La première bénédiction de femmes au mur Occidental tourne court
Rechercher

La première bénédiction de femmes au mur Occidental tourne court

Une cinquantaine de femmes se sont rassemblées sous forte surveillance policière sur l'esplanade dimanche matin pour y prier

Les Femmes du mur au mur Occidental, le 7 février 2016 (Crédit : Hadas Parush / Flash90)
Les Femmes du mur au mur Occidental, le 7 février 2016 (Crédit : Hadas Parush / Flash90)

La première bénédiction sacerdotale de femmes au mur Occidental à Jérusalem à l’occasion de Pessah a tourné court dimanche après que le procureur général d’Israël a jugé qu’elle contrevenait à la coutume.

Les Femmes du Mur, un groupe qui milite pour l’égalité des fidèles, femmes et hommes, juifs au mur Occidental, le lieu le plus saint du judaïsme, et combat le monopole des ultra-orthodoxes sur le site, a récemment obtenu un espace de prière mixte au pied du mur, où femmes et hommes sont séparés par une barrière.

Le mur Occidental est un vestige du Temple détruit en 70 par les Romains.

Une cinquantaine de femmes se sont rassemblées sous forte surveillance policière sur l’esplanade dimanche matin et y ont prié sans toutefois accomplir la bénédiction, traditionnellement délivrée par des hommes. Des ultra-orthodoxes vêtus de leur tenue noire les observaient et certains les ont invectivées, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Le procureur général Avichai Mandelblit avait interdit jeudi cette bénédiction sacerdotale de femmes, inédite dans l’Etat hébreu, estimant qu’elle était « contraire aux coutumes locales ». Et dimanche, les femmes ont indiqué avoir dû signer des engagements écrits fournis par la police de ne pas l’accomplir. En outre, elles étaient cantonnées dans une zone délimitée à une cinquantaine de mètres du Mur.

Le rabbin du mur Occidental, Shmuel Rabinovitch. (Crédit : Flash90)
Le rabbin du mur Occidental, Shmuel Rabinovitch. (Crédit : Flash90)

Anat Hoffman, membre des Femmes du mur, a estimé que ces mesures démontraient « à quel point le système est grotesque et absurde ».

Le rabbin Schmuel Rabinovitch, en charge du mur, a dénoncé une « provocation », affirmant qu’aucune bénédiction n’avait jamais été accomplie par des femmes « dans aucune communauté juive du monde ».

Des milliers de fidèles hommes doivent se rassembler lundi pour cette bénédiction dite « des Cohanim », à l’occasion des célébrations de Pessah qui célèbre la fuite des Hébreux d’Egypte.

Contactée par l’AFP, la police israélienne n’a pas réagi dans l’immédiat.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...