La petite communauté juive du Myanmar est secouée par le coup d’État militaire
Rechercher

La petite communauté juive du Myanmar est secouée par le coup d’État militaire

Il ne reste que quelques familles juives dans ce pays d'Asie du Sud-Est, anciennement appelé Birmanie, victime d'années de troubles politiques et de régime militaire

Un groupe de militants birmans résidant en Israël brandissent (de gauche à droite) le drapeau historique de la Birmanie (jusqu'en 1974), le drapeau du parti de la Ligue nationale pour la démocratie de la dirigeante évincée Aung San Suu Kyi, et le drapeau d'Israël, lors d'une manifestation devant l'ambassade du pays dans la ville côtière méditerranéenne de Tel Aviv, le 3 février 2021. (JACK GUEZ / AFP)
Un groupe de militants birmans résidant en Israël brandissent (de gauche à droite) le drapeau historique de la Birmanie (jusqu'en 1974), le drapeau du parti de la Ligue nationale pour la démocratie de la dirigeante évincée Aung San Suu Kyi, et le drapeau d'Israël, lors d'une manifestation devant l'ambassade du pays dans la ville côtière méditerranéenne de Tel Aviv, le 3 février 2021. (JACK GUEZ / AFP)

JTA – Un dirigeant de la petite communauté juive du Myanmar, réagissant au coup d’Etat militaire qui a secoué la nation, se souvient avoir été témoin de « la brutalité des militaires » dans son pays d’Asie du Sud-Est en 1988.

« Mais depuis 2015, je ne pensais pas que la génération de mes enfants ou moi-même » en serions à nouveau « témoins », a écrit Sammy Samuels sur Facebook. « Mais j’avais tort. »

Il a qualifié le coup d’État de dimanche de « triste jour pour le Myanmar ».

Samuels, qui garde les clés de la synagogue Musmeach Yeshua dans la plus grande ville du pays, Yangon, autrefois connue sous le nom de Rangoon, a joué un rôle essentiel dans le maintien de la cohésion de la communauté d’une dizaine de familles. Suivant les traces de son père, Moïse, Samuels a préservé le site comme havre pour les visiteurs et les touristes juifs.

Ce coup d’État est le dernier en date au Myanmar, anciennement connu sous le nom de Birmanie, où les militaires ont pris le pouvoir et annoncé un état d’urgence d’un an.

La junte a arrêté la dirigeante démocratiquement élue, la lauréate du prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi, sur la base d’accusations pénales peu sérieuses, a mis en place des barrages routiers, a suspendu les communications et a fermé l’aéroport.

Une ressortissante du Myanmar vivant en Thaïlande porte un masque facial avec l’image de la dirigeante du Myanmar Aung San Suu Kyi lors d’une manifestation devant l’ambassade du Myanmar à Bangkok, en Thaïlande, le jeudi 4 février 2021. Les militaires ont annoncé lundi qu’ils prennent le pouvoir pour un an, accusant le gouvernement de Suu Kyi de ne pas enquêter sur les allégations de fraude électorale lors des récentes élections. (AP Photo/Sakchai Lalit)

Cette action met fin à près d’une décennie de démocratie naissante au Myanmar qui a vu le pays devenir une destination touristique populaire. Et elle met en lumière une histoire de troubles coloniaux et post-coloniaux.

Plusieurs milliers de Juifs y prospéraient lorsque le pays était une colonie britannique. Musmeach Yeshua, qui signifie « apporte le salut », a été construit en 1854 et reconstruit en 1896. La plus ancienne tombe du cimetière juif voisin date de 1876.

La domination britannique a pris fin lorsque les Japonais ont bombardé Rangoon le jour de Noël 1941 et ont envahi le pays au début de la Seconde Guerre mondiale. De nombreux Juifs birmans ont fui vers l’Inde et ne sont jamais revenus.

Le Premier ministre israélien David Ben Gurion, (à droite), discute avec le Premier ministre birman U Nu dans le salon de réception de l’aéroport de Rangoon lors de la visite récente de ce dernier, le 8 décembre 1961. (Photo AP)

La Birmanie a obtenu son indépendance en 1948 et a établi des relations cordiales avec le nouvel État d’Israël, principalement grâce à l’amitié entre les Premiers ministres, David Ben Gurion et U Nu.

Ce dernier a été le premier chef d’État à se rendre en Israël après sa naissance. Une relation chaleureuse existe entre les deux nations, avec notamment la vente d’armes par Israël au Myanmar au fil des ans, selon les informations disponibles. Israël a aidé le Myanmar après le passage du cyclone Nargis en 2008.

En 1962, un coup d’Etat militaire violent a instauré une dictature. Les militaires ont nationalisé les entreprises, déclenchant l’émigration de la plupart des Juifs. L’armée a supprimé la liberté d’expression et les partis politiques, et le pays est tombé en ruine économique. L’armée a emprisonné ou maintenu en résidence surveillée Suu Kyi, la fille d’un leader indépendantiste bien-aimé. On conseillait aux touristes de ne pas mentionner son nom ; les guides ne le faisaient jamais. Elle a passé près de 15 ans en détention entre 1989 et 2010, date à laquelle elle a été libérée.

Suu Kyi est sortie de son assignation à résidence et en 2015, son parti, la Ligue nationale pour la démocratie, a remporté une victoire électorale décisive. Les militaires ont respecté les résultats et Suu Kyi est apparue comme le leader national de facto. Elle a joué un rôle essentiel dans la transition du Myanmar de la junte militaire à la démocratie partielle dans les années 2010, bien qu’elle ait été condamnée au niveau international pour avoir défendu la campagne militaire – qualifiée de génocide par les groupes de défense des droits de l’homme et plusieurs nations occidentales – contre la minorité Rohingya.

En 2006, Samuels et son père ont fondé Myanmar Shalom, une agence de voyage. Ils ont conçu et organisé des circuits comprenant des stüpas bouddhistes, des temples hindous, des églises chrétiennes et des mosquées musulmanes, ainsi que la dernière synagogue et le dernier cimetière.

Après le décès de son père en 2015, Samuels, la trentaine passée, a représenté la communauté juive dans des conseils interreligieux et a souvent rencontré Suu Kyi sur des questions de dialogue interconfessionnel. Samuels avait obtenu son diplôme avec mention très bien à la Yeshiva University et avait travaillé au Congrès juif américain à New York. De retour à Yangon, il a organisé les cérémonies d’allumage des bougies de Hanoukka qui ont souvent attiré plusieurs centaines de chefs de gouvernement.

Intérieur de la synagogue Musmeach Yeshua à Yangon, Myanmar. (Ben G. Frank/JTA)

Pour ces quelques juifs locaux et les juifs travaillant dans les ambassades américaines et israéliennes, la synagogue est le point de convergence des voyageurs juifs et transmet un message au monde : « Nous sommes toujours là ».

En général, personne ne se présente pour un minyan quotidien, bien qu’un minyan ait souvent lieu – soit parce que quelqu’un doit réciter une prière commémorative, soit lorsqu’un petit groupe de Juifs américains, israéliens ou australiens arrive pendant la saison touristique. Lorsque cela se produit, Samuels appelle frénétiquement les quelques juifs de la ville pour qu’ils viennent rapidement à la synagogue et rencontrent les invités dans le bâtiment, l’un des 188 sites sur la liste des structures du patrimoine de Yangon.

La synagogue de deux étages en pierre blanche est située au n° 85 de la 26e rue. À l’entrée de la rue principale, les visiteurs peuvent voir au-dessus des murs une arcade avec un candélabre à sept branches. À l’intérieur de ce mur se trouve une étoile juive. La bimah, entourée de bancs en bois, se trouve au milieu du sanctuaire, qui dispose d’un balcon. Au fil des ans, les Samuel ont collecté des fonds pour peindre et entretenir le lieu de culte.

La communauté internationale s’insurge de plus en plus contre la prise de contrôle par l’armée. La reprise du tourisme après le recul de la pandémie dépendra peut-être du retrait des militaires ou de l’oubli du monde.

En 2019, alors que l’indignation mondiale concernant le traitement des Rohingyas s’intensifiait, Samuels a parlé à la Jewish Telegraphic Agency du déclin du tourisme qui en découlait.

« Beaucoup de gens commencent à boycotter les voyages au Myanmar, mais quand nous parlons de tourisme, il ne s’agit pas seulement de nous, d’une compagnie de tourisme, d’un hôtel ou d’une compagnie aérienne. Il s’agit du guide touristique, du chauffeur de taxi, du groom de l’hôtel », dit-il. « Ils ne devraient pas être punis pour ce qui s’est passé. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...