La protection vaccinale commencerait à diminuer après six mois
Rechercher

La protection vaccinale commencerait à diminuer après six mois

La majorité des personnes vaccinées et récemment infectées ont reçu leur deuxième injection vers le mois de janvier, selon des chiffres du ministère de la Santé

Illustration : Une employée du Magen David Adom administre un vaccin COVID-19 à la survivante de la Shoah Yaffa Balaban, 95 ans, dans son appartement de la résidence pour retraités Beit Tovei Hair à Jérusalem, le 26 janvier 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)
Illustration : Une employée du Magen David Adom administre un vaccin COVID-19 à la survivante de la Shoah Yaffa Balaban, 95 ans, dans son appartement de la résidence pour retraités Beit Tovei Hair à Jérusalem, le 26 janvier 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

Il y a une corrélation de plus en plus importante entre les Israéliens vaccinés qui sont aujourd’hui infectés par le variant Delta du coronavirus et les premières personnes à avoir été immunisées dans le pays – ce qui pourrait indiquer que la protection apportée par le vaccin diminue avec le temps, a fait savoir un rapport dimanche.

Certains experts travaillant avec le ministère de la Santé ont toutefois estimé qu’il était trop tôt pour tirer des conclusions, dans la mesure où l’échantillon étudié a été de taille trop petite et que les Israéliens ayant été vaccinés les premiers étaient majoritairement des personnes âgées, qui ont un système immunitaire plus faible quoi qu’il arrive.

Jeudi, Pfizer a annoncé avoir demandé une autorisation, aux États-Unis, concernant l’administration d’une troisième dose de vaccin contre la COVID-19, affirmant qu’une injection supplémentaire, dans les douze mois, pourrait stimuler l’immunité de manière très importante et qu’elle pourrait peut-être aider à déjouer les dernières souches du coronavirus qui ont fait leur apparition et qui sont inquiétantes.

Le chef de la recherche médical et du développement de la compagnie, Mikael Dolsten, a déclaré dans un communiqué que les données en provenance d’Israël concernant les contaminations de personnes vaccinées au mois de janvier et au mois de février indiquaient que « après six mois, il peut y avoir un risque d’infection avec le déclin attendu des anticorps ».

Dimanche, le quotidien Yedioth Ahronoth a publié les données sur lesquelles, selon lui, Dolsten s’est appuyé.

L’article a fait savoir que le docteur Arik Haas, de la division des services de santé publique au sein du ministère de la Santé, avait récemment présenté des données au ministère qui montraient qu’il y a « une corrélation croissante entre les personnes qui ont été vaccinées tôt – principalement au mois de janvier – et les personnes qui ont été récemment contaminées ».

Mikael Dolsten, scientifique en chef de Pfizer. (Crédit : Pfizer)

Les données ont montré que le vaccin avait néanmoins protégé les personnes touchées d’une forme grave de la COVID-19.

Toutefois, nombreux sont ceux qui, au sein du ministère de la Santé, pensent que les données sont encore insuffisantes pour tirer des conclusions, a noté le Yedioth.

En Israël, les premiers à se faire immuniser avaient été les citoyens âgés de 70 ans et plus, plus vulnérables face au coronavirus.

Mais Haas pense que même en contrôlant l’âge ainsi que d’autres facteurs, la principale raison de cette reprise de l’épidémie est une protection vaccinale qui diminue avec le temps – et non que le variant Delta vient à bout des défenses assurées par l’immunisation.

Des flacons du vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19 sur le site du Palais des Sports de Lyon, accueillant un centre de vaccination, le 29 mars 2021, alors que la France fait face à une nouvelle vague d’infections du nouveau coronavirus. (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)

Le ministère de la Santé a annoncé dimanche que 261 nouveaux cas avaient été détectés samedi. 0,6% des tests ont livré un résultat positif.

Il y a actuellement 4 130 cas actifs et 44 cas graves dans le pays. 6 436 personnes sont décédées du coronavirus au sein de l’État juif après cinq morts qui ont été confirmées au cours des derniers jours, après presque deux semaines où aucun décès n’avait été enregistré.

Le ministère a fait savoir que 5 728 526 Israéliens ont reçu au moins une dose de vaccin et 5 190 709 ont été entièrement immunisées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...