La police recommande que le maire de Kiryat Motzkin soit jugé pour corruption
Rechercher

La police recommande que le maire de Kiryat Motzkin soit jugé pour corruption

Haim Tzuri aurait collecté des informations d'une base de données de la ville sur les préférences politiques des résidents afin d'assurer sa réélection

Haim Tzuri, le maire de Kiryat Motzkin . (Facebook)
Haim Tzuri, le maire de Kiryat Motzkin . (Facebook)

Lundi, la police a recommandé que Haim Tzuri, le maire de Kiryat Motzkin dans le nord d’Israël, soit jugé dans une série d’affaires de corruption.

Les policiers ont déclaré avoir rassemblé des preuves indiquant que Tzuri et certains de ses associés ont accepté des pots-de-vin. Ils auraient aussi commis des fraudes, des abus de confiance, de l’obstruction à la justice, mais aussi quelques violations de la vie privée.

Entre autres allégations, la police a déclaré que le maire aurait collecté des informations sur les préférences politiques des résidents pour assurer sa réélection. En outre, des fonds publics auraient été utilisés pour mettre à jour la base de données municipales pour les besoins politiques de Tzuri.

« L’enquête a révélé que pendant des années, [les suspects] ont utilisé la base de données sur les résidents de Kiryat Motzkin au profit de la campagne électorale du maire. La base de données est administrée par la ville et contient des informations sur tous les résidents de la ville », notait la police dans un communiqué

« En outre, on suspecte que des fonds publics ont été utilisés pour mettre à jour la base de données de la ville pour les besoins politiques de Tzuri, précisait le communiqué. Des informations ont aussi été recueillies sur les positions politiques des résidents de la ville dans la base de donnée de la mairie. On suspecte donc une violation du droit à la vie privée des résidents ».

En outre, Tzuri est accusé d’être entré en contact, par le biais d’un intermédiaire, avec un membre de l’équipe électorale d’un concurrent en 2018. Tzuri lui aurait promis des avantages financiers s’il donnait des informations sur son opposant.

La police a déclaré qu’elle menait aussi une enquête sur des suspicions d’écoutes réalisées par des associés de Tzuri sur les bureaux de campagne de son concurrent lors de la même élection.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...