La police arrête deux suspects pour le meurtre d’un jeune de Jaljulia
Rechercher

La police arrête deux suspects pour le meurtre d’un jeune de Jaljulia

Détention prolongée pour les suspects présumés âgés de 27 et 29 ans qui ont tué Muhammad Abdelrazek Ades, 14 ans, et grièvement blessé Mustafa Osama Hamed, 12 ans, en mars

Une manifestante brandit la photo de Muhammad Abdelrazek Ades lors d'une manifestation à Tel Aviv contre la recrudescence de la criminalité et de la violence dans les communautés arabes, le 13 mars 2021. (Flash90)
Une manifestante brandit la photo de Muhammad Abdelrazek Ades lors d'une manifestation à Tel Aviv contre la recrudescence de la criminalité et de la violence dans les communautés arabes, le 13 mars 2021. (Flash90)

La police a annoncé vendredi avoir arrêté la veille deux suspects, soupçonnés d’être impliqués dans l’assassinat par balle d’un adolescent le mois dernier dans la ville de Jaljulia.

Muhammad Abdelrazek Ades, 14 ans, a été tué, et Mustafa Osama Hamed, 12 ans, a été grièvement blessé lors de cette attaque, qui a déclenché des manifestations.

La détention des deux suspects, âgés de 27 et 29 ans, qui sont également des habitants de Jaljulia, a été prolongée par le tribunal d’instance de Petah Tikva.

Le tribunal a également approuvé la demande de la police de ne révéler aucun détail relatif à l’enquête en cours.

Des Arabes israéliens et des militants protestent contre le meurtre de l’adolescent Mohammed Adas, à Jaljulia, le 12 mars 2021. (Crédit : Flash90)

Les deux garçons se sont fait tirer dessus dans la ville de Jaljulia, dans le centre d’Israël, le 9 mars, alors qu’ils étaient assis à moins de 100 mètres d’un poste de police au moment de l’attaque, selon certaines sources.

L’attaque a suscité l’indignation face à la violence dans la communauté arabe d’Israël, car Ades était déjà le 23e Arabe israélien à mourir cette année dans des circonstances violentes, et le troisième à avoir moins de 20 ans. Depuis, le nombre total de morts violentes dans la communauté est monté à 28.

Les forces de l’ordre ont été accusées d’avoir négligé les crimes violents au sein des communautés arabes.

Des Arabes israéliens et des militants protestent contre le meurtre de l’adolescent Mohammed Adas, à Jaljulia, le 12 mars 2021. (Crédit : Flash90)

Selon la radio publique Kan, les deux jeunes étaient assis devant chez eux lorsqu’on leur a tiré dessus. Le reportage indique que la famille de l’un des deux garçons semble être impliquée dans un différend criminel clandestin, mais on ignore si les deux jeunes ont été pris pour cible pour cette raison.

La Douzième chaîne a rapporté que les garçons ont été emmenés au poste de police après la fusillade par des inconnus qui ont ensuite fui les lieux. Les passants ont vu les corps à l’entrée du poste de police et ont appelé les services de premiers secours, selon le reportage.

Suite à cette attaque, 10 000 manifestants ont afflué dans la ville d’Umm al-Fahm, dans le nord du pays, qui organise chaque semaine des manifestations contre la violence dans la communauté arabe. Le taux de participation a été plus élevé que d’habitude, probablement aussi en réponse aux accusations de violences policières lors de la manifestation de la semaine précédente, qui avaient fait au moins 35 blessés et déclenché une enquête du ministère de la Justice.

Des manifestants allument des fusées éclairantes tandis que d’autres agitent des drapeaux palestiniens lors d’une manifestation d’Arabes israéliens dans la ville arabe d’Umm al-Fahm dans le nord d’Israël, le 5 mars 2021, alors qu’ils manifestent contre le crime organisé et appellent la police israélienne à arrêter la vague de violences intra-communautaires. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)

Le crime organisé est largement considéré comme la cause principale de la propagation de la violence dans les villes et villages arabes. Les Arabes israéliens accusent la police, qui, selon eux, n’a pas réussi à prendre les mesures qui s’imposent contre les puissantes organisations criminelles.

En 2020, 96 Arabes israéliens ont été tués, de loin le bilan annuel le plus élevé ces dernières années.

Plus de 90 % des fusillades en Israël l’année dernière ont eu lieu dans des communautés arabes, selon la police. Les Arabes israéliens représentent environ un cinquième de la population du pays.

Selon l’organisation à but non lucratif Abraham Initiatives, 28 Arabes ont été tués de façon violente en Israël depuis le début 2021. Six ont été tués par la police, tandis que 22 ont été tués dans le contexte d’activités criminelles.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...