La pollution dans les gares reste bien au-dessus des limites légales – rapport
Rechercher

La pollution dans les gares reste bien au-dessus des limites légales – rapport

Pollution excessive dans les gares de Tel Aviv et Bat Yam ; un chercheur du Technion dit que l'endroit le plus risqué dans un train diesel est le wagon siuté à l'arrière du moteur

Entrée de la gare Shalom dans le centre de Tel Aviv, le 21 septembre 2016. (Miriam Alster/FLASH90)
Entrée de la gare Shalom dans le centre de Tel Aviv, le 21 septembre 2016. (Miriam Alster/FLASH90)

Les niveaux de pollution dans les gares du pays ne se sont pas améliorés depuis l’année dernière, a rapporté dimanche la radio de l’armée.

Les contrôleurs du ministère de la Protection de l’environnement qui mesurent l’oxyde d’azote et la taille des particules polluantes rejetées par les trains à moteur diesel ont constaté qu’entre janvier et fin mai, la pollution était bien supérieure au niveau autorisé dans 85 % des cas à la station Shalom de Tel Aviv et dans 84 % des cas aux stations Komemiyut et Yoseftal à Bat Yam, une demi-heure en voiture au Sud de Tel Aviv. Ces stations sont fermées, avec peu de possibilités de circulation d’air.

Il n’y a pas de contrôle permanent de la pollution dans les stations du nord et du sud d’Israël, mais les tests les plus récents effectués à Beer Sheva dans le sud et à Nahariya dans le nord ont montré des niveaux supérieurs de plusieurs dizaines de points de pourcentage à ceux autorisés, indique le rapport radio.

Amir Salzberg, chef de la division des transports du ministère de la Protection de l’environnement, a déclaré à la station de radio que les trains violaient la loi et mettaient en danger la santé publique.

Le ministère a déclaré qu’il envisagerait d’engager des poursuites pénales contre Israël Railways si la situation demeurait inchangée.

Israel Railways a déclaré que les niveaux de pollution diminueraient de façon spectaculaire à mesure que les trains alimentés au diesel – considéré comme cancérigène – seraient remplacés par des trains électriques, un processus qui se poursuit. Un porte-parole a déclaré que l’entreprise travaille en coopération avec le ministère.

Le quai de la gare ferroviaire Yitzhak Navon, Jérusalem, qui fait rouler des trains électriques à destination et en provenance de Tel Aviv, le 20 septembre 2018. (AFP / THOMAS COEX)

Dans une autre interview accordée dimanche à la radio de l’Armée, Leonid Tartakovsky, chercheur principal du département d’ingénierie mécanique de l’Institut israélien de technologie Technion, à Haïfa, a révélé que la voiture derrière le moteur est l’endroit le plus dangereusement pollué pour s’asseoir dans un train.

Quand la locomotive tire le train, les niveaux de pollution dans la voiture de queue peuvent atteindre 30 fois ceux d’un bus interurbain et deux fois ceux enregistrés sur le quai de la gare Shalom, a-t-il dit.

Ces minuscules particules, d’un dixième de micron, sont capables de pénétrer les vaisseaux sanguins et d’autres parties du corps et sont aussi dangereuses pour la santé humaine que l’amiante, a-t-il poursuivi, mais – bien qu’elles soient mesurées – elles ne font pas l’objet d’évaluations de pollution.

La partie la moins polluée du train se situe quelque part au milieu, a-t-il dit, ajoutant : « Il n’y a pas de risque zéro ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...