La municipalité espagnole ayant accueilli le carnaval controversé se défend
Rechercher

La municipalité espagnole ayant accueilli le carnaval controversé se défend

Après avoir vu le char composé de festivaliers en uniforme nazi et de danseurs en uniforme de camp, la municipalité de Campo de Criptana déclare qu'elle partage les critiques

Des participants du carnaval de Campo de Criptana, en Espagne, déguisés en nazis, en février 2020. (Capture d'écran : YouTube via JTA)
Des participants du carnaval de Campo de Criptana, en Espagne, déguisés en nazis, en février 2020. (Capture d'écran : YouTube via JTA)

JTA – Répondant aux critiques au sujet d’un char qui représentait des victimes de la Shoah dansant avec des nazis aux côtés de fours crématoires, la ville espagnole qui a accueilli le défilé affirme que celui-ci n’avait été autorisé que parce que ses créateurs l’avaient décrit comme une forme de commémoration.

La municipalité de Campo de Criptana a donné cette explication dans un communiqué mardi au sujet de cette démonstration, qu’elle a condamnée comme étant inacceptable. Elle mettait en scène des hommes et des femmes vêtus d’uniformes nazis et de danseurs portant des tenues rappelant celles des prisonniers des camps de concentration et agitant des drapeaux israéliens. Ils ont dansé sur une musique disco devant un char en forme de train avec deux grandes cheminées évoquant des crématoriums.

L’ambassade d’Israël l’a qualifié de « vil et répugnant ». Katharina von Schnurbein, la coordinatrice de la lutte contre l’antisémitisme, a écrit sur Twitter qu’il s’agissait d’une « banalisation de la Shoah » et d’une « honte ».

L’association culturelle El Chaparral de la ville voisine de Las Mesas, qui a créé le char, l’avait décrit aux organisateurs du carnaval de Campo de Criptana, lors de leur inscription, comme « un hommage aux millions de personnes qui ont été injustement exterminées » pendant la Seconde Guerre mondiale, a écrit la municipalité dans son communiqué.

L’Espagne était largement perçue comme un allié silencieux de l’Allemagne nazie.

La municipalité indique qu’après avoir vu le char et la danse, elle « partage les critiques formulées ». « Si l’objectif initial était de commémorer les victimes, il est clair que ce n’est pas ce qui a été réalisé », écrit-elle.

Un membre d’El Chaparral a déclaré à la JTA par téléphone seulement que son groupe n’avait aucun commentaire à faire à ce moment-là, puis a raccroché. Elle a refusé de donner son nom.

Campo de Criptana a accueilli le défilé pendant le week-end dans le cadre de ses processions annuelles pour le Carnaval, une célébration du Carême, la période de 40 jours qui précède Pâques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...