La Russie condamne le sauvetage des Casques blancs syriens
Rechercher

La Russie condamne le sauvetage des Casques blancs syriens

Moscou a déclaré que les secouristes transférés en Jordanie sont des "pseudo-humanitaires", la réalité montre qui ils servent vraiment

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Des soldats de Tsahal donnent de l'eau aux secouristes de l'organisation "Casques Blancs" et à leurs familles, qu'Israël a acheminés de Syrie en Jordanie, alors qu'ils fuyaient le régime d'Assad, le 22 juillet 2018. (Armée israélienne)
Des soldats de Tsahal donnent de l'eau aux secouristes de l'organisation "Casques Blancs" et à leurs familles, qu'Israël a acheminés de Syrie en Jordanie, alors qu'ils fuyaient le régime d'Assad, le 22 juillet 2018. (Armée israélienne)

La Russie a critiqué l’évacuation des membres d’une organisation de sauvetage volontaire syrienne, qui ont été sortis de leur pays en guerre par l’armée israélienne et transférés en Jordanie.

« Les récentes informations concernant l’organisation des Casques blancs en disent long », a déclaré lundi le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué. « Les Occidentaux auraient procédé à l’évacuation d’urgence d’un grand nombre de ces pseudo-humanitaires vers la Jordanie via le territoire israélien. »

La déclaration faisait écho aux propres critiques de la Syrie concernant l’opération de sauvetage nocturne, qui a permis à 422 sauveteurs et à leurs familles d’entrer en Israël par le point de passage de Quneitra sur le Golan, puis en Jordanie, par crainte d’être pris pour cible par un assaut militaire syrien et russe imminent.

Fondée en 2013, la Défense civile syrienne, ou Casques blancs, est un réseau de premiers intervenants qui secourent les blessés à la suite de frappes aériennes, de bombardements ou d’explosions en territoire tenu par les rebelles.

Damas et Moscou les ont accusés d’être une façade pour des organisations terroristes parce qu’ils opèrent dans des zones contrôlées par l’opposition, qui ne reçoivent pas de services gouvernementaux.

« Il est significatif que les Casques blancs aient choisi de fuir la Syrie grâce à une intervention étrangère, révélant ainsi qui ils sont vraiment et démontrant leur hypocrisie au monde entier », selon le communiqué. « Comme dit le proverbe, une conscience coupable se trahit, et ces agents ont clairement montré de qui ils suivaient les ordres et qui les finançait. »

Le communiqué accusait également ce groupe d’organiser des attentats pour saboter le régime syrien et de s’allier à des terroristes.

Des membres de la protection civile syrienne, également connus sous le nom de Casques blancs, sortent une victime des décombres de sa maison à la suite d’une attaque aérienne des forces gouvernementales dans une zone tenue par les rebelles dans la ville de Daraa, dans le sud de la Syrie, le 8 avril 2017. (Mohamad ABAZEED/AFP)

L’ambassade de Russie en Israël a également envoyé une série de tweets pour protester contre le transfert. Cependant, un porte-parole a déclaré qu’ils n’avaient pas tenté d’intervenir auprès d’Israël pour mettre fin à l’opération.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...