La mère d’Hadar Goldin continue de se battre pour récupérer sa dépouille
Rechercher

La mère d’Hadar Goldin continue de se battre pour récupérer sa dépouille

Leah Goldin a déclaré que la guerre e 2014 ne sera par terminée tant que les dépouilles de son fils Hadar et de Shaul Oron ne seront pas restituées

Leah Goldin, à droite, et son mari Simcha Goldin et d'autres membres de la famille et soutiens se rassemblent à proximité de la cérémonie mémorielle d'état pour l'Opération Bordure protectrice sur le mont Herzl le 23 juillet 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)
Leah Goldin, à droite, et son mari Simcha Goldin et d'autres membres de la famille et soutiens se rassemblent à proximité de la cérémonie mémorielle d'état pour l'Opération Bordure protectrice sur le mont Herzl le 23 juillet 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

JTA — Cinq années se sont écoulées depuis que le lieutenant Hadar Goldin a été tué par des terroristes du Hamas et qu’ils ont traîné son corps à travers un tunnel d’attaque dans Gaza.

Sa famille n’a pas abandonné l’espoir de lui donner un « enterrement décent ».

Goldin a été tué le 1er août 2014, deux heures avant le cessez-le-feu lors de l’Opération Bordure protectrice, quand des combattants de Gaza qui sont sortis d’un tunnel ont mené une attaque contre des soldats opérant à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza.

Sur les deux mois de combats, plus de 2 000 Gazaouis ont été tués et environ 10 000 ont été blessés, dont beaucoup étaient des terroristes du Hamas. Côté israélien, 67 soldats israéliens, cinq civils israéliens et un ressortissant thaïlandais ont été tués, et des centaines de personnes ont été blessées.

Une photo de Rafah dans le sud de Gaza le 2 août 2014, un jour après l’enlèvement et le meurtre de lieutenant Hadar Goldin. (Hatem Ali/ AP Photo)

Leah Goldin affirme que le meurtre et l’enlèvement de son fils de 23 ans constitue une violation du droit humanitaire international puisque cela a eu lieu lors d’un cessez-le-feu négocié par John Kerry, alors secrétaire d’Etat américain, et Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations unies. A cause de cela, a-t-elle dit, « la communauté internationale porte une certaine responsabilité » pour le retour de son fils.

Mercredi, Goldin a parlé à des journalistes étrangers pour marquer les cinq années depuis la mort et l’enlèvement de son fils. Elle a souligné que Tzur, le frère jumeau d’Hadar, servait aussi à Gaza pendant la guerre de 2014, dirigeant des unités de secours qui ont évacué des soldats blessés ou tués. Il a reçu un appel pour aller sauver Hadar, mais il a été rappelé quand des officiels ont réalisé qu’il s’agissait de son frère.

2e.-Lt. Hadar Goldin, 23 ans, originaire de Kfar Saba, a été capturé le 1er août 2014 dans le sud de la bande de Gaza par des tireurs du Hamas, le 25ème jour de l’Opération Bordure Protectrice.

Quelques jours après que son corps a été enlevé à Gaza, Hadar Goldin a été déclaré mort par le général Rafi Peretz, à l’époque grand rabbin de Tsahal et maintenant ministre de l’Education du pays.

Peretz a déclaré que Tsahal avait récupéré assez de sa dépouille pour savoir qu’il n’avait pas pu survivre.

Le Hamas détient également le corps du soldat Shaul Oron, tué quelques jours avant Hadar Goldin, mais aussi deux citoyens israéliens en vie, un d’origine éthiopienne et un Bédouin, qui sont entrés à Gaza et ont été capturés.

« Clairement, il [le Hamas] a l’intention de les utiliser comme des monnaies d’échange », a déclaré Goldin.

Proches et amis de Hadar Goldin pendant ses funérailles, au cimetière militaire de Kfar Saba, le 3 août 2014. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Goldin a déclaré qu’Israël et la communauté internationale doit « changer l’équation » d’échanger des dizaines et parfois des centaines de prisonniers palestiniens pour le corps de soldats israéliens ou des otages.

Elle suggère de bloquer toute l’aide humanitaire qui n’est pas vitale, notant que « Gaza ne survivrait pas un jour sans le soutien international ».

Goldin et son mari se sont rendus aux Etats-Unis à de nombreuses reprises ces cinq dernières années pour demander l’aide de l’institution internationale. Elle est satisfaite que le Conseil de sécurité des Nations unies ait adopté en juin la résolution 2474 qui appelle les deux camps à rendre les dépouilles de combattants disparus, une décision qu’elle a qualifié de significative.

Leah Goldin, la mère du lieutenant Hadar Goldin (gauche), tient une photo de son fils alors qu’elles s’exprime lors d’un entretien dans la maison familiale de la ville du centre d’Israël à Kfar Saba, le 29 août 2018. (AFP PHOTO / JACK GUEZ)

Critique dure du Premier ministre Benjamin Netanyahu, Goldin l’a appelé à jouer son rôle pour faire revenir son fils.

Les parents des soldats israéliens décédés Oron Shaul et Hadar Goldin ont protesté devant la résidence de Jérusalem du Premier ministre Benjamin Netanyahu, le 27 juin 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

« En tant que Premier ministre et ministre de la Défense, il est celui qui a envoyé Hadar combattre à Gaza, et il est celui qui est responsable de chaque soldat, peu importe son état : vivant, blessé ou mort. C’est le contrat, le contrat tacite entre les autorités israéliennes et les familles », a-t-elle dit.

La guerre de Gaza n’est pas terminée, a déclaré Goldin. Elle a mentionné les roquettes tirées par intermittence depuis l’enclave côtière et les ballons incendiaires lancés depuis Gaza qui ont déclenché de nombreux incendies dans des terrains et des forêts israéliens.

Elle a déclaré que l’Opération Bordure protectrice ne sera pas officiellement terminée tant que la dépouille de son fils et de Shaul Oron ne sont pas rentrées en Israël.

Goldin a dit que sa famille veut « donner un enterrement décent à Hadar et mettre un terme à notre souffrance ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...