La montre Apple qui « prie pour vous »
Rechercher

La montre Apple qui « prie pour vous »

L'application Siddour d’Apple Watch indique les heures de prière et les offices les plus proches ; son créateur a d’autres idées en tête

David Shamah édite notre section « Start-Up Israel ». Spécialiste depuis plus de dix ans en technologies et en informatique, il est un expert reconnu des start-up israéliennes, de la high-tech, des biotechnologies et des solutions environnementales.

L'Apple Watch présentée sur la scène du Centre Flint à Cupertino, en Californie, le mardi 9 septembre 2015. (capture d'écran : vidéo YouTube)
L'Apple Watch présentée sur la scène du Centre Flint à Cupertino, en Californie, le mardi 9 septembre 2015. (capture d'écran : vidéo YouTube)

Pour les Juifs qui ne plaisantent pas avec la prière, le nouveau Siddour d’Apple Watch, RustyBrick, peut sembler un cadeau du ciel.

Ses caractéristiques, explique le PDG de RustyBrick Barry Schwartz, « visent à simplifier la vie juive. L’objectif est de donner aux Juifs observants un accès facile aux prières communes, aux moments importants (zmanim), de leur permettre de jeter un coup d’œil sur le calendrier juif et de les informer des synagogues à proximité. »

L’application est disponible dans l’App Store pour les propriétaires des montres qui utilisent iOS 7.1.

Si la montre est sur le marché depuis un mois à peine, beaucoup ronchonnent déjà dans les médias high-tech sur ses applications, la plainte principale portant sur leur lenteur.

Par exemple, Marco Arment, créateur d’applications, a écrit sur son blog que l’application qu’il a conçue, basée sur une application d’iPhone « est nulle. Le temps de chargement du WatchKit est arbitraire et problématique. Chaque fois que l’interface se charge ou change, la montre et l’iPhone inter-communiquent via Bluetooth. Que ce soit dû à un défaut du sans fil, à un bug d’1.0 OS, ou (plus probablement) aux deux, WatchKit est désespérément peu fiable. »

Le problème ne se pose pas pour RustyBrick, qui a été conçu à partir de rien  pour Apple Watch, explique Schwartz.

« Cette mise à jour n’est pas une application basique d’Apple Watch qui s’est vue chez d’autres, c’est probablement l’application la plus complète d’Apple Watch disponible. »

L’application fournit des détails sur les temps de prière, l’emplacement des synagogues, les bénédictions, et bien plus encore. Elle « prie » pratiquement pour l’utilisateur – en effet, elle « prie différemment » – dans la veine d’une entreprise qui depuis des années exhorte les technophiles à « penser différemment » [think different].

Parmi les fonctionnalités : les « prières rapides » qui apparaissent dans le bon contexte (heure de la journée, etc.) sur la montre ; un calendrier juif avec des alertes programmables pour les temps de prières, les fêtes, les événements, etc. ; un localisateur de synagogues qui vous montre le lieu des offices de prières, connecté à l’application « map » de l’iPhone et fournissant les directions ; un support de transfert à l’iPhone, qui permet à un écran affiché sur la montre d’apparaître sur l’iPhone.

Cette dernière caractéristique est importante, parce que si des applications de Watch fonctionnent indépendamment, elles sont généralement beaucoup plus utiles lorsque l’on travaille en tandem avec  l’ « application-mère » pour iPhone.

D’autre part, plusieurs de ces applications affichent simplement les mêmes écrans que l’iPhone et sont effectivement des miroirs de leur application homonyme.

L’application RustyBrick n’est ni « déracinée », ni dépendante de l’iPhone. Elle possède ses propres cadrans et écrans, et se connecte aux bases de données pour afficher seule les heures, les lieux, etc., mais sait quand s’en remettre à son grand frère, restant toujours disponible dans les cas où l’utilisateur veut que le plus grand ensemble de fonctionnalités figure sur l’application Siddour de l’iPhone, au cours de l’interaction avec la version Watch.

Quelques questions ont surgi sur le succès de l’Apple Watch, un mois après son lancement. Apple ne le révélera pas encore.

Les enquêtes les plus récentes montrent qu’entre 8 % et 10 % des consommateurs potentiels envisageraient d’en acheter une (l’exception semble être la Chine, où la demande est beaucoup plus élevée). Mais laissez à Apple le soin du marketing, dit Schwartz.

« Même dans sa sixième itération – quand tous ceux qui en veulent en ont déjà un – la demande pour les iPhones explose à chaque nouveau modèle, vous pouvez donc imaginer ce qui se passera avec l’Apple Watch. »

Finalement, ces montres arriveront dans les mains – ou plutôt, sur les poignets – des Juifs pratiquants, et pour eux, RustyBrick développe et adapte (à partir de leurs versions iPhone) une foule d’applications, parmi eux une version Watch de l’application Kosher, qui fournit des informations sur les restaurants casher les plus proches, les directions, le certificat de casheroute, etc.

Et Schwartz a eu beaucoup d’autres idées – par exemple utiliser Internet pour améliorer les activités quotidiennes (comme vérifier si un produit est casher).

« Nous pourrions avoir une application qui scannerait un paquet et verrait s’il est casher, sur la base des ingrédients, ou qui pourrait vous donner des informations sur la surveillance rabbinique » dit Schwartz. « Nous pourrions aussi faire des traductions automatiques en hébreu et en anglais – par exemple, nous pourrions faire une traduction visuelle de la Bible ou du Talmud comme si c’était une personne qui lisait. »

Ces plates-formes et bases de données existent déjà, grâce à la traduction anglaise du Talmud et de la Bible, et Google Translate.

« Mettre sur pied une application tirée de ces sources ne serait pas trop difficile. Le but est de simplifier la vie juive en utilisant la technologie intelligente. Ceci est juste un exemple de ce que RustyBrick peut faire. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...