Rechercher

La police utilise l’ADN d’un masque facial pour élucider un viol vieux de 13 ans

Les enquêteurs ont pu établir une correspondance entre des échantillons prélevés sur la scène du crime et le suspect, qui aurait violé une touriste à Jérusalem en 2009

Un masque facial laissé sur la place Roemerberg à Francfort, en Allemagne, le 6 novembre 2021. (AP Photo/Michael Probst, dossier)
Un masque facial laissé sur la place Roemerberg à Francfort, en Allemagne, le 6 novembre 2021. (AP Photo/Michael Probst, dossier)

La police a annoncé jeudi avoir arrêté un homme soupçonné d’avoir violé une touriste en 2009 après que l’ADN prélevé sur un masque facial qu’il utilisait a permis aux enquêteurs de l’identifier.

Le suspect, un résident de Jérusalem âgé d’une trentaine d’années, était mineur au moment du crime présumé et son nom est donc interdit de publication par la loi israélienne.

Début 2009, la police a reçu le signalement d’une touriste arrivant dans un hôpital de Jérusalem avec des blessures sur tout le corps.

La femme, qui résidait temporairement en Israël alors qu’elle participait à un séminaire, a déclaré aux enquêteurs qu’elle avait été conduite dans un parc public local après que le suspect a proposé de l’aider à transporter un instrument de musique en sa possession.

Dans le parc, il l’aurait frappée à la tête et l’aurait violée. Immédiatement après, le suspect a fui les lieux et la victime a été emmenée à l’hôpital pour y recevoir un traitement médical.

La police a ouvert une enquête, mais pendant de nombreuses années, ses efforts pour retrouver le suspect sont restés vains.

Cependant, cette enquête, qui dure depuis près de 13 ans, a récemment connu une avancée significative, la police ayant utilisé les progrès technologiques en matière d’identification médico-légale et des preuves supplémentaires, notamment la correspondance entre l’ADN prélevé sur un masque jeté et des échantillons provenant de la scène du viol.

Les autorités ont contacté la femme et l’ont informée des nouvelles découvertes. Le suspect a été arrêté après l’arrivée de la femme en Israël en début de semaine.

Il a été présenté lundi devant le tribunal de première instance de Jérusalem, où il a été placé en détention provisoire pendant sept jours.

« La résolution de l’affaire et l’arrestation du suspect ont été rendus possibles grâce à la persévérance des enquêteurs de la police scientifique du district de Jérusalem et à leur utilisation de méthodes technologiques avancées et d’actions d’investigation créatives », a déclaré le commandant de la police du district de Jérusalem, Doron Turgeman.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...