Rechercher

La présidente du Bundestag en Israël pour les commémorations de Yom HaShoah

Invitée spéciale d'une cérémonie d'État, Barbel Bas visite la Knesset et Yad Vashem et affirme que Berlin doit assumer ses responsabilités face aux leçons tirées de la Shoah

La présidente du Bundestag allemand (assemblée parlementaire), Barbel Bas, devant la flamme éternelle dans la Crypte du Souvenir lors d'une visite au musée mémorial de la Shoah Yad Vashem à Jérusalem, le 27 avril 2022. (Crédit : Menahem KAHANA/AFP)
La présidente du Bundestag allemand (assemblée parlementaire), Barbel Bas, devant la flamme éternelle dans la Crypte du Souvenir lors d'une visite au musée mémorial de la Shoah Yad Vashem à Jérusalem, le 27 avril 2022. (Crédit : Menahem KAHANA/AFP)

La présidente du Parlement allemand est arrivée en Israël mercredi pour participer à une série d’événements marquant la journée nationale de commémoration de la Shoah.

La présidente du Bundestag, Barbel Bas, a été accueillie lors d’une cérémonie officielle à la Knesset, au cours de laquelle elle a déclaré que « les leçons de la Shoah nous obligent à ne laisser aucune place à l’antisémitisme. La responsabilité de l’Allemagne n’est pas terminée. Nous sommes aux côtés d’Israël ».

« Je m’incline humblement devant la souffrance inconcevable des victimes des crimes contre l’humanité commis par les Allemands », a-t-elle ajouté.

Le président de la Knesset, Mickey Levy, a décrit la participation de Mme Bas aux cérémonies du Parlement israélien pour Yom HaShoah, qui commence mercredi soir, comme « une expression significative et importante du lien spécial qui existe entre les pays, de la responsabilité historique que l’Allemagne a assumée pour ses crimes de guerre, et de l’engagement de l’Allemagne pour la sécurité d’Israël. »

Mercredi matin, Bas a visité le musée de la Shoah de Yad Vashem à Jérusalem aux côtés de Levy.

Plus tard dans la journée, la présidente du Bundestag rencontrera l’ancien grand rabbin d’Israël, Meir Lau, qui lui racontera comment il a survécu à la Shoah. Ils seront rejoints sur Zoom par des dizaines d’adolescents israéliens.

La présidente du Bundestag allemand (Assemblée parlementaire), Barbel Bas (C), prononce un discours aux côtés du président de la Knesset israélienne Mickey Levy (R) et du président de Yad Vashem, le centre mondial de la mémoire de la Shoah, Dani Dayan (L), lors d’une visite au musée de la Shoah Yad Vashem à Jérusalem, le 27 avril 2022. (Crédit : Menahem KAHANA/AFP)

Bas participera ensuite aux cérémonies officielles d’État marquant Yom HaShoah, mercredi soir et jeudi matin.

Avant la cérémonie de jeudi, Bas allumera une bougie devant la Knesset à la mémoire d’Irma Nathan, une résidente juive de Duisburg qui a été tuée pendant la Shoah. Bas est également originaire de Duisburg, dans l’ouest de l’Allemagne.

Avant la Shoah, la famille Nathan résidait au 25 Lerchenstraße à Duisburg, en Allemagne, à côté de la maison actuelle de Bas.

Après la Nuit de cristal en novembre 1938, Ferdinand Nathhan, le mari d’Irma, a été arrêté et incarcéré à Dachau. Après sa libération, lui et Irma décidèrent qu’ils devaient faire sortir leurs deux enfants, Ruth et Alfred, d’Allemagne. Quelques mois plus tard, ils les envoyèrent à Amsterdam tandis qu’ils restaient tous les deux sur place. Le 22 avril 1942 – il y a 80 ans – Ferdinand et Irma ont été déportés dans le ghetto d’Izbica et on n’a plus jamais entendu parler d’eux. Leurs enfants ont connu le même sort, même après avoir fui aux Pays-Bas. Selon Yad Vashem, ils ont été assassinés dans un camp de concentration nazi en Pologne en 1943.

Émue par l’histoire de Nathan, Bas a décidé de remplir une page de témoignage à Yad Vashem et de lire à haute voix son nom lors de la cérémonie de la Journée de commémoration de la Shoah « À chaque personne son nom » à la Knesset, plus tôt dans la journée.

« Les Allemands ont abrégé la vie de six millions de Juifs », a déclaré la présidente Bas lors de la cérémonie. « Je pense à ces morts avec tristesse et honte. Les Allemands ont refusé le droit de vivre à tant de femmes, d’hommes et d’enfants juifs. Aujourd’hui, quiconque raconte l’histoire des personnes assassinées redonne à ces millions de victimes leur humanité. Nous devons tous faire notre part pour préserver leur mémoire. »

Les « pages de témoignage » , documents recueillis par Yad Vashem depuis les années 1950, comprennent les noms, les détails biographiques et, lorsque cela est possible, les photographies de quelque 2 800 000 hommes, femmes et enfants tués pendant la Shoah.

La page de témoignage remplie par Bas sera ajoutée aux noms commémorés par Yad Vashem au cours des sept dernières décennies.

Basa été le premier haut fonctionnaire allemand à assister aux événements de Yom HaShoah au Parlement israélien.

En janvier, Levy est devenu le premier président de la Knesset à s’adresser à l’ensemble du Parlement allemand, lors d’un discours émouvant prononcé à l’occasion de la Journée internationale de commémoration de la Shoah.

Au cours de son discours, Levy a récité une partie du Kaddish, la prière traditionnelle juive de deuil, en lisant un livre de prières utilisé par un adolescent lors de sa bar-mitsva le 22 octobre 1938, peu avant le pogrom de la Nuit de cristal fomenté par les nazis contre les Juifs d’Allemagne.

Yom HaShoah est l’un des jours les plus solennels du calendrier national israélien. Une grande partie du pays s’arrête de fonctionner pendant deux minutes, le temps que retentisse une sirène à 10 heures du matin, en hommage à tous ceux qui ont souffert de la machine à tuer nazie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...