La police sévira pour dissuader les rassemblements à Pessah
Rechercher

La police sévira pour dissuader les rassemblements à Pessah

Le ministère de la Santé affirme que les autorités sont très inquiètes de l'organisation du Seder en présence des familles élargies, entraînant des infections au coronavirus

Des policiers israéliens dans le quartier juif ultra orthodoxe de Meah Shearim fermant des magasins et dispersant des rassemblements publics suite aux décisions du gouvernement dans le but de contenir la propagation du coronavirus, le 22 mars 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des policiers israéliens dans le quartier juif ultra orthodoxe de Meah Shearim fermant des magasins et dispersant des rassemblements publics suite aux décisions du gouvernement dans le but de contenir la propagation du coronavirus, le 22 mars 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les autorités sont bien décidées à faire appliquer les règles de confinement au cours de la première soirée de Pessah, le 8 avril, ont fait savoir des sources de la police israélienne ainsi que le ministre chargé de la police, mercredi.

Les forces de l’ordre craignent que de nombreux Israéliens ne contreviennent aux règles de distanciation sociale et qu’ils n’accueillent de vastes rassemblements familiaux, ou qu’eux-mêmes s’y rendent, comme c’est la tradition dans la soirée du Seder.

« La police se trouvera dans les zones publiques, avec des renforts, et elle mettra en place de nombreux barrages routiers sur les routes interurbaines et intercités », a déclaré une source au site Ynet.

« Nous n’aurons aucune indulgence pendant la nuit du Seder. Il y aura une mise en oeuvre renforcée des mesures prises et ceux qui les violeront seront sanctionnés », a ajouté la source.

Le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan lors d’une conférence de presse le 2 janvier 2019. (Photo par Flash90)

Le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan a déclaré que l’opération de police commencerait mercredi prochain dans la matinée. Elle visera notamment à empêcher les Israéliens de se rassembler en masse dans les supermarchés en amont de la fête.

Erdan fera une évaluation de la situation jeudi, avec le commissaire de la police en titre Motti Cohen et d’autres.

Le problème de la soirée du Seder a fait « perdre le sommeil » aux responsables, a expliqué le conseiller juridique du ministère de la Santé Uri Schwartz aux journalistes lors d’un point-presse, mercredi.

« Nous craignons que les gens qui se réunissent à la veille de Pessah donnent lieu à un pic d’infections. Ce qui serait similaire au prix que nous payons aujourd’hui pour les fêtes de Pourim du mois dernier qui, avec le recul, se sont avérées être des fêtes répandant l’infection du coronavirus », a continué Schwartz, qui a appelé les Israéliens à ne pas assister au Seder en présence de leurs familles élargies.

Les Israéliens ont reçu pour instruction, mercredi dernier, de rester confinés dans leurs habitations à moins de se livrer à un petit nombre d’activités approuvées – le travail, les courses alimentaires ou de médicaments ou une courte promenade effectuée dans un périmètre de cent mètres de leur logement.

Ceux qui contreviennent à ces régulations peuvent écoper d’une amende de 500 shekels au maximum et sont passibles d’une peine de prison.

Une famille israélienne célèbre le seder de Pessah, le 3 avril 2015. (Nati Shohat/Flash90)

Le cabinet a approuvé lundi une série de nouvelles mesures renforçant les restrictions pour le public avec pour objectif de freiner la propagation de la pandémie, avec notamment une interdiction des quorums de prière et des limitations imposées aux funérailles et aux cérémonies de circoncision.

Ces nouvelles directives mettent en place également de nouvelles limites sur le lieu de travail, s’efforçant de faire passer de 30% jusqu’à présent à 15% de ses pleines capacités la main-d’oeuvre à l’extérieur des foyers et obligeant toutes les personnes employées hors de leur domicile à prendre quotidiennement leur température avant de venir sur leur lieu de travail.

Le nombre de morts du COVID-19 en Israël s’est élevé mercredi à 22 et le nombre de malades a augmenté à 5 591. Selon les chiffres du ministère de la Santé, 97 personnes sont dans un état grave, parmi lesquelles 76 se trouvent sous respirateur. 118 personnes sont dans un état modéré, 226 autres ont guéri et le reste ne présente que des symptômes moyens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...