason Greenblatt, son envoyé pour le Moyen Orient.

Le chef des services de renseignement palestinien Majed Faraj et le responsable de l’économie d’Abbas, Muhammed Mustasfa, font également partie de la délégation.

Trump devrait accueillir Abbas à la Maison Blanche le 3 mai, afin de redonner vie au processus de paix au Moyen Orient, a déclaré la Maison Blanche la semaine dernière.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...