Israël en guerre - Jour 227

Rechercher

La Russie place Zelensky sur la liste des personnes recherchées

Cet avis de recherche démontre le "désespoir de la propagande et de la machine étatique russes, qui ne sait plus quoi inventer pour attirer l'attention", a déclaré Kiev

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'exprimant lors d'une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre belge Alexander De Croo, à Bruxelles, le 11 octobre 2023. (Crédit : Yves Herman/POOL/AFP)
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'exprimant lors d'une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre belge Alexander De Croo, à Bruxelles, le 11 octobre 2023. (Crédit : Yves Herman/POOL/AFP)

La Russie a lancé un avis de recherche contre le président ukrainien Volodymyr Zelensky, sans rendre public son motif, selon une notice visible samedi sur le site du ministère de l’Intérieur, une annonce que Kiev a jugé « sans valeur ».

Le dirigeant est recherché « en vertu d’un article du code pénal », peut-on lire dans ce court texte, qui ne dit rien d’autre sur la nature de ces accusations.

La Russie mène depuis février 2022 une offensive contre l’Ukraine, qu’elle présente notamment comme un combat contre un pouvoir « nazi ».

Zelensky est particulièrement pris pour cible par les responsables russes. Au lendemain du lancement de son assaut, le président Vladimir Poutine avait appelé l’armée ukrainienne à le renverser.

Le ministère ukrainien des Affaires étrangères a affirmé que l’avis de recherche contre Zelensky démontrait le « désespoir de la propagande et de la machine étatique russes, qui ne sait plus quoi inventer pour attirer l’attention ».

Le ministère a rappelé que Poutine faisait lui-même l’objet d’un mandat d’arrêt émis par la Cour pénale internationale (CPI) pour la « déportation » présumée en Russie de milliers d’enfants ukrainiens.

Ce mandat est « réel », contrairement aux « annonces russes sans valeur », a estimé la diplomatie ukrainienne.

Des avis de recherche ont également été lancés contre le commandant des forces terrestres de Kiev, Oleksandre Pavliouk, et l’ex-président ukrainien Petro Porochenko, selon la base de données russe.

La liste des personnes recherchées par la Russie est très fournie et comprend des personnalités russes ou étrangères, notamment ukrainiennes.

En février, le nom de la Première ministre estonienne Kaja Kallas y avait été ajouté en même temps que ceux d’autres responsables des pays baltes.

Le Kremlin avait invoqué, pour justifier cette décision, la vision opposée de l’Histoire qu’ont Moscou et ces États.

Les États baltes, qui craignent les ambitions militaires du Kremlin, considèrent que l’URSS les a occupés, tandis que Moscou se voit comme un libérateur et juge toute autre approche comme une « falsification de l’Histoire », un crime en Russie.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.