La Malaisie refuse des nageurs israéliens dans une compétition paralympique
Rechercher

La Malaisie refuse des nageurs israéliens dans une compétition paralympique

Le Premier ministre Mahathir Mohamad a déclaré que les nageurs israéliens ne pourront pas participer à une compétition de qualification pour les Jeux paralympiques de 2020 de Tokyo

Le Premier ministre malaisien Mahathir bin Mohamad pendant le débat général de la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations unies à New York, le 28 septembre 2018 (Crédit :  KENA BETANCUR / AFP)
Le Premier ministre malaisien Mahathir bin Mohamad pendant le débat général de la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations unies à New York, le 28 septembre 2018 (Crédit : KENA BETANCUR / AFP)

Le ministre malaisien des Affaires étrangères a déclaré mercredi que le pays à majorité musulmane n’accueillera plus d’événements impliquant Israël, en confirmant que les nageurs de l’Etat juif étaient exclus d’une prochaine compétition.

La Malaisie est l’un des nombreux États à prédominance musulmane qui n’ont pas de liens diplomatiques officiels avec Israël et dont l’entrée dans le pays est interdite avec un passeport israélien.

La semaine dernière, le Premier ministre Mahathir Mohamad a déclaré que les nageurs israéliens ne seraient pas autorisés à participer à une compétition prévue cette année dans l’est de l’État du Sarawak, qui servira d’événement de qualification pour les Jeux paralympiques d’été de 2020 de Tokyo.

Malgré un appel du Comité international paralympique à trouver une solution au conflit, le ministre des Affaires étrangères Saifuddin Abdullah a réitéré l’opposition de la Malaisie envers l’État juif.

Mercredi, Saifuddin Abdullah, a déclaré que le gouvernement ne cédera pas sur l’interdiction prononcée contre les athlètes israéliens dans une compétition de natation handisport et a décidé que le pays ne sera à l’avenir le théâtre d’aucun événement impliquant Israël.

« Le Cabinet a également décidé que la Malaisie n’accueillera plus d’événements impliquant Israël ou ses représentants. C’est pour moi une décision qui reflète la position ferme du gouvernement sur la question israélienne », a déclaré M. Saifuddin après avoir rencontré une coalition d’organismes musulmans.

« C’est une décision du gouvernement pour démontrer notre position ferme sur la question d’Israël… Cela concerne la lutte au nom des opprimés », a-t-il ajouté.

Il a fait ces déclarations après avoir rencontré des représentants de groupes musulmans, qui se sont félicités de l’interdiction prononcée contre les nageurs et ont exhorté le gouvernement à s’en tenir à sa politique consistant à interdire l’entrée du pays aux détenteurs de passeport israéliens.

La cause palestinienne bénéficie d’un large soutien en Malaisie, et des milliers de personnes sont descendues dans la rue pour protester lorsque le président américain Donald Trump a reconnu Jérusalem comme la capitale d’Israël en 2017.

Ezzat al-Rishq, membre du bureau politique du Hamas, a qualifié la position de la Malaisie d’“honorable et authentique”, selon le Centre d’information palestinien, un site d’information lié à cette organisation terroristes

La Malaisie a déjà empêché des athlètes israéliens de participer à des compétitions sportives. Deux windsurfeurs israéliens se sont retirés d’une compétition à Langkawi après s’être vu refuser leur visa en 2015. Kuala Lumpur a également refusé d’accueillir une conférence de la FIFA en 2017, car une délégation israélienne devait y assister.

Mais le gouvernement précédent a permis à une délégation israélienne de haut niveau d’assister à une conférence de l’ONU à Kuala Lumpur en 2018, provoquant la colère du public.

Mahathir, aujourd’hui âgé de 93 ans et qui en est à son deuxième mandat de Premier ministre, a par le passé été critiqué pour ses attaques verbales contre les Juifs, notamment pour les avoir qualifiés de « nez crochu ».

Environ 60 % des 32 millions d’habitants de la Malaisie sont musulmans, et le pays abrite également d’importantes minorités ethniques chinoises et indiennes, qui ne suivent généralement pas l’Islam.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...