Israël en guerre - Jour 150

Rechercher

La NASA annonce la découverte d’océans sur un monde lointain

Une molécule produite uniquement sur Terre par la vie pourrait être présente sur une exoplanète située à 120 années-lumière, de même que des molécules suggérant la présence d'eau

Illustration de K2-18 b, une exoplanète qui pourrait être recouverte d'océans d'eau et posséder une atmosphère d'hydrogène. (Crédit : NASA, ESA, CSA, Joseph Olmsted (STScI))
Illustration de K2-18 b, une exoplanète qui pourrait être recouverte d'océans d'eau et posséder une atmosphère d'hydrogène. (Crédit : NASA, ESA, CSA, Joseph Olmsted (STScI))

L’agence spatiale NASA a annoncé lundi la découverte potentielle d’un océan d’eau à la surface d’une planète située en dehors du système solaire, ainsi que d’une certaine molécule qui pourrait suggérer la présence de la vie.

Les données recueillies par le télescope James Webb de l’agence sur K2-18 b, une planète en orbite autour d’une étoile naine située à 120 années-lumière de la Terre dans la constellation du Lion, suggèrent la présence de méthane, de carbone et d’une faible quantité d’ammoniac, ce qui indique qu’il s’agit d’une exoplanète de type Hycean, c’est-à-dire une planète dotée d’une atmosphère d’hydrogène et recouverte d’eau.

En outre, les observations ont permis de détecter la présence éventuelle de sulfure de diméthyle (DMS) sur la planète, un produit chimique qui n’est produit que par les organismes vivants sur Terre, principalement le phytoplancton.

« Nos résultats soulignent l’importance de prendre en compte divers environnements habitables dans la recherche de la vie ailleurs », a déclaré l’astronome Nikku Madhusudhan de l’université de Cambridge, auteur principal de l’article de recherche publiant les résultats.

« Traditionnellement, la recherche de la vie sur les exoplanètes se concentre principalement sur les petites planètes rocheuses, mais les mondes Hycéan plus vastes sont beaucoup plus propices à l’observation de l’atmosphère », a-t-il ajouté.

Madhusudhan a déclaré que les résultats n’étaient pas concluants et que des recherches supplémentaires seraient menées pour déterminer si le DMS existe effectivement sur cette planète lointaine, qui est huit fois et demie plus grande que la Terre.

Cette image d’artiste de 2015 fournie par Northrop Grumman via la NASA montre le télescope spatial James Webb. (Crédit : Northrop Grumman/NASA via AP)

« Notre objectif ultime est d’identifier la vie sur une exoplanète habitable, ce qui transformerait notre compréhension de notre place dans l’univers », a-t-il déclaré. « Nos résultats constituent une étape prometteuse vers une compréhension plus approfondie des mondes Hycéens dans cette quête ».

La planète a été initialement découverte et étudiée en 2015 grâce aux données du télescope spatial Hubble.

La NASA a déclaré que, bien que K2-18 b se trouve dans la zone dite habitable – la distance appropriée d’un soleil qui permettrait à la vie sur une planète de se développer – ils supposent que le monde est similaire à Neptune en raison de sa taille, avec « un grand manteau de glace à haute pression », et « une atmosphère plus mince riche en hydrogène et une surface océanique ».

L’article des chercheurs de Cambridge a été accepté par la revue Astrophysical Journal Letters.

La caméra spectrographique MIRI (Mid-Infrared Instrument) de James Webb sera utilisée pour étudier plus en détail l’environnement de la planète et éventuellement faire de nouvelles découvertes, a indiqué la NASA.

Le communiqué note que l’étude de planètes telles que K2-18 b est difficile car elles sont bloquées par l’éblouissement des étoiles voisines.

« L’équipe a contourné ce problème en analysant la lumière de l’étoile mère de K2-18 b lorsqu’elle traverse l’atmosphère de l’exoplanète. K2-18 b est une exoplanète en transit, ce qui signifie que nous pouvons détecter une baisse de luminosité lorsqu’elle traverse la face de son étoile hôte », a déclaré la NASA.

« C’est ainsi que l’exoplanète a été découverte en 2015 par la mission K2 de la NASA. Cela signifie que lors des transits, une infime partie de la lumière de l’étoile traverse l’atmosphère de l’exoplanète avant d’atteindre les télescopes tels que Webb. Le passage de la lumière de l’étoile dans l’atmosphère de l’exoplanète laisse des traces que les astronomes peuvent reconstituer pour déterminer les gaz de l’atmosphère de l’exoplanète », a ajouté l’agence spatiale.

La NASA a déjà salué la découverte potentielle d’eau sur des exoplanètes par le passé. En 2022, l’agence a déclaré avoir détecté de la vapeur d’eau sur HAT-P-11b, une autre planète semblable à Neptune située à 120 années-lumière, dans la constellation de Cygnus.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.