La police ratisse une ville arabe du nord à la recherche de Milhem
Rechercher

La police ratisse une ville arabe du nord à la recherche de Milhem

Des recherches dans les maisons de parents du tireur presumé n'auraient rien donné ; La famille estimerait qu'il se cache en Cisjordanie

Nashat Milhem, l'homme arabe israélien qui aurait perpétré la fusillade à Tel Aviv le 1er janvier 2016 (Crédit : Police israélienne)
Nashat Milhem, l'homme arabe israélien qui aurait perpétré la fusillade à Tel Aviv le 1er janvier 2016 (Crédit : Police israélienne)

Des policiers ont ratissé mercredi matin en grand nombre une ville arabe non specifiée dans une région d’Israël connue comme ‘le Triangle’, selon des informations, alors que la chasse à l’homme pour Nashat Milhem, soupçonné d’avoir assassiné vendredi trois personnes dans deux attaques à Tel Aviv, entrait dans sa sixième journée.

Depuis les attaques, Milhem, originaire d’Arara dans le nord d’Israël, reste introuvable. Les autorités ont mis en garde qu’il était armé, dangereux et susceptible de frapper à nouveau.

Selon la radio publique, des policiers ont fouillé mercredi matin les domiciles de proches parents de Milhem dans l’une des villes du Triangle mais la recherche n’a rien donné. Un reportage de la Dixième chaîne a dit mardi soir que la police envisageait la possibilité que Milhem avait fui vers le nord d’Israël.

Des informations antérieures avaient indiqué que la police ne savait pas où il se trouvait, bien que les autorités d’application de la loi aient aussi envisagé la possibilité qu’il aurait fui vers la Cisjordanie. Le commandant de la police israélienne Roni Alsheich a indiqué mardi lors d’une conférence de presse que Milhem ne se trouverait plus à Tel Aviv, mais a refusé de donner plus de détails.

L’avocat représentant Mohammed Milhem, le père du tireur présumé qui est lui-même un suspect dans l’affaire, a déclaré mardi que son client croyait que son fils se trouvait en Cisjordanie.

Selon le reportage de la Dixième chaîne, il serait plus difficile pour les autorités israéliennes de traquer Milhem dans le nord qu’en Cisjordanie, où le service de sécurité du Shin Bet a de nombreux informateurs. Les évaluations de la police citées par la chaîne de télévision disent que Milhem aurait vraisemblablement reçu une aide tant avant qu’après les attaques de vendredi.

L’avocat du père, Nechami Feinblatt, a déclaré que son client avait été en contact avec son fils après qu’il ait perpetré les attaques. Plus tôt dans la journée, le père Mohammed Milhem a été placé en detention provisoire pour deux jours en tant que complice présumé des assassinats, et pour avoir fait obstruction à l’enquête. Cinq autres suspects, dont plusieurs autres membres de la famille, ont également été placés en détention provisoire mardi par le tribunal de Haïfa.

Mohammed Milhem au tribunal de Haïfa le mardi 5 janvier 2016 (Capture d'écran Deuxième chaîne)
Mohammed Milhem au tribunal de Haïfa le mardi 5 janvier 2016 (Capture d’écran Deuxième chaîne)

Parlant mardi soir sur la Dixième chaîne, Feinblatt – qui a noté qu’il avait représenté Mohammed Milhem pendant des années – dit que la police et le Shin Bet étaient au courant de l’appel téléphonique.

« Je sais que le père a appelé un certain numéro, et en a parlé à la police », a déclaré son avocat. « Sans rentrer dans les détails, il y a eu un certain contact, dont la police et le Shin Bet étaient au courant. »

Feinblatt a dit à la chaîne de télévision que son client n’avait « certainement pas » aidé le tireur présumé à fuir. Il a dit que la communication de Mohammed Milhem avec son fils était connue de la police vendredi, bien qu’il ait été libéré avant d’avoir été arrêté à nouveau mardi.

« La vérité est, que le Shin Bet est désespéré », a dit Feinblatt, et «quand il y a une telle crise dans le service, » ils arrêtent des gens pour recueillir des informations.

Feinblatt a affirmé que les membres de la famille du tueur présumé maintiennent qu’ils sont innocents et a ajouté que la famille s’accochait à l’espoir que Nashat Milhem avait été engagé pour tuer les clients du bar par des criminels israéliens, et que la fusillade n’était pas une attaque terroriste.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...