Rechercher

La migration massive des oiseaux pose un danger sur la sécurité des vols – experts

Des ornithologues ont recommandé à l'Autorité aéroportuaire de changer les plans de vol pour éviter les 500 millions d'oiseaux qui représentent une menace pour la sécurité des vols

Un homme photographie avec son smartphone un vol d'oiseaux au crépuscule, au dessus de la méditerranée, à partir du village arabe israélien de Jisr al-Zarqa, en Israël, le 8 janvier 2022. (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit)
Un homme photographie avec son smartphone un vol d'oiseaux au crépuscule, au dessus de la méditerranée, à partir du village arabe israélien de Jisr al-Zarqa, en Israël, le 8 janvier 2022. (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit)

Alors que la migration des oiseaux – qui a lieu deux fois par an – est actuellement en cours, les experts avertissent que les vols commerciaux qui atterrissent et qui décollent de l’aéroport Ben Gurion courent le risque de heurter ces oiseaux et d’essuyer de sérieux dégâts, ce qui représente un danger pour les passagers en matière de sécurité.

Au carrefour entre l’Afrique et l’Eurasie, le petit espace aérien de l’État juif est parcouru, deux fois par an, par 500 millions d’oiseaux – l’une des migrations les plus importantes du monde.

Avec des aéroports qui sont enfin parvenus à régler le problème des retards des vols, qui a duré tout l’été, ainsi que ceux de la surabondance de passagers et des bagages perdus, les experts du KKL-JNF mettent en garde sur le fait que les migrations massives des oiseaux posent un risque pour la sécurité des voyageurs et ils somment les responsables de l’aviation civile de changer les plans de vol des avions au mois de septembre et au mois d’octobre.

Yitzchak Raz, ancien inspecteur en chef des accidents d’aviation, a confié à la Douzième chaîne que « quand un avion arrive rapidement et qu’il y a un impact avec des oiseaux, même le dommage le plus petit est suffisant pour briser le métal des pales et toucher le moteur. »

« Ce qui est susceptible d’entraîner des dégâts dans le moteur et même une panne », a continué Raz.

Un avion d’El Al en provenance de Tel Aviv et à destination de Milan avait été obligé, le 3 août, de retourner à l’aéroport Ben Gurion après avoir percuté un oiseau au nord de Chypre. En 2019, un appareil du transporteur russe Ural Airline avait dû procéder à un atterrissage d’urgence dans un champ de maïs après avoir heurté un vol d’oiseaux alors qu’il décollait d’un aéroport de Moscou. L’incident avait fait 22 blessés.

Sur cette vidéo retransmise par la télévision russe RU-RTR, un avion A321 de Ural Airlines’est vu après un atterrissage en urgence dans un champ de maïs à proximité de Ramenskoye, près de Moscou, en Russie, le 15 août 2019 (Crédit : RU-RTR Russian Television via AP)

« L’inquiétude est qu’un oiseau soit happé dans le moteur. Je ne parle pas de ce qui pourrait arriver à l’oiseau, mais que pourrait-il arriver, en réalité, au moteur de l’avion ? Il s’agit là d’une question de sécurité aérienne par excellence », a commenté Yaron Cherka, chargé du département d’ornithologie au sein du KKL-JNF.

« Aujourd’hui, par exemple, les oiseaux ont volé plus à l’Est et tout s’est bien passé. Mais il y a des jours où ils volent là où nous passons – et c’est tout simplement une catastrophe », a-t-il déclaré devant les caméras de la Douzième chaîne.

Cherka a noté avoir évoqué la question avec l’Autorité aéroportuaire, demandant qu’une attention particulière soit portée à la question et que des changements d’itinéraire de vol soient décidés, si nécessaire, pendant cette période de migration de 60 jours.

Yigal Siman Tov, ornithologue bénévole au KKL-JNF, a évoqué « l’anxiété » qu’il ressent à chaque fois qu’il aperçoit un vol d’oiseaux à proximité des trajectoires de vol de l’aéroport, disant : « C’est tout simplement effrayant de voir ce qui se passe ici ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...