La mission israélienne à l’ONU a reçu une réfugiée yézidie, ancienne esclave sexuelle de l’EI
Rechercher

La mission israélienne à l’ONU a reçu une réfugiée yézidie, ancienne esclave sexuelle de l’EI

L’irakienne Marwa Al Aliko partage son expérience d’esclave sexuelle lors d’une rencontre organisée par l'envoyé israélien Danny Danon

Marwa Al Aliko, réfugiée yézidie, à gauche, lors d'une rencontre organisée par le représentant permanent d’Israël à l'ONU,  Danny Danon (Crédit : Mission permanente d’Israël à l'ONU)
Marwa Al Aliko, réfugiée yézidie, à gauche, lors d'une rencontre organisée par le représentant permanent d’Israël à l'ONU, Danny Danon (Crédit : Mission permanente d’Israël à l'ONU)

NEW YORK – La mission permanente d’Israël aux Nations unies a accueilli une femme yézidie qui a réussi à échapper à l’État islamique après avoir subi des violences physiques et sexuelles.

Marwa Al Aliko, née en Irak, a pris la parole jeudi lors d’une rencontre au siège de l’ONU à New York. Elle s’est exprimée sur les traitements des traumatismes des réfugiés qui fuient les groupes terroristes. Elle a également évoqué les conflits en Syrie et dans son pays natal. Cette rencontre a été organisée par Danny Danon, représentant permanent d’Israël aux Nations unies.

Al Aliko a parlé de son passé d’esclave sexuelle pour les terroristes de l’État islamique, ainsi que des autres violences dont elle a été victime.

« Les combattants de l’État islamique nous ont capturé et nous ont enfermé dans une petite pièce. Nous étions 52 femmes. Chaque soir, les hommes venaient et faisaient de nous ce qui leur plaisait », a-t-elle raconté selon un communiqué.

Elle a ajouté : « J’ai pensé au suicide. Ils nous ont emmenées d’un endroit à un autre, jusqu’au jour où j’ai vu une possibilité de m’enfuir. »

Des milliers de filles et de femmes yézidies sont asservies par l’État islamique. Les yézidis sont une minorité religieuse kurdophone.

Danon a félicité Al Aliko pour être venue partager son histoire.

« L’histoire de Marwa est difficile à entendre, mais elle est nécessaire », a déclaré le représentant. « C’est la bravoure des jeunes gens tels que Marwa, qui osent prendre la parole et dire au monde ce qui se passe, ce sont eux qui pourront mettre fin à l’indifférence de la communauté internationale. »

D’autres intervenants se sont exprimés lors de cette rencontre, notamment Ninette Kelley, directrice du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés à New York, et Yotam Polizer, directeur du développement du groupe humanitaire israélien IsraAid.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...