La police interroge un ministre pour la 3e fois dans le cadre d’une enquête pour corruption
Rechercher

La police interroge un ministre pour la 3e fois dans le cadre d’une enquête pour corruption

Le fils de Haim Katz, Yair, un dirigeant d’Israel Aerospace Industries, est également soupçonné d’avoir contraint des employés à rejoindre le parti au pouvoir

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Haim Katz, ministre du Travail et des Affaires sociales, avant la réunion hebdomadaire du cabinet, le 25 juin 2017 (Crédit : Marc Israel Sellem/POOL)
Haim Katz, ministre du Travail et des Affaires sociales, avant la réunion hebdomadaire du cabinet, le 25 juin 2017 (Crédit : Marc Israel Sellem/POOL)

La police a interrogé jeudi le ministre des Affaires sociales, Haim Katz (Likud) pour la troisième fois dans le cadre d’une enquête pour corruption au sein d’Israel Aerospace Industries (IAI) où il est considéré comme un suspect criminel.

Katz a été le leader du syndicat des travailleurs de l’IAI pendant plus de deux décennies avant de devenir ministre il y a deux ans.

C’était le troisième interrogatoire de Katz au siège de l’unité de lutte contre la corruption, Lahav 433, dans la ville de Lod. Il avait déjà été interrogé par la police dans le cadre de cette affaire.

Les soupçons de corruption, de fraude et d’abus de confiance à l’IAI ont été rendus publics en mars lorsque la police a mené une perquisition au siège la société spécialisée dans la défense, qui a mené à l’arrestation de 14 personnes – parmi lesquelles le fils de Katz, Yair.

Le jeune Katz, âgé de 36 ans, qui est un responsable de direction de l’IAI et qui était un membre de son puissant syndicat ouvrier depuis quatre ans, a été arrêté à l’époque car il était soupçonné d’avoir contraint les employés à rejoindre le parti auquel appartenait son père, le Likud.

Il a été maintenu en détention avec son collègue David Peretz et leurs domiciles ont été fouillés.

Yair Katz, à gauche, fils du ministre des Affaires sociales du Likud Haim Katz, devant la cour de Rishon Lezion, le 22 mars 2017. (Crédit : Flash90)
Yair Katz, à gauche, fils du ministre des Affaires sociales du Likud Haim Katz, devant la cour de Rishon Lezion, le 22 mars 2017. (Crédit : Flash90)

Le syndicat de l’IAI, qui emploie quelque 16 000 personnes et qui est la plus grande entreprise publique en Israël, est considéré comme étant étroitement lié à Katz senior.

Réagissant à l’annonce de la décision du procureur général en mars d’autoriser la police à interroger Katz, le ministre a déclaré que lui et les autres et l’IAI étaient la cible d’une « campagne de calomnie injustifiée ».

« Je vais coopérer pleinement avec l’enquête et je suis sûr que tout va revenir calmement à la normale », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Dans une autre affaire, l’autorité des Valeurs mobilières d’Israël enquête car elle soupçonne que Haim Katz – après avoir été nommé un ministre – a acheté des actions dans une société immobilière peu de temps avant que la société n’annonce qu’elle fusionnait avec le parc commercial Airport City pendant l’été 2015. Avec une autre personne, également soupçonnée de délits d’initié, il est censé avoir eu un bénéfice illégalement acquis de 290 000 shekels.

Le staff du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...