Israël en guerre - Jour 201

Rechercher

La part des femmes, encore sous-représentées, dans la high-tech israélienne stagne

Les femmes représentent un peu plus d'un tiers du nombre total d'employés technologiques, mais leur part dans les postes de direction est plus faible ; 13 % des PDG sont des femmes

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

Illustration : Des jeunes femmes ultra-orthodoxes participant au programme Adva, qui vise à leur donner des compétences dans le secteur de la haute technologie. (Crédit : Autorisation)
Illustration : Des jeunes femmes ultra-orthodoxes participant au programme Adva, qui vise à leur donner des compétences dans le secteur de la haute technologie. (Crédit : Autorisation)

Les femmes continuent d’être sous-représentées dans l’industrie technologique israélienne, et leur part dans cet écosystème, après avoir augmenté lentement au cours de la dernière décennie, a stagné en 2023 a révélé une étude de l’institut RISE Israël jeudi, avant la Journée internationale des droits des femmes.

Les femmes représentaient environ 36 % de la main-d’œuvre technologique en Israël en 2023, comme l’année précédente, alors que l’emploi général dans l’industrie high-tech a ralenti au cours d’une année marquée par des bouleversements politiques dus à la révision judiciaire litigieuse suivie du déclenchement de la guerre d’Israël du groupe terroriste palestinien du Hamas, selon le rapport de RISE Israël, anciennement connu sous le nom de Start-up Nation Policy Institute (SNPI). Auparavant, une augmentation annuelle constante de 0,3 % de la représentation des femmes avait été enregistrée dans l’écosystème technologique au cours des dix dernières années.

Le rapport sur les écarts entre les sexes dans la high-tech israélienne, qui s’appuie sur les données de LinkedIn, analyse la part des femmes dans différents types d’emplois, leur présence à des postes de direction et l’écart entre l’entreprenariat féminin en Israël, aux États-Unis et en Europe.

Alors que les femmes représentent plus d’un tiers des employés du secteur technologique, le ratio diminue au fur et à mesure que l’on s’élève dans l’échelle des postes à responsabilité, selon le rapport. Dans les entreprises technologiques, les femmes n’occupent que 22 % des postes de direction et 13 % des postes de PDG. Le pourcentage de femmes dans les fonctions opérationnelles est de 60 %.

« Augmenter la représentation des femmes dans la technologie en général, et dans les rôles clés en particulier, est une nécessité tangible, à la fois pour promouvoir l’égalité et pour accroître la main-d’œuvre dans ce secteur », a déclaré Yam Atir, vice-président de la stratégie chez RISE Israël. « Surtout aujourd’hui, alors que la locomotive économique est également devenue un moteur social important en Israël, il est encore plus important de rendre le secteur plus égalitaire et diversifié. »

Longtemps présenté comme le moteur de croissance de l’économie, le secteur technologique représente environ 25 % du total des recettes fiscales et constitue environ 10 % de la main-d’œuvre. Dans le même temps, le pays souffre d’une grave pénurie de main-d’œuvre qualifiée dans le domaine de la technologie, qui a été exacerbée par l’appel massif de réservistes mobilisés dans le cadre de la guerre en cours avec le groupe terroriste palestinien du Hamas, qui a éclaté à la suite du massacre du 7 octobre.

Des présidentes et des PDG d’entreprises technologiques et biomédicales ouvrant le bal à la Bourse de Tel Aviv à l’occasion de la Journée internationale de la femme, le 7 mars 2024. (Crédit : Autorisation)

Dans un rapport distinct réalisé en collaboration avec l’université Reichman, l’Autorité israélienne de l’innovation a souligné que les femmes n’occupaient encore qu’un tiers de tous les postes technologiques, ce qui est inférieur à l’objectif de 43 % fixé par le Comité national du capital humain dans la high-tech, connu sous le nom de Comité Perlmutter, pour 2035.

« Nous voyons de plus en plus de femmes dans les rôles clés, mais le taux de croissance est insuffisant pour atteindre les objectifs de parité entre les sexes », a déclaré le PDG de l’Autorité israélienne de l’innovation, Dror Bin. « En 2023, environ 3 500 postes ont été créés pour les femmes dans la technologie, contre 6 700 pour les hommes. »

« Pour que les choses changent, il faut un effort concerté à long-terme de la part de l’industrie technologique et des entités gouvernementales concernées pour continuer à briser le plafond de verre pour les femmes plus tôt dans leur carrière », a affirmé Bin.

Dans les deux rapports, la proportion d’étudiantes choisissant de s’inscrire au lycée et de suivre des programmes ou des études universitaires menant à un emploi dans le secteur de la high-tech est considérée comme l’une des principales raisons expliquant les disparités entre les sexes au sein de la main-d’œuvre technologique locale.

« Étant donné que les études dans des filières technologiques avancées qui permettent d’étudier la physique et l’informatique au lycée sont l’un des principaux facteurs expliquant l’écart entre les sexes dans l’emploi à des postes technologiques et dans l’industrie technologique, l’accès aux études technologiques devrait être offert à chaque élève en Israël dans le cadre scolaire ou dans les centres d’excellence », a déclaré le Dr. Sergeï Sumkin, chercheur principal à l’Institut Aaron pour la politique économique de Reichman. « En outre, il convient de prêter attention aux explications professionnelles fournies par le personnel de l’école concernant la contribution des compétences technologiques à un emploi de qualité pour les étudiantes. »

En 2023, la proportion de femmes diplômées en informatique, en ingénierie électronique, en logiciels et dans des domaines similaires n’était que de 28 %, et de 40 % dans les autres filières STEM (sciences, technologies, ingénierie et mathématiques), selon le rapport de RISE Israël.

« Le fait qu’au cours des quinze dernières années, cet écart en matière d’éducation ne se soit pas réduit est particulièrement inquiétant », souligne le rapport.

Israël est à la traîne par rapport aux États-Unis et à l’Europe en ce qui concerne les fondatrices et l’esprit d’entreprise, selon une étude menée par RISE Israël. Le pourcentage d’entreprises technologiques comptant au moins une femme fondatrice et ayant levé des capitaux en 2023 s’élevait à 16 % en Israël, contre 25 % et 26 % en Europe et aux États-Unis, respectivement.

Vue du campus du Technion – Institut de technologie d’Israël, dans la ville de Haïfa, dans le nord d’Israël, le 19 février 2019. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Contrairement aux États-Unis et à l’Europe, Israël ne dispose pas d’un organisme gouvernemental chargé d’aider les femmes entrepreneurs en créant divers programmes de financement et de soutien destinés aux femmes, selon le rapport.

Pour changer les choses, Israël pourrait mettre en place un programme spécifique au sein de l’Autorité israélienne de l’innovation pour financer les start-ups ayant au moins une femme à leur tête, et inciter les fonds de capital-risque à investir dans des start-ups ayant au moins une femme à leur tête, suggère le rapport.

« La technologie locale peut et doit s’appuyer sur un leadership féminin fort et étendu, servant de modèle aux filles, aux adolescentes et aux femmes en Israël et dans le monde entier », a relevé Atir.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.