La Maison Blanche tweete une rumeur sur une synagogue qui aiderait les pilleurs
Rechercher

La Maison Blanche tweete une rumeur sur une synagogue qui aiderait les pilleurs

Le compte Twitter présidentiel publie, puis supprime, de fausses informations selon lesquelles des barrières de sécurité remplies de pierres étaient destinées à aider les émeutiers

Des bornes grillagées devant la synagogue habad de Sherman Oaks installées l'année dernière afin d'empêcher des attaques à la voiture bélier ; elles ont été vidées de leurs pierres après des rumeurs selon lesquelles elles étaient destinées à nourrir les émeutes de militants antifascistes. (Capture écran/ Facebook)
Des bornes grillagées devant la synagogue habad de Sherman Oaks installées l'année dernière afin d'empêcher des attaques à la voiture bélier ; elles ont été vidées de leurs pierres après des rumeurs selon lesquelles elles étaient destinées à nourrir les émeutes de militants antifascistes. (Capture écran/ Facebook)

JTA – Une synagogue de Los Angeles s’est vue obligée de nier une fausse information sur les manifestations en l’honneur de George Floyd après qu’une rumeur s’est répandue – et a été brièvement amplifiée par la Maison Blanche – selon laquelle ses barrières de sécurité étaient en fait des armes pour les pilleurs.

La synagogue Habad de Sherman Oaks a installé des barrières verticales remplies de pierres l’année dernière dans le but de renforcer la sécurité. Ces barrières, appelées bornes, sont destinées à empêcher des véhicules de foncer dans des gens et des bâtiments.

Mais lorsque des troubles ont éclaté à Los Angeles cette semaine, des rumeurs ont circulé selon lesquelles les pierres avaient en fait été placées là pour approvisionner les pilleurs. Même après que la synagogue a démantelé les barrières et réfuté les rumeurs, la Maison Blanche a amplifié la désinformation dans une vidéo qu’elle a tweetée et supprimée mercredi après-midi.

La synagogue orthodoxe avait déjà lancé un appel au calme sur sa page Facebook mardi.

« A tous nos voisins et amis concernés, il y a eu de fausses photos et vidéos circulant aujourd’hui, prétendant que des briques ou des pierres ont été placées devant  notre centre », écrit-elle. « Voici la vérité : ce sont des barrières de sécurité et elles sont là depuis presque un an ! ».

Elle a néanmoins annoncé qu’elle retirerait les bornes pour apaiser les inquiétudes. Mercredi, la synagogue avait du contreplaqué sur ses fenêtres, et aucune barrière de sécurité n’était en place.

La synagogue habad de Sherman Oaks le 3 juin 2020, après avoir retiré des barrières de sécurité, installées en raison de désinformations ayant circulé à son sujet (Crédit : Deborah Kolben/ via JTA)

« C’est calme, c’est agréable, c’est paisible, la police est là », a déclaré le rabbin Menachem M. Lipskier à la JTA. Il a répété à plusieurs reprises qu’il ne voulait pas faire de commentaires supplémentaires et qu’il n’était pas au courant de la publication et de la suppression de la vidéo par la Maison Blanche.

Le message, a ajouté M. Lipskier, « était principalement destiné aux voisins. Beaucoup de voisins ont posé des questions, alors nous avons clarifié, et c’est tout ».

De nombreuses personnes ayant commenté le message ont remercié le centre Habad d’avoir éclairci les choses.

Mais d’autres ont dit qu’ils ne croyaient pas à l’explication, montrant à quel point la désinformation peut prendre racine. Une personne a écrit : « Pas question de recommencer, c’est un coup monté et planifié dans toutes les grandes villes ».

Et comme pour toute rumeur qui s’installe en ligne, la réfutation n’a pas empêché sa propagation. Cet après-midi, elle est parvenue à la Maison Blanche, qui a diffusé une vidéo montrant les bornes dans un message affirmant que « les anarchistes professionnels et antifa » sont à l’origine de la violence dans les manifestations nationales qui ont éclaté à la suite de l’assassinat de George Floyd par la police à Minneapolis.

Le président américain Donald Trump a fait savoir qu’il pense que des agitateurs de gauche sont derrière la violence ; les procureurs fédéraux ont annoncé mercredi inculper trois hommes ayant des liens avec des groupes de droite pour avoir planifié des incitations à la violence.

La Maison Blanche a supprimé la vidéo de ses pages Facebook et Twitter mercredi après-midi, plusieurs heures après qu’Arieh Kovler, un journaliste de Buzzfeed News qui a écrit sur la désinformation au sujet des matériaux de construction présentés comme des équipements placés par des pillards, a attiré l’attention sur ce fait.

La capture d’écran du tweet de la Maison Blanche qu’il a réalisée indique que 6 200 personnes l’avaient « aimé » une heure après sa publication. En revanche, le message de clarification publié par la synagogue n’a suscité que 143 réactions, pas toutes favorables, en plus de deux jours.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...