La police nettoie un “jardin pro-terrorisme” de Jérusalem Est
Rechercher

La police nettoie un “jardin pro-terrorisme” de Jérusalem Est

Le ministre de la Sécurité intérieure jure de mener les coupables devant la justice, et dit que la police est déterminée à empêcher les incitations aux attaques

Haviv Rettig Gur est l'analyste du Times of Israël

La police sur les lieux d'un incident impliquant des armes à feu, à Jérusalem, le 27 mars 2016. (Crédit : Flash90)
La police sur les lieux d'un incident impliquant des armes à feu, à Jérusalem, le 27 mars 2016. (Crédit : Flash90)

La police a annoncé mardi avoir nettoyé un jardin de fortune du quartier de Ras al-Amud de Jérusalem Est où des photos de terroristes palestiniens étaient accrochées aux arbres.

Les suspects, dont les noms n’ont pas été divulgués, ont « pris » le jardin public « sans permis », plantant des arbres et plaçant des photos d’auteurs palestiniens d’attaques récentes contre des civils, des soldats et des policiers israéliens au cours des six derniers mois.

Sur un mur proche du jardin, des vandales ont peint des graffitis de soutien aux attaquants.

Il n’a pas été précisé combien d’arbres avaient été plantés ni combien de photos avaient été suspendues.

Depuis octobre, 29 Israéliens et quatre ressortissants étrangers ont été assassinés pendant la vague de terrorisme palestinien et de violence. Au moins 188 Palestiniens ont également été tués – les deux tiers pendant qu’ils attaquaient des Israéliens, et les autres pendant des affrontements avec les troupes, selon l’armée israélienne.

Les policiers travaillant avec des fonctionnaires municipaux ont déclaré que les arbres, les photos et les graffitis avaient été enlevés tard, mardi.

La barrière de sécurité vue derrière le quartier de Jérusalem Est de Ras al-Amud, en octobre 2014. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
La barrière de sécurité vue derrière le quartier de Jérusalem Est de Ras al-Amud, en octobre 2014. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

« C’est un acte qui glorifie les auteurs de meurtre et de terrorisme et encourage d’autres violences et actes de terrorisme », a déclaré la police dans un communiqué.

Le ministre de la Sécurité intérieure, Gilad Erdan, a donné l’ordre à la police, déclarant que l’application de la loi « continuera à agir décisivement contre quiconque montre du soutien ou de l’incitation au terrorisme, n’importe où dans le pays. »

Il a promis de poursuivre en justice ceux qui ont mis en place le jardin.

La police a lancé une enquête sur l’incident.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...