La nuit de vendredi a vu des émeutes entre Arabes et Juifs – du nord au sud
Rechercher

La nuit de vendredi a vu des émeutes entre Arabes et Juifs – du nord au sud

À Jaffa, 2 enfants blessés après le jet d'un cocktail Molotov ; Un théâtre d'Akko a été incendié ; Des affrontements ont éclaté dans les villes du nord et à Jérusalem Est

Des émeutiers palestiniens allument un cocktail Molotov lors d'affrontements avec les forces israéliennes dans le quartier de Shuafat à Jérusalem-Est le 14 mai 2021 (Ahmad GHARABLI / AFP)
Des émeutiers palestiniens allument un cocktail Molotov lors d'affrontements avec les forces israéliennes dans le quartier de Shuafat à Jérusalem-Est le 14 mai 2021 (Ahmad GHARABLI / AFP)

Vendredi, la police et les forces de sécurité israéliennes ont continué d’essayer de réprimer les émeutes à travers le pays, avec des affrontements entre des officiers et des résidents arabes qui se sont étendus jusqu’au nord d’Israël au cours de la journée. De violents combats ont été signalés à Jérusalem-Est dans la soirée.

Vendredi soir, des émeutiers arabes dans la ville mixte d’Akko ont incendié le théâtre, que les habitants qualifient de symbole de la coexistence judéo-arabe. « C’est incroyablement douloureux de voir cela se produire », a déclaré Moni Yosef, l’un des directeurs du théâtre, à Ynet.

Des affrontements ont également éclaté dans les villes du nord d’Israël de Baqa al-Gharbiyye, Fureidis, Haïfa, Umm al-Fahm, Jisr az-Zarqa et d’autres régions du nord. La police a déclaré que les agents avaient utilisé des moyens de dispersion anti-émeutes alors que des manifestants violents leur jetaient des pierres, des cocktail Molotov et des pétards. La police a également déclaré avoir procédé à un certain nombre d’arrestations, des suspects étant interrogés.

À Nahf, une ville arabe située près de Carmiel, des émeutiers ont incendié un camion, attaquant des officiers avec des cocktail Molotov et des pierres lorsqu’ils sont arrivés sur les lieux. Une personne a été arrêtée, selon Ynet.

À Jaffa, une maison du quartier d’Ajami a été incendiée, blessant deux enfants arabes, dont un garçon de 12 ans et une fille de 10 ans. La police a ouvert une enquête. Des images de caméras de surveillance ont montré deux silhouettes cagoulées marchant dans une ruelle située près de la maison avant qu’elle ne soit prise pour cible.

Le garçon a subi des brûlures dans le haut du corps.

À Lod, une autre ville mixte qui a connu certaines des pires violences cette semaine, la police a déclaré avoir tiré sur une personne qui tentait de lancer un cocktail Molotov sur un bâtiment municipal, le blessant légèrement. La police a déclaré que les agents utilisaient un fusil Ruger de calibre 22, considéré comme moins meurtrier que les fusils standard et parfois utilisé pour lutter contre les émeutes.

À Jérusalem-Est, des centaines d’émeutiers ont affronté des agents de la police des frontières dans les quartiers d’Abu-Tor, Silwan, Sheikh Jarrah, Shuafat et Beit Hanina, entre autres, lançant des pierres, des cocktail Molotov et des pétards sur les forces de sécurité israéliennes.

Lors d’un incident, une voiture de police a été incendiée – aucun blessé n’a été signalé.

À Sheikh Jarrah, l’un des points focaux de la flambée des violences sans précédent de cette semaine, où il y a eu un tollé à l’échelle internationale quant aux projets israéliens visant à expulser quatre familles palestiniennes et à remettre leurs maisons à des Juifs qui avaient prouvé qu’elles leur appartenaient avant 1948, des émeutiers arabes ont jeté des pierres sur les maisons juives, selon Ynet. Des images vidéo semblaient montrer deux hommes juifs en train de tirer des coups de semonce en l’air en guise de réponse. Selon Ynet, les hommes ont été arrêtés par la police.

Plus tôt vendredi, la police israélienne avait signalé neuf personnes blessées lors de violents troubles entourant l’arrestation d’un haut dirigeant islamiste à Kafr Kanna, dans le nord d’Israël. Quatre personnes se trouveraient dans un état grave.

La police a déclaré que lors de l’arrestation de Kamal Khatib, les policiers ont rencontré une « violente résistance » de la part des habitants qui ont bloqué des routes, brûlé des objets, jeté des pierres et « ouvert le feu sur des policiers ».

Le chef des services de sécurité du Shin Bet, Nadav Argaman, à la 8è conférence internationale UVID à l’Avenue Convention Center d’Airport City, le 7 novembre 2019. (Crédit : Flash90)

Le chef de l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet a déclaré vendredi que les services de sécurité ne toléreraient pas la violence ethnique « ni par les Arabes ni par les Juifs ».

Son chef, Nadav Argaman, a déclaré vendredi que le Shin Bet « ne laissera pas les violents contrevenants commettre des actes de terrorisme dans les rues d’Israël ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...