La plus large équipe israélienne jamais sélectionnée aspire à des exploits aux JO
Rechercher

La plus large équipe israélienne jamais sélectionnée aspire à des exploits aux JO

Vétérans et primo-sélectionnés sont confiants quant à leurs chances de médailles malgré des prestations décevantes à Londres en 2012 ; ils espèrent inspirer la prochaine génération d'athlètes

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

L'équipe israélienne de gymnastique rythmique a de grandes chances de remporter des médailles aux Jeux de Rio de Janeiro, le 12 juillet 2016 (Crédit : Luke Tress/Times of Israel)
L'équipe israélienne de gymnastique rythmique a de grandes chances de remporter des médailles aux Jeux de Rio de Janeiro, le 12 juillet 2016 (Crédit : Luke Tress/Times of Israel)

Espérant rebondir après de piètres prestations en 2012, Israël va déployer sa délégation olympique la plus importante de son histoire aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro de 2016, lorsque les jeux débuteront le mois prochain.

Les 48 qualifiés seront en compétition dans 16 disciplines. On remarquera notamment de nouveaux sports pratiqués désormais par l’Etat hébreu comme le golf, le triathlon et le vélo de montagne.

Il y a quatre ans à Londres, les 37 participants israéliens ont échoué à ramener des médailles. Le véliplanchiste Shahar Zubari a remporté la dernière médaille d’Israël quand il a décroché le bronze à Pékin en 2008.

Zubari devrait normalement avoir de grandes chances de monter sur le podium à Rio, ainsi que le judoka Yarden Gerbi, la lutteuse Ilana Kratysh, et l’équipe de gymnastique rythmique, qui a remporté le championnat d’Europe en juin.

Le pays a rapporté sept médailles en l’espace de 16 apparitions aux JO. Le véliplanchiste Gal Fridman a remporté la seule et unique médaille d’or d’Israël à Athènes en 2004.

Le véliplanchiste Shahar Zubari (Crédit : Marko/Flash90/File)
Le véliplanchiste Shahar Zubari (Crédit : Marko/Flash90/File)

« Je me sens bien. J’ai attendu cela toute ma vie », a déclaré Kratysh lors d’une conférence de presse à Ramat Gan, une banlieue de Tel-Aviv, mardi. Kratysh est devenue la première femme israélienne à se qualifier pour les Jeux olympiques lorsqu’elle a remporté le tournoi mondial de qualification en Mongolie en avril.

Kratysh vit à Haïfa, mais s’est entraînée en Ukraine. La jeune femme de 26 ans a été médaillée d’argent à quatre reprises aux championnats européens et sera en compétition dans la catégorie 69 kilos.

« C’est excitant d’être la première femme à la lutte », a déclaré Kratysh. « Je veux que les gens connaissent mieux ce sport en Israël et donner de l’espoir à la prochaine génération ».

Elle explique qu’il est particulièrement important pour elle d’inspirer les jeunes athlètes féminines puisqu’elle est seule dans son domaine en compétition pour Israël.

« Je sais que je suis déjà un modèle pour beaucoup de jeunes filles. Je veux continuer à l’être », dit-elle.

La marathonienne née au Kenya, Lonah Chemtai, a les mêmes espoirs et dit que l’équipe est confiante malgré sa piètre performance à Londres.

« Je veux leur montrer que nous les femmes pouvons faire quelque chose », dit-elle.

La jeune femme de 27 ans s’est entraînée pour les Jeux pendant cinq ans, a rapporté son mari et entraîneur Dan Salpeter.

Chemtai a connu une bataille difficile pour rejoindre l’équipe olympique après que le ministère de l’Intérieur a rejeté son statut d’athlète israélienne.

Elle est arrivée en Israël il y a huit ans pour travailler pour un diplomate kenyan et a rencontré Salpeter via la course. Les deux se sont mariés plus tard au Kenya, et ont désormais un fils d’un an, nommé Roy.

La marathonienne Lonah Chemtai concourra pour Israël lors des Jeux olympiques de 2016, 12 juillet 2016 (Crédit : Luke Tress/Times of Israel)
La marathonienne Lonah Chemtai concourra pour Israël lors des Jeux olympiques de 2016, 12 juillet 2016 (Crédit : Luke Tress/Times of Israel)

Son statut a été rejeté pendant des années, mais elle a été approuvée pour participer aux Jeux à venir à la dernière minute, après que le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri soit personnellement intervenu.

La résistance de la bureaucratie israélienne n’a pas freiné son enthousiasme pour autant.

« Je suis prête. Ce sont mes premiers Jeux olympiques, et je suis fière de représenter Israël », a-t-elle confié.

Elle a remporté le marathon de Tel Aviv avec un temps de 2h40m16s, près de cinq minutes de moins que le temps de qualification nécessaire pour les Jeux. Aucune autre femme israélienne n’a jamais été en mesure de se qualifier.

Donald Sanford est également impatient de représenter son pays d’adoption aux Jeux. Le natif de Los Angeles a émigré en Israël après avoir rencontré sa femme, la joueuse de basket-ball israélienne Danielle Dekel, alors que les deux étudiaient au Central Arizona College. Ils se sont mariés en 2008 et vivent maintenant dans le kibboutz Ein Shemer.

Olympic Hope – Donald Sanford is running for the medal

He's fast, focused and very proud to be representing Israel this summer at the Olympics in Rio! Meet sprinter Donald Sanford, and SHARE to wish him good luck!

Posted by Israel Ministry of Foreign Affairs on Thursday, 30 June 2016

Il a uniquement concouru pour Israël à un niveau international, mais voit les différences dans la culture sportive au niveau des jeunes.

« En Amérique, c’est 100 % de sport dès le début. Au collège et au lycée, cela fait partie du programme d’études pour obtenir le diplôme. En Israël, ce n’est pas aussi essentiel », a-t-il dit. « Je cherche à être un exemple autant que je peux. C’est bon pour les enfants de voir cela, également en judo, en gymnastique, dans d’autres sports ».

L’athlète de 29 ans est spécialisé dans le 400 mètres et a concouru pour Israël aux Jeux olympiques de 2012. Il s’est entraîné dur depuis, affirme-t-il.

« C’est excitant. Nous nous sommes entraîné pendant quatre ans pour cela, il faut espérer que tout ira bien », a-t-il dit.

Les Jeux se dérouleront du 5 au 21 août.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...