Israël en guerre - Jour 141

Rechercher

La refonte enfin gelée, Netanyahu sera bientôt invité à la Maison Blanche – Nides

Les États-Unis se disent préoccupés par le limogeage de Gallant, avertissant Jérusalem que cette décision ternit l'image de la démocratie

Le président américain Joe Biden, à gauche, serrant la main du chef de l’opposition, Benjamin Netanyahu, à la résidence présidentielle, à Jérusalem, le 14 juillet 2022. (Crédit : Bureau du Premier ministre)
Le président américain Joe Biden, à gauche, serrant la main du chef de l’opposition, Benjamin Netanyahu, à la résidence présidentielle, à Jérusalem, le 14 juillet 2022. (Crédit : Bureau du Premier ministre)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu sera invité à la Maison Blanche « dès que leurs emplois du temps pourront être coordonnés », a déclaré mardi matin l’ambassadeur américain en Israël, Tom Nides, moins de 12 heures après que le Premier ministre a annoncé qu’il mettait en pause le projet de réforme judiciaire de son gouvernement, qui suscite de vives controverses.

« Je suis sûr qu’il viendra relativement vite », a déclaré Nides à la radio de l’armée israélienne. « Je suppose qu’il viendra après Pessah, mais aucune date n’a encore été fixée. Il ne fait aucun doute qu’il viendra rencontrer [le président américain Joe] Biden. Ils se verront personnellement, j’en suis sûr, assez rapidement. Il ne fait aucun doute qu’il viendra à la Maison Blanche dès que leurs emplois du temps pourront être coordonnés ».

Netanyahu aurait été irrité par l’absence d’invitation à rencontrer Biden trois mois après son retour au pouvoir à la tête du gouvernement le plus à droite de l’histoire d’Israël. Un récent reportage a indiqué que le Premier ministre avait interdit aux membres de son parti, le Likud, de rencontrer des représentants du gouvernement américain lors de voyages à l’étranger, craignant que cela ne souligne davantage le fait que Netanyahu n’a pas encore rencontré Biden.

Washington a mis en garde à plusieurs reprises contre le projet de politiser et de limiter radicalement le pouvoir judiciaire et a appelé à un dialogue sur une réforme plus largement acceptée, dans un contexte de protestations importantes qui durent depuis des mois et d’avertissements selon lesquels le projet du gouvernement éroderait les contrôles et les équilibres démocratiques, la croissance économique et la sécurité nationale.

Ces avertissements se sont intensifiés après que Netanyahu a annoncé qu’il limogeait le ministre de la Défense, Yoav Gallant, dans la nuit de dimanche à lundi, après que ce dernier a pris ses distances en demandant une pause sur la législation relative à la réforme, ce qui a déclenché des manifestations nocturnes sans précédent et des grèves nationales le jour suivant, qui ont finalement contraint le Premier ministre à reporter les projets de loi jusqu’au mois de mai.

Le New York Times a rapporté lundi dernier, en citant des hauts fonctionnaires anonymes, que l’administration Biden avait bombardé Netanyahu de messages fréquents selon lesquels il « mettait en péril la réputation d’Israël en tant que véritable démocratie au cœur du Moyen-Orient ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de l’Immigration de l’époque, Yoav Gallant, lors d’une conférence de presse à la Knesset, le 9 janvier 2019. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Le reportage indique que la Maison Blanche a conclu que Netanyahu avait fait une « grave erreur de calcul » en renvoyant Gallant, se mettant ainsi dans une « situation impossible », et qu’il aurait tout intérêt à utiliser la profonde inquiétude des États-Unis pour convaincre ses alliés d’extrême droite d’éviter de renverser le gouvernement puisqu’il n’avait pas d’autre choix que de retarder la refonte.

Inviter Netanyahu à rencontrer Biden alors que des manifestations de masse étaient organisées contre lui aurait été « profondément inconfortable », a déclaré un haut fonctionnaire cité par le New York Times.

Même après la pause de la réforme, Washington se demande combien de temps Netanyahu pourra rester au pouvoir. « Sa réputation en matière de sens politique et de capacité à faire pression pour obtenir des compromis a été ternie », ont déclaré plusieurs responsables, notant que la crise a, pour l’instant, été simplement « reportée à plus tard ».

Officiellement, la Maison Blanche a réagi lundi en saluant l’annonce de Netanyahu « comme une opportunité de créer du temps et de l’espace supplémentaires pour un compromis. Un compromis est précisément ce que nous appelons de nos vœux ».

« Les sociétés démocratiques sont renforcées par des freins et des contrepoids, et les changements fondamentaux d’un système démocratique devraient être poursuivis avec la plus large base possible de soutien populaire », a ajouté la secrétaire de presse de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre.

Plus tôt dans la journée, le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, avait déclaré que la législation que la coalition de Netanyahu avait tenté de faire avancer « va à l’encontre de l’idée même d’équilibre des pouvoirs ».

L’ambassadeur des États-Unis en Israël, Tom Nides, s’exprime lors de la Conférence des présidents des organisations juives américaines, à Jérusalem, le 19 février 2023. (Crédit : Amit Elkayam)

Dans l’interview qu’il a accordée mardi à la radio de l’armée, Nides a dit en plaisantant qu’il avait « passé une bonne nuit de sommeil la nuit dernière » à la suite de la décision de Netanyahu.

« Nous saluons cette décision. Comme Biden l’a dit à plusieurs reprises, nous voulions un compromis et un dialogue, et j’applaudis le Premier ministre pour avoir annoncé cela », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il était « optimiste » et que tout ce qui apportait le « calme » était soutenu par Washington.

Il a indiqué que Washington continuerait à travailler directement avec Netanyahu, plutôt qu’avec ses alliés d’extrême droite, le ministre des Finances Bezalel Smotrich et le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir.

Nides a également salué la force de la démocratie israélienne, déclarant qu’il était « incroyable que pendant 12 semaines, des centaines et des centaines de milliers de personnes soient venues manifester, que pratiquement personne n’ait été blessé, que très peu aient été arrêtées – c’est une démocratie bien vivante. J’applaudis le fait que les manifestants des deux côtés soient sortis pacifiquement. C’est quelque chose que nous pouvons tous regarder avec admiration ».

Vue aérienne des manifestants contre le projet de réforme judiciaire avancé par le gouvernement à Tel Aviv, le 25 mars 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

On ignore ce qu’il adviendra du ministre de la Défense Gallant, qui n’a apparemment pas encore reçu de lettre indiquant le début de la période de 48 heures précédant son éviction. Les appels se sont multipliés pour que Netanyahu annule le licenciement, mais Nides a pris soin de ne pas s’immiscer dans cette question.

L’envoyé a déclaré qu’il avait « énormément de respect » pour Gallant, mais il a ajouté que lui, Nides, n’était « pas le Premier ministre » et qu’il ne pouvait pas être celui qui décidait qui occupait certains postes.

Toutefois, la chaîne publique Kan a rapporté mardi matin que des responsables américains avaient fait part à des responsables israéliens de leur inquiétude quant au renvoi de Gallant, notant que l’administration Biden avait une « très bonne relation de travail » avec le ministre de la Défense.

Le média a cité un haut fonctionnaire anonyme du département d’Etat qui a déclaré que les Etats-Unis « veulent se concentrer sur le partenariat militaire entre Washington et Jérusalem, et sur la meilleure façon de défendre Israël, les Etats-Unis et le Moyen-Orient ».

« C’est la raison pour laquelle nous appelons les dirigeants d’Israël à trouver un compromis dès que possible.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.