La poésie de Walter Benjamin, traduite pour la première fois en français
Rechercher

La poésie de Walter Benjamin, traduite pour la première fois en français

Composés sur dix années, de 1914 à 1924, Walter Benjamin rend là hommage à son ami Christophe Friedrich Heinle, poète qui s’est suicidé à 19 ans en 1914

Walter Benjamin. (Crédit : Wikimedia Commons)
Walter Benjamin. (Crédit : Wikimedia Commons)

Le philosophe, historien de l’art, critique littéraire, critique d’art et traducteur Walter Benjamin (1892-1940), figure emblématique de l’École de Francfort, n’a publié que deux livres de son vivant.

Depuis sa mort, sa pensée a été abondamment explorée et commentée, et de nombreux ouvrages ont paru – notamment Sur le concept d’histoire et L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, deux des plus célèbres. Sa notoriété a ainsi largement dépassé les frontières de la philosophie et de la littérature.

Néanmoins, le lecteur français le connaît surtout pour ses essais, sa prose à caractère biographique et sa correspondance. Le mois dernier, sa poésie a – enfin – pour la première fois été traduite et publiée en français.

Dans Sonnette / Sonnets, une édition bilingue publiée aux presses du Réel, traduite par Michel Métayer, Walter Benjamin dévoile 73 sonnets inédits.

Composés sur dix années, de 1914 à 1924, Walter Benjamin rend là hommage à son ami Christophe Friedrich Heinle, poète qui s’est suicidé à 19 ans en 1914 par désespoir ou protestation face à l’avancée de la Première Guerre mondiale.

« Fritz Heinle était poète, et le seul de tous avec qui je n’eus pas de rencontre ‘dans la vie’, mais dans sa poésie… », indique une phrase de Walter Benjamin en exergue de l’ouvrage.

Alors que les sonnets ont été remis à l’écrivain Georges Bataille en 1940, ils ont dormi jusqu’à leur publication en 1986 en Allemagne. 35 années supplémentaires auront été nécessaires pour qu’ils paraissent en français.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...